46 615 Avis BD |20 223 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 59 : Le Pony Express
 

Lucky Luke, tome 59 : Le Pony Express

 
 

Résumé

Lucky Luke, tome 59 : Le Pony ExpressAfin d'acceder au résumé de Lucky Luke, tome 59 : Le Pony Express, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Lucky Luke, tome 59 : Le Pony ExpressAlors j'en suis resté bouche bée ! C'est un livre vraiment étonnant, qui s'avère excellent ! C'est rare de trouver un tome "d'après Goscinny" si bien scénarisé.
C'est vrai que X.Fauche et J.Léturgie nous offriront quelques livres plus tard (tome 63) un "Pont sur le Mississipi" qui se tient bien aussi.
Ils réalisent aussi conjointement : l'Amnésie des Dalton, Les Dalton à la noce, le Daily Star, et plusieurs livres de la série parallèle "Ran Tan Plan".

Ce tome 59 est pour moi un des 10 (5 ?) Lucky Luke a posséder absolument. Les séances d'entraînement sont des morceaux d'anthologie, et tout au long de l'ouvrage Jolly Jumper est impressionnant : à son meilleur !
L'histoire, pourtant, pourrait laisser craindre le pire, avec un scénario vu et revu mille fois.
Mais c'est fait avec intelligence, et si on reste assez classique pour ne pas dérouter, on n'hésite pas non plus à oser (Lucky Luke au revolver : 3 scènes extraordinaires, avec un coup du miroir, un coup d'eau, un coup à la vitesse du cheval) avec bon goût pour renouveler le mythe (Jolly Jumper devient aussi un cheval qui court plus vite que son ombre).

Bref, un bon fauteuil, un verre sympa, et une demi-heure pour savourer la vie. Elle le mérite avec des livres comme ça !


Chronique rédigée par Pierrizan le 24/11/2004
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de PierrizanReflet de l'avatar de Pierrizan
Statistiques posteur :
  • 817 (96,46 %)
  • 13 (1,53 %)
  • 17 (2,01 %)
  • Total : 847 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.06
Dépôt légal : Juin 1988

Avis des lecteurs

8 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Lucky Luke, tome 59 : Le Pony Express, lui attribuant une note moyenne de 4,06/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

2 12 2014
   

Voilà un épisode qui fait bien plaisir… c’est la première fois que je relis les Lucky Luke dans l’ordre et depuis quelques temps c’est vrai que j’y allais à reculons, je m’imaginais même Goscinny faire des bonds d’où il est sur certains tomes. Mais celui-là se tient de bout en bout et il est très agréable.
On part déjà d’un fait historique, ce qui dans la série est en général gage de bonne histoire. L’épopée du Pony Express est en cela très intéressante, de plus on y voit Cody Buffalo Bill, ce qui ajoute encore un côté véridique au récit. Fauche et Léturgie ne se contentent pas d’un énième parcours à embuches, celui-ci est original, dans la grande lignée de ce que faisait Goscinny. Lucky Luke comme Jolly Jumper n’en font pas des caisses, ils restent tels qu’on les connait, tels qu’on les aime : des répliques humoristiques et un sens aigu de l’héroïsme. Drôle de bout en bout, on sent malheureusement parfois des situations déjà vues : le cheval et son cavalier qui dorment à tour de rôle. Mais dans l’ensemble les auteurs apportent de la nouveauté : LL qui saute de cheval pour prendre le relais avec…le même, c’est un exemple de ce qui est bienvenu.

Le dessin est toujours bon, même si depuis quelques tomes maintenant il semble moins léché qu’avant : moins d’arrière plan, moins d’ombres chinoises qui faisaient pourtant partie des qualités de Morris.

Un bon épisode.

3 12 2013
   

Encore une fois, il s'agit d'une grande page de la conquête de l'Ouest, car le Pony Express fut une entreprise historique, une épopée grandiose et une grande aventure humaine qui a forgé le moral des hommes du Far West. Ce sujet vient étrangement après Le Fil qui chante, et aurait dû être traité avant puisque c'est le télégraphe qui l'a remplacé. Les 2 scénaristes ont donc repris un canevas identique à d'autres épisodes de la série : une grande épreuve dirigée par un visionnaire enthousiaste et sympathique (ici W.H. Russell), semée de dangers et d'embûches, où une équipe adverse tente par tous les moyens de la saborder. Evidemment, Lucky Luke participe à cette grande aventure.

C'est un bon épisode qui utilise des ingrédients bien rodés, avec un méchant Ted Ballast qui a la tête de l'emploi, des pièges, des Indiens, des girls qui bizarrement officient dans le désert, et même une apparition des Dalton pour un gag. On retrouve William Cody plus jeune, une femme ayant un rôle intéressant (Imelda, l'épouse de Russell), de bonnes idées bien exploitées, de bons gags (comme le recrutement et l'entraînement des cavaliers) et quelques clins d'oeil... autant de raisons pour savourer cet album bien dosé.

6 5 2011
   

Ca fait une bonne dizaine de tomes que la qualité de Lucky Luke en a sacrément pris un coup dans l'aile, à l'exclusion de l'exception du "Daily Star". Dans ce désert scénaristique, ce tome semble être la seconde vraie oasis de qualité.

Cet album est plaisant, car il revient sur l'expérience du Poney Express, expérience historique qui avait pour mission de réduire les délais de communication entre l'est et l'ouest. On pourrait faire le parallèlé avec un autre très bon album de la série, à savoir le "fil qui chante" : d'ailleurs, au début de l'histoire du télégraphe, Lucky luke est bien employé du Pony Express, mais est mis au chômage par l'extension du télégraphe. C'est à ce moment qu'il srea recruté par Gamble. Ainsi, le Pony Express revendique sa filiation à la série et s'inscrit confortablement auprès d'un tome d'une grande qualité.

Mais ce que j'ai apprécié particulièrement dans cet album, c'est le rôle de Jolly Jumper, qui, comme dans le "Daily Star", vole parfois la vedette à son cavalier. Ses réflexions et ses actions hors du commun viennent donner du ressort à cette histoire. De même, j'ai assez apprécié la première partie de l'histoire, où Lucky Luke se charge de la formation des cavaliers du Poney Express. C'est drôle et ca respecte l'esprit de la série. En revanche, je suis un peu moins sous le charme des méchants qui veulent faire chuter l'entreprise Pony Express, un peu répétitifs et peu recherchés à mon goût. La fin de l'album est une belle référence au "tour du monde en 80 jours".

J'ai apprécié, c'est rassurant, espérons que les auteurs maîtrisent maintenant la recette de la série pour que chaque album ait cette saveur particulière qui fait que Lucky Luke est "Lucky Luke".

9 8 2010
   

59ème album de la série Lucky Luke.

La couverture est très belle avec un bon effet de mouvement et montre bien Jolly Jumper comme l'ami éternel et serviable de Lucky Luke en terrain dangereux. Le désert, ici.

L'histoire part d'un fait historique important, le Pony Express. Le scénario est assez classique mais très efficace. Le duo d'auteurs a su éviter les longueurs et l'ennui en séparant le tome en deux parties bien distinctes : l'entraînement déjà, qui propose de très bon gags, pas répétitifs et bien pensés, impliquant les jeunes recrues du Pony Express et les chevaux, entraînés par Jolly Jumper. Des très agréables moments, donc. Cette première partie est sympathique mais souffre de quelques longueurs et d'un démarrage assez lent qui heureusement ne déteindra pas trop sur la suite. L'entraînement est original et colle bien à ce que fait la série en général. La deuxième partie du tome est la chevauchée de Luke vers sa destination, en course contre la montre. Le tome propose donc un partie gag et une partie action, qui sont très plaisantes. La deuxième partie est cependant un peu plus faible car les situations sont parfois assez lourdes comme la troupe de femmes et le petit passage au pénitencier, pas trop pénalisant malgré tout. Mais parmi les bonnes choses on peut trouver la trahison d'un des membres de la compagnie, classique mais tardive et tant mieux.

Les dessins sont très bons et les décors sont variés, entraînant le cowboy dans plusieurs endroits comme on les aime. Les couleurs sont bien choisies aussi.

Les personnages sont très bons. Russel n'est pas trop lourd et lui et sa femme sont très sympathiques. Les jeunes recrues sont bien trouvées et parmi eux, on peut découvrir William Cody (à 15 ans), qui, j'ignore s'il s'agit d'un fait réel, bégaye sans arrêt. La même chose dans sa petite apparition dans "Le Daily Star". Les méchants ne sont pas graphiquement très originaux et font beaucoup penser aux méchants de "Nitroglycérine" dans leur façon d'agir et dans leur camp aussi, la Central Pacific., mais leurs apparitions sont bien maniées.

Un album de l'après Goscinny très bon, imparfait mais qui est peut-être le meilleur Post-Goscinny avec "Le magot des Dalton" et "Le bandit manchot", sans compter les tomes de Achdé.

12 4 2010
   

Vous allez croire que j’exagère, mais cet album est mon Lucky Luke favori. Bien qu’il soit de la période après Goscinny, je l’ai trouvé bien au dessus de certains albums scénarisés par le maître (C’est-à-dire bien meilleur que Les dalton courent toujours, par exemple).

Tout d’abord, le scénario de ce Pony Express. Le filon n’avait jamais été exploité, et c’est très bien comme ça, car j’en avais un peu assez de toujours relire la même histoire à chaque album avec les Dalton, mais dans un endroit différent :)

Il y a beaucoup d’humour dans ce tome, j’ai éclaté de rire plusieurs fois. Exemples: le fait que le Pony Express soit considéré comme un service privé, le respect des lois du Pony Express d’un façon assez particulière (il faut changer de monture 6 à 8 fois entre deux relais, mais comment faire lorsque l’on est seul avec un cheval?)… Tout est excellent. Les couleurs sont claires et très agréables. Le trait si particulier de Morris est ici sous son plus beau jour. Voilà sûrement le meilleur tome de l’après Goscinny, et selon moi, le meilleur tome de la série, le plus rafraîchissant, le plus drôle, le plus tout!

Cet album est l'un des premiers Lucky Luke que j'ai lu, et y penser réveille en moi de jolis souvenirs lointains, dont la seule vue de cet album suffit à ramener dans mon esprit....

À acheter absolument! Vous ne le regretterez pas! Et ce n’est pas une blague!

17 1 2008
   

3ème album scénarisé par Fauche et Léturgie, et celui-ci est aussi bon que le Daily Star. L'histoire ressemble certes a celle d'autres albums comme Des rails sur la prairie ou Le fil qui chante, mais les deux auteurs savent renouveler le genre. Ils rendent même hommage à Goscinny en fin d'album avec une allusion au fil qui chante.

Dans cet album on a un parfait mariage entre l'humour et l'aventure. Les gags sont très autant que les exploits de notre héros. Les auteurs attribuent même de nouvelles capacités à Jolly Jumper (il est le cheval qui court plus vite que son ombre).

On peut également apercevoir les Dalton (le temps d'une page), sans que cela fasse de trop dans l'histoire et on pourrait se demander si à ce moment les deux auteurs ne songeaient pas déjà à les mettre en scène dans une aventure (ce qui sera fait dans l'album suivant avec L'amnésie des Dalton).

Morris a conservé son dessin, celui qu'on aime. Fauche et Léturgie se montrent, quand à eux, de bons continuateur de l'esprit de Goscinny.

26 12 2006
   

Un album convenable pour la production des années 80 ; à mon avis, le meilleur des scénaristes Fauche et Léturgie. Ce fut d’ailleurs le dernier à être édité par Dargaud en 1988, avant la création de Lucky Production.
Cet album est un hommage évident au dernier scénario de Goscinny : le fil qui chante. Il se situe chronologiquement avant l’apparition du télégraphe. D’ailleurs la fin du Pony express, avec Buffalo Bill est une référence évidente au début de l'album le Fil qui chante.
Je trouve cependant que les scénarios de Fauche et Léturgie se ressemblent un peu tous. Une nouvelle fois, on reprend le thème du trajet à embûches, comme dans Sarah Bernhardt. Encore, une fois, un groupe de personnes veut tout faire pour empêcher le Pony Express de réussir. Dans l’album le Daily Star, c’étaient les commerçants qui s’en prenaient au journaliste H.P. Greely ; ici, ce sont les employés de la compagnie de chemins de fer rivale du pony express qui font tout pour multiplier les problèmes.
Hormis ce petit défaut, on ne peut qu’encourager à lire cet album qui est bien meilleur à ce qui se fera dans les années 90.

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Lucky Luke, tome 1 : La mine d'or de Dick Digger 18 3.50
Lucky Luke, tome 2 : Rodéo 10 3.30
Lucky Luke, tome 3 : Arizona 8 3.13
Lucky Luke, tome 4 : Sous le ciel de l'ouest 9 3.11
Lucky Luke, tome 5 : Lucky Luke contre Pat Poker 11 3.36
Lucky Luke, tome 6 : Hors-la-loi 11 4.09
Lucky Luke, tome 7 : L'Elixir du Docteur Doxey 8 3.13
Lucky Luke, tome 8 : Phil Defer 11 3.95
Lucky Luke, tome 9 : Des rails sur la prairie 8 3.31
Lucky Luke, tome 10 : Alerte aux pieds-bleus 10 2.80
Lucky Luke, tome 11 : Lucky Luke contre Joss Jamon 10 3.55
Lucky Luke, tome 12 : Les Cousins Dalton 10 3.75
Lucky Luke, tome 13 : Le juge 10 3.45
Lucky Luke, tome 14 : Ruée sur l'Oklahoma 9 3.67
Lucky Luke, tome 15 : L'évasion des Dalton 11 3.55
Lucky Luke, tome 16 : En remontant le mississipi 10 4.15
Lucky Luke, tome 17 : Sur la piste des Dalton 8 3.44
Lucky Luke, tome 18 : A l'ombre des derricks 9 3.72
Lucky Luke, tome 19 : Les rivaux de Painful Gulch 10 4.55
Lucky Luke, tome 20 : Billy the kid 10 4.25
Lucky Luke, tome 21 : Les collines noires 9 3.56
Lucky Luke, tome 22 : Les Dalton dans le blizzard 11 3.77
Lucky Luke, tome 23 : Les Dalton courent toujours 11 2.41
Lucky Luke, tome 24 : La caravane 9 4.06
Lucky Luke, tome 25 : La ville fantôme 7 3.21
Lucky Luke, tome 26 : Les Dalton se rachètent 8 4.19
Lucky Luke, tome 27 : Le 20° de cavalerie 11 4.09
Lucky Luke, tome 28 : L'escorte 9 3.61
Lucky Luke, tome 29 : Des barbelés sur la prairie 8 3.94
Lucky Luke, tome 30 : Calamity Jane 11 3.55
Lucky Luke, tome 31 : Tortillas pour les Dalton 12 4.29
Lucky Luke, tome 32 : La Diligence 10 4.15
Lucky Luke, tome 33 : Le Pied-Tendre 9 4.33
Lucky Luke, tome 34 : Dalton City 7 3.21
Lucky Luke, tome 35 : Jesse James 11 3.59
Lucky Luke, tome 36 : Western Circus 9 3.83
Lucky Luke, tome 37 : Canyon Apache 9 3.50
Lucky Luke, tome 38 : Ma Dalton 10 4.25
Lucky Luke, tome 39 : Chasseur de Primes 12 4.04
Lucky Luke, tome 40 : Le grand duc 7 3.43
Lucky Luke, tome 41 : L'héritage de Rantanplan 9 4.44
Lucky Luke, tome 42 : 7 histoires complètes 8 3.00
Lucky Luke, tome 43 : Le Cavalier Blanc 8 3.94
Lucky Luke, tome 44 : La Guérison des Dalton 9 4.44
Lucky Luke, tome 45 : L'empereur Smith 7 3.93
Lucky Luke, tome 46 : Le fil qui chante 13 4.12
Lucky Luke, tome 47 : Le Magot des Dalton 11 3.55
Lucky Luke, tome 48 : Le Bandit Manchot 10 3.25
Lucky Luke, tome 49 : La Ballade des Dalton et autres histoires 4 2.88
Lucky Luke, tome 50 : Sarah Bernhardt 11 2.82
Lucky Luke, tome 51 : La Corde du Pendu 5 2.00
Lucky Luke, tome 52 : Daisy Town 7 2.50
Lucky Luke, tome 53 : Fingers 7 3.36
Lucky Luke, tome 54 : le Daily Star 8 3.56
Lucky Luke, tome 55 : La fiancée de Lucky Luke 12 2.79
Lucky Luke, tome 56 : Le Ranch maudit 8 1.50
Lucky Luke, tome 57 : Nitroglycérine 12 3.21
Lucky Luke, tome 58 : L'Alibi 7 2.00
Lucky Luke, tome 59 : Le Pony Express 8 4.06
Lucky Luke, tome 60 : L'amnésie des Dalton 9 3.33
Lucky Luke, tome 61 : Chasse aux Fantômes 9 3.00
Lucky Luke, tome 62 : Les Dalton à la noce 7 2.21
Lucky Luke, tome 63 : Le Pont sur le Mississipi 7 3.43
Lucky Luke, tome 64 : Belle Starr 6 2.58
Lucky Luke, tome 65 : Le Klondike 8 3.56
Lucky Luke, tome 66 : O.K. Corral 7 3.14
Lucky Luke, tome 67 : Marcel Dalton 8 1.56
Lucky Luke, tome 68 : Le Prophète 6 2.75
Lucky Luke, tome 69 : L'Artiste Peintre 3 1.83
Lucky Luke, tome 70 : La légende de l'ouest 10 2.55