45 515 Avis BD |19 677 Albums BD | 7 779 séries BD
Accueil
Tome 55 : La fiancée de Lucky Luke
 

Lucky Luke, tome 55 : La fiancée de Lucky Luke

 
 

Résumé

Lucky Luke, tome 55 : La fiancée de Lucky LukeAfin d'acceder au résumé de Lucky Luke, tome 55 : La fiancée de Lucky Luke, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Lucky Luke, tome 55 : La fiancée de Lucky LukeLucky Luke, le cow-boy solitaire, avec une femme, voila une expérience pas banale. Et c'est un album qui n'a pas à rougir au vu de ce qu'il nous présente ici. Il est clair, que le scénario emprunte beaucoup à l'album "la caravane", Hank le conducteur de mules retrouvant du même coup sa place.

Le scénario joue aussi beaucoup sur le caractère des femmes, qui n'est pas préparé aux rudesses de l'ouest Américain. Même si certaines s'y acclimatent plus facilement que d'autres. Par contre, les Daltons font une timide incursion en fin de tome, qui aurait pu je pense être évitée. Mettre ces anti-héros, à toutes les sauces, ça finis par agacer un tantinet le lecteur.

Donc il est préférable de ne pas partir sur un à priori négatif, et de lire cet album pour se faire son propre jugement. Pour ma part, je m'attendais à pire et je dois donc dire que j'ai été somme toute assez agréablement surpris.


Chronique rédigée par Bloodtower le 02/05/2006
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de BloodtowerReflet de l'avatar de Bloodtower
Statistiques posteur :
  • 165 (95,93 %)
  • 7 (4,07 %)
  • Total : 172 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 10,40 10,40 10,40
Acheter d'occasion : 4,30
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.79
Dépôt légal : Novembre 1985

Avis des lecteurs

12 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Lucky Luke, tome 55 : La fiancée de Lucky Luke, lui attribuant une note moyenne de 2,79/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

9 1 2018
   

Non seulement cet album est raté mais il est presque à interdire ! Quand je pense qu'on fait tout un procès à tintin au Congo pour son prétendu racisme, ici on a une misogynie matraquée à l'excès. Et c'est même pas marrant. J'ai l'impression que Vidal débite ses clichés machos sans même s'en rendre compte, que c'est sa nature. Mais il les met dans la bouche de tous les personnages. Même de Lucky. Et c'est bien dommage.
Bref, rien de marrant là dedans. Aucun personnage secondaire de réussi. Aucune des femmes n'est particulièrement intéressante, le coiffeur homo ne trouve pas son rôle, même Hank qui avait marqué "La diligence" est ici transparent.
Et le scénario n'est pas maîtrisé, ce tueur caché dans le convoi ne sert strictement à rien et n'apporte pas une once de suspens. Comme le disent d'autres avant moi les Dalton arrivent sur la fin comme un cheveu sur la soupe (Mais contrairement à eux je trouve que ça remonte un peu le niveau).
Et il n'est question de la fiancée de Lucky luke qu'à la page 35 ! C'est quand même le sujet de l'album !
Bref, c'est un rattage scénaristique. Morris n'a, lui, rien à se reprocher.

29 10 2014
   

Ouch ! C’est du lourd cet album !

La trame principale ressemble à s’y méprendre à la caravane, il y a même Hank qui est revenu (de la diligence, lui) pour l’occasion. Le parcours semé d’embûches, on connait, le bonhomme déguisé en femme, on connait aussi, en plus là il sert strictement à rien…Les Dalton à la fin, servent à finir une histoire où l’auteur donne l’impression de patauger. D’ailleurs j’ose une comparaison avec les schtroumpfs, quand on retrouve Gargamel dans les dernières pages.

Pour le reste, il y a énormément de tri à faire, certains gags sont réussis mais comme ils sont noyés au milieu d’un déluge d’autres misogynes ou anti-mariage, on a tendance à ne pas les voir. Alors comme disait Desproges « on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui », j’ai bien l’impression que cet humour n’est pas le mien. Les quelques réflexions au début m’avaient mis la puce à l’oreille, mais ça devient vite d’une lourdeur sans fin, l’apothéose étant, bien sûr, cette dernière page que j’aie eu bien du mal à lire à mon fils, qui explique en gros que le mariage c’est de la merde, surtout pour les hommes.

On accroche ou pas, mais tout cela n’a pas grand-chose à voir avec un Lucky Luke.

Agecanonix :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AgecanonixReflet de l'avatar de Agecanonix
2 12 2013
   

Cet épisode fait directement référence à un western hollywoodien de William Wellman, "Convoi de femmes" en 1953, avec Robert Taylor. Ce film abordait le sujet du manque de femmes dans l'Ouest, et montrait un bataillon d'une cinquantaine de femmes courageuses et désireuses de trouver un époux, en bravant les dangers et la rudesse d'un long périple. Le choix des époux s'est bien déroulé ainsi, d'après photos, comme une loterie. Cette aventure était basée sur des faits réels, Guy Vidal utilise donc les ressorts de cette épopée en l'adaptant à un mode humoristique et en donnant une fois encore un rôle de premier plan à des femmes. Surtout connu pour avoir été rédac-chef de Pilote dès 1974, puis directeur littéraire chez Dargaud, il a aussi écrit de nombreux scénarios ; ici, il s'en sort pas trop mal, en reprenant des recettes éprouvées, notamment un convoi avec à la clé un parcours semé d'embûches, mais qui comme je le disais a bien existé (il a simplement réduit le nombre des femmes et simplifié des choses).

Malgré quelques bons gags, de bonnes idées et des pensées amusantes (même si elles font parfois preuve de misogynie), une succession rapide d'épreuves durant le voyage, un Lucky Luke vêtu d'un habit du dimanche, le plaisir de retrouver Hank Bully, et une inattendue participation des Dalton, l'épisode présente quelques faiblesses : les Dalton justement n'ont pas vraiment leur place ici, on sent que c'est un passage un peu forcé ; il n'y a pas de guest-star importante, car le personnage du coiffeur n'est pas terrible, et Hank a un rôle plus effacé que dans La Diligence ; enfin, il y a un peu trop d'éléments vus dans des épisodes précédents, dont celui du bandit déguisé en femme qui n'apporte rien. Au final, même si c'est un épisode imparfait, il réserve toutefois un agréable moment de lecture.

11 4 2011
   

Cet album est maladroit et frise parfois avec le grotesque. Si on sent la volonté d'insuffler une réalité historique dans cette histoire, avec la présentation d'un Far West colonisé uniquement pas des hommes, les femmes étant restées sur la côte est, l'histoire n'a pas su me toucher.

Premièrement, je trouve que cet album n'est absolument pas une histoire suivi, mais un recueil de blagues machistes ou sur le mariage, comme si l'auteur avait absolument voulu caser toutes celles qui connaissait. C'est pas très fin et c'est parfois ridicule. Un peu de nuance aurait été bienvenue mais non, là, rien : le troupeau de femmes ne sert à rien si ce n'est à procréer, elles sont chiantes et castratrices et la seule qui trouve son utilité est celle qui ressemble à un homme. Bref, ca aurait pu être nuancé et donner quelque chose de subtil mais c'est resté au ras des pâquerettes.

Deuxièmement, il y a quand même des passages dont on se demande ce qu'ils viennent faire dans cette histoire, comme par exemple cet évadé d'un pénitencier qui serait déguisé en femme. On sent la volonté de revenir sur les grands albums de la série présentant le fameux parcours à embûches, d'autant plus difficile qu'un traître a infiltré les rangs de la caravane (le fil qui chante, la caravane, la diligence). Mais ici, ce n'est pas construit, il n'y pas véritablement d'acte de sabotage, et surtout le méchant est démasqué rapidement au détour d'une page. En bref, c'est un passage inutile. Tout comme celui d'ailleurs des Daltons, qui arrivent comme un cheveu sur la soupe. C'est fou comme les nouveaux scénaristes tentent de recaser ces personnages que seul Goscinny, semble-t-il, savait exploiter de façon convaincante. C'est encore une intrigue qui ne sert à rien.

Enfin, on sent bien que la volonté, en sortant ce tome, était de vendre de l'ouvrage. Imaginez-vous : faire croire que Lucky Luke a un fiancée, surtout après tant d'histoires, voilà qui allait appâter le chaland ! Mais c'est une énorme tromperie, un hold up raté, et finalement, il y a, si on cherche bien, une ou deux planches seulement qui peuvent expliquer ce titre. L'intention était mauvaise. La réalisation l'est tout autant.

Absence de personnage phare (on peu même dire que le chaperon de ces dames est mal venu), absence d'histoire construite, humour lourd, à répétition et surtout peu représentatif de la série : où est donc passé notre Lucky Luke ?

2 8 2010
   

55ème album de la série Lucky Luke.

La couverture est superbe. Le dessin est parfait et d'une netteté incroyable. Les couleurs sont très jolies et vraiment bien choisies. Le fond rose représente évidemment la féminité.

L'histoire est assez loufoque mais très originale. Lucky Luke, jusqu'à présent ne cotisait les femmes que dans un contexte très secondaire. Ici, il est en plein milieu d'un convoi de femmes. Le scénario propose donc tout un tas de scènes cocasses et drôles dans un contexte original. Le scénario est un road-movie assez classique, qui possède pas mal de similarités dans l'enchaînement et le déroulement de ses situations avec "Le bandit manchot". On peut sentir que la patte de Vidal ressemble beaucoup à celle de De Groot. Les scènes sont bien délimitées et bien organisées. Mais rien ne se passe à côté, pas d'intrigue trop compliquée à droite ou à gauche qui pourrait intervenir dans l'album. Aucun retournement de situation à part à la fin de l'album. Le scénario est donc très sympathique et m'a bien plu. Les femmes sont au premier plan et offrent tout un tas de gags bien pensés, mais réels, il faut le croire. On a donc droit à la cuisine, le fort caractère, l'intelligence, la beauté, bref... Le déroulement est tout de même très classique. Comme je l'ai dit plus haut, il n'y a pratiquement aucun effet de surprise et les embûches n'ont rien d'original. A part la tornade, nouveau chez Lucky Luke. On note une allusion à Jesse James et une de ses anciennes cachettes. J'ai bien aim le gag du signal de fumée indien en forme de femme.
Bref, c'est du classique sans nouveautés, à part la féminité. Une certaine misogynie est également présente.

Le dessin est toujours excellent, les couleurs très bonnes bien que très peu variées pour la plus grande partie de l'album. Les décors sont classiques mais très jolis, une fois de plus.

Les personnages sont tous réussis. On retrouve avec grand plaisir Hank Bully le conducteur de "La diligence", un peu plus effacé, mais toujours bon. Les différentes femmes du convoi ont leur propres caractéristiques et particularités. Toussaint Charbonneau, le coiffeur français accompagne et complète bien le reste du groupe. On note enfin une apparition courte mais mouvementée des Dalton qui n'est pas vraiment de trop.

Le tout est un album donc assez bon, classique mais efficace.

24 2 2010
   

Après avoir lu une dizaine d'albums scénarisés par Goscinny, me voici lancé dans l'après Goscinny avec cet album intitulé "La fiancée de Lucky Luke".

L'impression générale à la lecture de cet album a été une déception. Je me suis beaucoup ennuyé. Je n'attendais qu'une chose, finir la lecture de cette BD pour en lire une autre. L'action est molle et encore je suis tolérant en employant le mot action car en réalité, il n'y en a pas. A quoi sert Lucky Luke ? A pas grand chose à part escorter de jeunes demoiselles en quête de mariage. Niveau action, on a vu mieux pour notre héros...

Bref, pas grand chose à retenir de cet album et absolument rien de révolutionnaire. Cependant, ce n'est pas un navet non plus, c'est un album simple, sans fantaisie que l'on oublie rapidement après l'avoir lu. Niveau dessin, rien de nouveau, très classique mais toujours aussi bien maîtrisé par Morris (c’est déjà pas mal).

Au final, un album à posséder pour les amoureux de la série mais à ne surtout pas lire en premier pour celui qui veut découvrir notre cow-boy solitaire.

16 1 2008
   

Encore un très bon tome de l'après Goscinny, qui exploite de nouveaux le parcours à embûches. La seule nouveauté, est la nature du convoi. Ici point de migrants allant vers l'Ouest (La caravane) ou d'ingénieurs montant un télégraphe (Le fil qui chante), mais un convoi de femmes, allant chercher l'amour dans l'Ouest. Cela donne donc des situations inédites, et notre héros semble déboussoler par ce convoi.

Certaines femmes se remarquent plus que d'autres comme Fanny Cric, et surtout Miss jenny et son fameux Irish Stew.

Par contre, il faut arrêter de crier au scandale et de voir en cet album, un album anti-mariage. Il ne faut d'ailleurs pas sortir des phrases de leur contexte pour appuyer cet argument. Certes Lucky Luke dit que "Le mariage est une loterie", mais regardez un peu comment sont organisés ces mariages . C'est un peu "Tu me plais" Toi aussi tu me plais. marions nous"

Certes Lucky Luke dit aussi: " Le mariage n'est qu'une charmante erreur que deux être humains commettent ensemble", mais a ce moment regardez la tête de notre héros et vous verrez que c'est une tentative (fort maladroite) de consoler Miss Jenny. Et je pourrais multiplier les exemples.

je suis cependant d'accord avec d'autres critiques pour dire que la présence des Dalton à la fin de l'album est de trop. Le seul personnage que j'ai pris plaisir a revoir dans cet album, c'est Hank.

On a donc là un bon album avec un scénario original et qui met notre héros dans une situation délicate, qui pourrait peut-être supposé qu'il serait temps que notre héros trouve sa moitié (Jolly Jumper le dit lui même: " Il aurait vraiment besoin qu'une femme s'occupe de lui")

JPAviron :Une BD sans intérêt ! Note de l'album : 1,50
Avatar de Reflet de l'avatar de
13 2 2007
   

L’album est une accumulation de clichés misogynes et d’aphorismes anti-mariage. Même Lucky Luke s’y met : « Le mariage est une loterie », « Le mariage est une charmante erreur que deux êtres humains commettent ensemble », « Une femme s’inquiète de son avenir jusqu’au jour où elle se marie. Un homme s’inquiète de son avenir à partir du jour où il se marie ». Lucky Luke a peur des femmes. Pourquoi pas. Cela aurait pu être un élément de caractérisation intéressant à exploiter. Mais quand on voit que tous les personnages sont dans le même état, on réalise vite que ce sexisme primaire vient de l’auteur lui-même. Ce qui rend l’album assez pathétique et pas très drôle, pour ne pas dire insultant. Je peux comprendre la souffrance des hommes qui ont peur des femmes mais il faut qu’ils arrêtent de croire que leur ressenti peut se muer en réflexion posée.

Je précise que je suis un homme (et non une chienne de garde), un homme marié depuis 25 ans qui pense que le mariage (ou l'union sur la durée, peu importe le papier) est une formidable aventure, une occasion incomparable de mûrir et de grandir.

9 12 2006
   

Un des bons albums de l'après Goscinny. Vidal y va cependant un peu fort dans la mysoginie, puisque LL est chargé de diriger un convoi de femmes !!! C'est reparti pour une enième variation sur le principe du trajet à embûches, déjà expérimenté dans la Caravane, ou le fil qui chante.
L'originalité vient du fait que cette fois Lucky Luke est bien mal à l'aise avec ce groupe de femmes qui part vers l'Ouest pour se trouver un mari.
On est agréablement surpris de retrouver Hank Bully, le cocher de la diligence, toujours aussi grande gueule.
Les situations comiques provoquées par les femmes sont assez drôles. On reprochera cependant l'utilisation une nouvelle fois des Dalton à la fin de l'album. Cela n'ayant pas grand sens dans cet album, d'où un sentiment de fin baclée. L'utilisation systématique des Dalton semble parfois un recours à la facilité dans les albums post-Goscinny.

5 12 2006
   

Avec une histoire originale, qui pour une fois, fait la part principale aux femmes, ce Lucky Luke ne manque pas de qualités. J’y ai pris pas mal de plaisir, faisant plus que sourire.
Il regorge de petites anecdotes et de gags ponctuels, d'assez bon goût en général.
Oh, certes, c'est un peu machiste et notre héros n'est pas le dernier à critiquer les femmes (à les craindre ?) mais ça reste basique, pas méchant.

L'idée de former un convoi joignant l'ouest à l'est, convoi exceptionnel s'il en est, permet les péripéties les plus folles, à la fois classiques du far-ouest et renouvelant le genre car les indiens et les desperados y perdent un peu leurs repères.
C'est vrai parfois que ça fait penser à "La caravane "ou au "Fil qui chante", mais si c'est pour revisiter de tels succès et les redistribuer à une autre sauce, sans plagiat scandaleux, pourquoi pas.

Alors, avec un bandit caché en plus, avec Lucky Luke en habit et les Dalton déboussolés, c'est un tome agréable qui revisite les classiques, à la mode féminine.
Et déjà, le coiffeur est de Paris. On ne se refait pas...

2 5 2006
   

Ma toute première BD achetée par mes soins, c'est dire ce que cet album évoque comme souvenirs !
Pourtant, le scénario n'a rien de grandiose, juste que cette histoire de "convoi de femmes" est pour le moins originale dans un univers bien souvent très masculanisé !

Certains passages amènent à sourire, car il faut bien le reconnaître, le mythe du viril cowboy solitaire et de son mode de vie à la dure prennent une sacrée claque au contact de la charmante Jenny (laquelle soulignera-t-on au passage jouit d'un graphisme particulièrement avantageux : comment Luky Luke pourrait résister à l'Irlandaise ?) ... :D
En effet, qui aurait pensé pouvoir admirer notre célèbre cowboy avec des patins à parquet ?
Rien que pour celà, ce tome vaut le détour !

Ainsi donc, l'album réserve de bons passages, en dépit d'une trame de fond que l'on pourrait fort aisément qualifier de légère et sans réelles surprises...

Il est indéniable que cet opus est avant tout humoristique, et en celà, il tient plutôt la route... Un assez agréable moment en définitive !

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Lucky Luke, tome 1 : La mine d'or de Dick Digger 18 3.50
Lucky Luke, tome 2 : Rodéo 10 3.30
Lucky Luke, tome 3 : Arizona 8 3.13
Lucky Luke, tome 4 : Sous le ciel de l'ouest 9 3.11
Lucky Luke, tome 5 : Lucky Luke contre Pat Poker 11 3.36
Lucky Luke, tome 6 : Hors-la-loi 11 4.09
Lucky Luke, tome 7 : L'Elixir du Docteur Doxey 8 3.13
Lucky Luke, tome 8 : Phil Defer 10 4.00
Lucky Luke, tome 9 : Des rails sur la prairie 8 3.31
Lucky Luke, tome 10 : Alerte aux pieds-bleus 10 2.80
Lucky Luke, tome 11 : Lucky Luke contre Joss Jamon 9 3.50
Lucky Luke, tome 12 : Les Cousins Dalton 10 3.75
Lucky Luke, tome 13 : Le juge 10 3.45
Lucky Luke, tome 14 : Ruée sur l'Oklahoma 9 3.67
Lucky Luke, tome 15 : L'évasion des Dalton 11 3.55
Lucky Luke, tome 16 : En remontant le mississipi 10 4.15
Lucky Luke, tome 17 : Sur la piste des Dalton 8 3.44
Lucky Luke, tome 18 : A l'ombre des derricks 9 3.72
Lucky Luke, tome 19 : Les rivaux de Painful Gulch 10 4.55
Lucky Luke, tome 20 : Billy the kid 10 4.25
Lucky Luke, tome 21 : Les collines noires 9 3.56
Lucky Luke, tome 22 : Les Dalton dans le blizzard 11 3.77
Lucky Luke, tome 23 : Les Dalton courent toujours 11 2.41
Lucky Luke, tome 24 : La caravane 9 4.06
Lucky Luke, tome 25 : La ville fantôme 7 3.21
Lucky Luke, tome 26 : Les Dalton se rachètent 8 4.19
Lucky Luke, tome 27 : Le 20° de cavalerie 11 4.09
Lucky Luke, tome 28 : L'escorte 9 3.61
Lucky Luke, tome 29 : Des barbelés sur la prairie 8 3.94
Lucky Luke, tome 30 : Calamity Jane 11 3.55
Lucky Luke, tome 31 : Tortillas pour les Dalton 11 4.36
Lucky Luke, tome 32 : La Diligence 10 4.15
Lucky Luke, tome 33 : Le Pied-Tendre 8 4.31
Lucky Luke, tome 34 : Dalton City 7 3.21
Lucky Luke, tome 35 : Jesse James 10 3.50
Lucky Luke, tome 36 : Western Circus 9 3.83
Lucky Luke, tome 37 : Canyon Apache 9 3.50
Lucky Luke, tome 38 : Ma Dalton 10 4.25
Lucky Luke, tome 39 : Chasseur de Primes 11 3.95
Lucky Luke, tome 40 : Le grand duc 7 3.43
Lucky Luke, tome 41 : L'héritage de Rantanplan 9 4.44
Lucky Luke, tome 42 : 7 histoires complètes 8 3.00
Lucky Luke, tome 43 : Le Cavalier Blanc 8 3.94
Lucky Luke, tome 44 : La Guérison des Dalton 9 4.44
Lucky Luke, tome 45 : L'empereur Smith 7 3.93
Lucky Luke, tome 46 : Le fil qui chante 13 4.12
Lucky Luke, tome 47 : Le Magot des Dalton 11 3.55
Lucky Luke, tome 48 : Le Bandit Manchot 10 3.25
Lucky Luke, tome 49 : La Ballade des Dalton et autres histoires 4 2.88
Lucky Luke, tome 50 : Sarah Bernhardt 10 2.85
Lucky Luke, tome 51 : La Corde du Pendu 5 2.00
Lucky Luke, tome 52 : Daisy Town 7 2.50
Lucky Luke, tome 53 : Fingers 7 3.36
Lucky Luke, tome 54 : le Daily Star 8 3.56
Lucky Luke, tome 55 : La fiancée de Lucky Luke 12 2.79
Lucky Luke, tome 56 : Le Ranch maudit 7 1.57
Lucky Luke, tome 57 : Nitroglycérine 12 3.21
Lucky Luke, tome 58 : L'Alibi 7 2.00
Lucky Luke, tome 59 : Le Pony Express 8 4.06
Lucky Luke, tome 60 : L'amnésie des Dalton 9 3.33
Lucky Luke, tome 61 : Chasse aux Fantômes 9 3.00
Lucky Luke, tome 62 : Les Dalton à la noce 7 2.21
Lucky Luke, tome 63 : Le Pont sur le Mississipi 7 3.43
Lucky Luke, tome 64 : Belle Starr 6 2.58
Lucky Luke, tome 65 : Le Klondike 8 3.56
Lucky Luke, tome 66 : O.K. Corral 7 3.14
Lucky Luke, tome 67 : Marcel Dalton 8 1.56
Lucky Luke, tome 68 : Le Prophète 6 2.75
Lucky Luke, tome 69 : L'Artiste Peintre 3 1.83
Lucky Luke, tome 70 : La légende de l'ouest 10 2.55