46 105 Avis BD |19 969 Albums BD | 7 840 séries BD
Accueil
Tome 35 : Jesse James
 

Lucky Luke, tome 35 : Jesse James

 
 

Résumé

Lucky Luke, tome 35 : Jesse JamesAfin d'acceder au résumé de Lucky Luke, tome 35 : Jesse James, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Lucky Luke, tome 35 : Jesse JamesPas de doute, il s'agit là d'un Lucky Luke de qualité.
Certes, il manque certainement ce "petit quelque chose" qui transforme un bon livre en chef d'oeuvre, mais c'est un bon divertissement, drôle et subtil, rempli d'allusions et de références- ou presque- à Shakespeare (eh oui !).
La narration est claire, et le ton agréable, et en plus on sait jouer du 6 coups à bon escient dans ce tome.
C'est aussi un bon miroir de la nature humaine, avec ses bassesses et ses retournements.
De nombreuses facettes du Far Ouest sont abordées sur le ton de l'ironie, et à partir de la vraie histoire d'un Outlaw et de ses compagnons, on s'amuse bien, sans être vraiment inquiet.
Une bonne surprise, à chaque lecture.


Chronique rédigée par Pierrizan le 09/11/2004
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de PierrizanReflet de l'avatar de Pierrizan
Statistiques posteur :
  • 817 (96,46 %)
  • 13 (1,53 %)
  • 17 (2,01 %)
  • Total : 847 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 10,40 10,40 10,40
Acheter d'occasion : 6,96
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.59
Dépôt légal : Juillet 1969

Avis des lecteurs

11 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Lucky Luke, tome 35 : Jesse James, lui attribuant une note moyenne de 3,59/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

3 1 2019
   

J'ai beaucoup apprécié la BD. Le personnage de Jessie James est brillamment exploité. Il y a plein d'humour, de situations paradoxales (le jugement est vraiment une scène d'anthologie). Le parallélisme entre Lucky Luke et Jessie James est lui aussi tout en finesse, même si la présentation est au départ retarde le début véritable de l'intrigue. C'est du grand art côté scénario.

27 7 2014
   

Un petit 4 (j'aurai pu mettre un gros 3,5 aussi), pour cet album qui commence de façon assez originale : d'abord une page de garde documentaire qui nous présente Jesse James de façon tout à fait sérieuse ; puis 6 pages de présentation "en opposition" des 2 personnages principaux de l'histoire, Jesse James et Lucky Luke. L'humour est bien sur là dès le début et les trouvailles humoristiques déferlent avec les remarques et comportements de Jolly Jumper (particulièrement en forme dans cet album), avec les détectives Pinkerton, sortes de Dupont et Dupond qui sont les seuls à croire à leur discrétion, avec les citations de Franck James qui sont toujours les plus banales possibles (ex : "Bonne nuit", Othello acte II scène III), et bien d'autres....
Le dessin de Morris est vraiment soigné, ou c'est peut-être l'encrage qui est particulièrement réussi. En tout cas c'est du beau. Et en plus il n'y a plus de ces couleurs dégradés baveuses qui gâchaient un peu les 2, 3 derniers tomes.
Le petit défaut de l'album c'est l'impression que la fin arrive bien vite sans que l'histoire ait été très développée. c'est peut-être dû à ces 6 premières pages de présentation...
En tout cas le gang James n'a pas vraiment le temps de commettre beaucoup de forfaits. Résultat : ils paraissent assez inoffensifs, voire sympathiques. Ils ne marquent donc pas leur passage (ni la série) comme des ennemis de poids de Lucky Luke comme l'ont pu faire les Dalton ou Billy the Kid par exemple. Un petit raté donc si les auteurs avaient voulu, comme je le pense, placer les frères James au niveau de ces derniers dans la liste des ennemis de la série.
A noter que Jesse James était déjà apparu dans un ou 2 albums précédents, sur des affiches je crois (J'ai la flemme de rechercher) et que, si je ne me trompe, il n'avait pas du tout ce physique.
Le résultat final est quand même un bon album où pour une fois une population de couards se reprend et trouve le courage qui lui manquait. Mais il faut dire que c'est Nothing Gulch, le patelin d'ancrage de Lucky Luke !

31 3 2014
   

Un Lucky Luke honorable, certes avec beaucoup de situations déjà vues avant mais qui reste amusant. Le personnage de Jesse James ayant réellement existé, Goscinny s’approprie des faits historiques et en rajoute quelques couches, j’aime beaucoup le personnage qui cite du Shakespeare, un peu moins celui de Jesse James qui n’est pas assez exploité. Par moment la BD fait écho au film « l’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford », Brad Pitt en moins, mais on retrouve au bout de l’album les vérités sur ce bandit. C’est aussi dans cet album que Jolly Jumper prend une grande place, que ce soit quand il joue aux échecs, ou quand il bat tout le monde à la course, Lucky Luke passe même très souvent au second plan.

Il est vrai que la présentation du début et un peu lourde, et que les situations (la ville de couards, le jugement) ont déjà été exploité dans d’autres albums mais ça ne me choque pas, tant que c’est bien fait…
Et puis graphiquement c’est encore superbe.

Ça reste un bon album divertissant.

22 9 2013
   

Je n'ai jamais trop aimé cet album, c'est vraiment l'un des plus faibles de la série. Déjà, les 3 pages d'introduction sont du remplissage et sont totalement inutiles, c' est le 35ème album, on connaît le héros, on n'a pas besoin de ce rappel sur ses capacités. S'ensuit 3 pages de présentation sur le personnage de Jesse James qui sont assez naïves.

Le scénario n'est donc pas terrible, ça reprend des situations déja vues avant, le personnage de Jesse n'est pas intéressant, ou mal exploité, en tout cas, il présente beaucoup moins de potentiel que Billy the Kid, Calamity Jane ou le Grand Duc qui font l'objet d'excellents épisodes. Malgré quelques gags semés ça et là par Goscinny, comme les agents Pinkerton ou Clem un coup riche, un coup pauvre...c'est bien peu à se mettre sous la dent.

John Wayne :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de John WayneReflet de l'avatar de John Wayne
23 1 2012
   

Voici un des albums que j'apprécie le moins de la période Goscinny. Je ne suis en effet jamais parvenu à apprécier les caricatures des Frères James et de Cole Younger. Leur charisme et leur potentiel comique est bien moindre à mon goût que celui des Dalton ou de Billy the Kid.

Mais tout dans cet album n'est pas pour autant à jeter. Notons par exemple, le traitement intéressant et original des habitants de Nothing Gulch ; mais aussi des passages comiques de toute beauté (le train déraillé ! les agents Pinkerton ! le procès Younger !). Le tout illustré par une copie soignée et efficace d'un Morris inspiré.

Une somme agréable pour un album qui pèche à cause de ses antagonistes. Préférez d'autres opus de Goscinny !

22 2 2011
   

J'aime beaucoup cet album, qui sonne un petit peu comme du déjà vu, certes. Il est vrai que le comportement de tout une ville envers des desperados qui s'installent chez eux a déjà été traité, notamment dans "Billy The Kid" et dans "Les Daltons se rachètent". On y retrouve la fausse hardiesse et la peur palpable des habitants, jusqu'à leur courage collectif en fin d'album, en passant pas un procès que l'on a l'impression de revivre. Et pourtant, c'est bien fait, c'est maîtrisé, et c'est agréable. La fluidité du scénario vient compenser ce que l'on pourrait considérer comme un manque d'originalité.

Et puis, le rôle de Jolly Jumper vient apporter quelques clins d'oeil sympathiques dans cet album. J'ai l'impression qu'avec ce tome, il acquiert un statut différent. On l'a connu comme étant un cheval doué, il devient le meilleur ami de Lucky Luke, s'humanisant dans son comportement et ses réflexions. Pour moi, c'est à partir de cet album que Jolly Jumper cesse d'être un simple cheval pour devenir un personnage à part entière, formant un duo avec son cavalier.

A noter également : une référence à Scat thumbs de la Diligence, qui semble avoir pris le train que fait dévier Cole younger... Sympa ! et un bel hommage aux dupondt via ces deux détectives de l'agence Pinkerton.

Le dessin est à son apogée de l'ère Morris, et l'on ne pourra que regretter certains fonds monochromes.

Un bon album, bien classique, mais ô combien rassurant.

23 10 2010
   

35ème album de la série Lucky Luke.

La couverture est plutôt réussie, Morris insiste sur les détails et bien que l'album se nomme Jesse James, le personnage en question n'est pas mis en valeur, au contraire, en position de faiblesse, ce qui accentue le côté comique. Lucky Luke qui surgit toujours d'un endroit invraisemblable, sort de la locomotive par la cheminée, c'est bien trouvé. Dommage cependant pour le choix des couleurs, le ciel mauve ne colle pas avec l'esprit de la série je trouve.

L'album débute de façon inhabituelle en nous faisant un petit résumé du héros qu'est Lucky Luke. Un résumé apparemment nécessaire pour introduire le personnage qui prête son nom au tome, Jesse James, dont la renommée est pour le moment moins glorieuse. L'histoire est plaisante, assez riche, et sympathique. Bien qu'étant réussi, ce tome sent tout de même le réchauffé. Goscinny reprend le même principe que dans le tome "Billy the Kid" pour caractériser et introduire ces personnages. Jesse James est utilisé de la même manière que le gamin mais est accompagné en plus de deux acolytes. Le scénario réutilise pour ses trois malfrats le même schéma que "Billy the Kid". La lâcheté collective des habitants quand les malfrats arrivent en ville, Lucky Luke qui en a marre, les frères qui deviennent tout puissants, bref, du déjà-vu mais ça marche. Rajoutez la spécialité de la bande à James, le pillage de trains et vous obtenez un album complet et plutôt réussi. On note aussi les excellents gags des deux agents Pinkerton, qui nous font bien rire.

Les décors et paysages sont variés et réussis. Le scénario alternant entre ville et désert de l'ouest, Morris offre du très bon dessin de la grande période. C'est joli, ça fait du bien.

Les personnages sont sans doute l'atout de ce tome. Jesse James se prend pour Robin des Bois, ce qui offre quelques infos que le temps d' l'époque médiévale (merci Goscinny !), son frère Franck est un inconditionnel de Shakespeare et Cole Younger offre un bon moment de détente. Les agents Pinkerton, Cosmo Smith et Fletcher Jones offrent un court mais bon moment de rigolade, leurs gags étant à classer parmi les meilleurs de la série. En guest star, on a droit à Billy the Kid et les Dalton, en début de tome. Lucky Luke montre toute son habilité avec les armes et Jolly Jumper est au top de sa forme en cheval à tout faire.

Un album réussi, pas le meilleur de Goscinny, du fait de trop de ressemblances avec "Billy the Kid", mais très efficace. Le tome vaut surtout pour la richesse de ses personnages plutôt que pour l'originalité de l'histoire assez limitée comparée aux tomes qui l'entourent.
Cet album inspirera grandement un tome qui sortira bien des années plus tard, en 2010, "Lucky Luke contre Pinkerton".

8 4 2008
   

Un air de deja vu que ce Jesse James. J'ai plusieurs fois eu l'impression de lire Billy the kid avec notamment le jugement de Cole Younger que seul Lucky Luke cherche desespérement à condamner tandis que les habitants de Nothing Gulch se rangent derrière le bandit de peur des représailles.

Ajoutez à cela les ennuyeuses répliques de Franck James faisant allusion à Shakespeare (Il me semble avoir deja vu quelque chose du même genre dans un LL mais je ne sais plus lequel). Bref, rien de bien nouveau dans cet album.....

7 10 2007
   

Goscinny utilise une nouvelle fois une figure du far west, à savoir Jesse James, mais aussi son frère Frack et leur cousin Cole Younger. Les trois personnages sont différents mais se complètent. Jesse, qui apparaît comme le chef de la bande, se voit comme un robin des bois modernes. Il vole les riches pour donner aux pauvres (qui sont lui même, son frère et son cousin). Franck, qui peut lui être le cerveau de la bande, multiplie sans cesse les citations à Shakespeare (n’oubliant pas de citer le nom de la pièce, son acte et sa scène). Cole Younger enfin est la touche comique du trio (voir la façon dont il fait dérailler un train).

Deux autres personnages sont très bien fais, il s’agit de Cosmo Smith et Fletcher Jones de l’agence Pinkerton. Ceux-ci ont des airs de ressemblance avec les deux célèbres détective de Hergé : les dupond-t. Ils se demandent d’ailleurs pourquoi Jesse James et sa bande arrivent à les reconnaître (c’est vrai que l’on peut se le demander aussi).

De nombreuses scènes comiques se trouvent dans cet album, comme du pauvre Clem, de la chorale ou du procès de Cole Younger. Goscinny montre d’ailleurs dans celle-ci la lâcheté des habitants. Mais contrairement aux autres albums où ce thème fut abordés, ils se rendent eux même compte de leur erreurs et décident de combattre les frères James.

L’album peut cependant laisser l’impression d’une fin ouverte, car les frères James sont expulsés par Lucky Luke au niveau de la frontière de l’Oklahoma, mais les policiers attendent devant celle de l’Arkansas.

un très bon album

7 12 2006
   

Un album qui reprend le même principe que Billy The Kid, mais en un peu moins bien, à mon avis. Depuis longtemps, Goscinny s’intéressait aux frères James, on avait d’ailleurs pu voir des préfigurations du personnage de Jesse James, dans deux albums : LL contre Joss Jamon et Billy The Kid. Ici, les auteurs flanquent Jesse James, de son frère Frank et de son cousin Cole Younger. Le personnage de Frank est d’ailleurs le plus intéressant des trois : il ne cesse de citer Shakespeare de manière totalement caricaturale, se croyant intellectuel. Jesse est lui une sorte de Robin des Bois des temps modernes, sauf qu’il a une conception bien à lui du système de voler aux riches pour donner aux pauvres. Une nouvelle fois, le thème de la lâcheté des habitants de l’Ouest est abordé, c’est un peu dommage. Cependant, cet album est très agréable à lire et reste d’un très bon niveau.

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Lucky Luke, tome 1 : La mine d'or de Dick Digger 18 3.50
Lucky Luke, tome 2 : Rodéo 10 3.30
Lucky Luke, tome 3 : Arizona 8 3.13
Lucky Luke, tome 4 : Sous le ciel de l'ouest 9 3.11
Lucky Luke, tome 5 : Lucky Luke contre Pat Poker 11 3.36
Lucky Luke, tome 6 : Hors-la-loi 11 4.09
Lucky Luke, tome 7 : L'Elixir du Docteur Doxey 8 3.13
Lucky Luke, tome 8 : Phil Defer 11 3.95
Lucky Luke, tome 9 : Des rails sur la prairie 8 3.31
Lucky Luke, tome 10 : Alerte aux pieds-bleus 10 2.80
Lucky Luke, tome 11 : Lucky Luke contre Joss Jamon 10 3.55
Lucky Luke, tome 12 : Les Cousins Dalton 10 3.75
Lucky Luke, tome 13 : Le juge 10 3.45
Lucky Luke, tome 14 : Ruée sur l'Oklahoma 9 3.67
Lucky Luke, tome 15 : L'évasion des Dalton 11 3.55
Lucky Luke, tome 16 : En remontant le mississipi 10 4.15
Lucky Luke, tome 17 : Sur la piste des Dalton 8 3.44
Lucky Luke, tome 18 : A l'ombre des derricks 9 3.72
Lucky Luke, tome 19 : Les rivaux de Painful Gulch 10 4.55
Lucky Luke, tome 20 : Billy the kid 10 4.25
Lucky Luke, tome 21 : Les collines noires 9 3.56
Lucky Luke, tome 22 : Les Dalton dans le blizzard 11 3.77
Lucky Luke, tome 23 : Les Dalton courent toujours 11 2.41
Lucky Luke, tome 24 : La caravane 9 4.06
Lucky Luke, tome 25 : La ville fantôme 7 3.21
Lucky Luke, tome 26 : Les Dalton se rachètent 8 4.19
Lucky Luke, tome 27 : Le 20° de cavalerie 11 4.09
Lucky Luke, tome 28 : L'escorte 9 3.61
Lucky Luke, tome 29 : Des barbelés sur la prairie 8 3.94
Lucky Luke, tome 30 : Calamity Jane 11 3.55
Lucky Luke, tome 31 : Tortillas pour les Dalton 12 4.29
Lucky Luke, tome 32 : La Diligence 10 4.15
Lucky Luke, tome 33 : Le Pied-Tendre 9 4.33
Lucky Luke, tome 34 : Dalton City 7 3.21
Lucky Luke, tome 35 : Jesse James 11 3.59
Lucky Luke, tome 36 : Western Circus 9 3.83
Lucky Luke, tome 37 : Canyon Apache 9 3.50
Lucky Luke, tome 38 : Ma Dalton 10 4.25
Lucky Luke, tome 39 : Chasseur de Primes 11 3.95
Lucky Luke, tome 40 : Le grand duc 7 3.43
Lucky Luke, tome 41 : L'héritage de Rantanplan 9 4.44
Lucky Luke, tome 42 : 7 histoires complètes 8 3.00
Lucky Luke, tome 43 : Le Cavalier Blanc 8 3.94
Lucky Luke, tome 44 : La Guérison des Dalton 9 4.44
Lucky Luke, tome 45 : L'empereur Smith 7 3.93
Lucky Luke, tome 46 : Le fil qui chante 13 4.12
Lucky Luke, tome 47 : Le Magot des Dalton 11 3.55
Lucky Luke, tome 48 : Le Bandit Manchot 10 3.25
Lucky Luke, tome 49 : La Ballade des Dalton et autres histoires 4 2.88
Lucky Luke, tome 50 : Sarah Bernhardt 11 2.82
Lucky Luke, tome 51 : La Corde du Pendu 5 2.00
Lucky Luke, tome 52 : Daisy Town 7 2.50
Lucky Luke, tome 53 : Fingers 7 3.36
Lucky Luke, tome 54 : le Daily Star 8 3.56
Lucky Luke, tome 55 : La fiancée de Lucky Luke 12 2.79
Lucky Luke, tome 56 : Le Ranch maudit 8 1.50
Lucky Luke, tome 57 : Nitroglycérine 12 3.21
Lucky Luke, tome 58 : L'Alibi 7 2.00
Lucky Luke, tome 59 : Le Pony Express 8 4.06
Lucky Luke, tome 60 : L'amnésie des Dalton 9 3.33
Lucky Luke, tome 61 : Chasse aux Fantômes 9 3.00
Lucky Luke, tome 62 : Les Dalton à la noce 7 2.21
Lucky Luke, tome 63 : Le Pont sur le Mississipi 7 3.43
Lucky Luke, tome 64 : Belle Starr 6 2.58
Lucky Luke, tome 65 : Le Klondike 8 3.56
Lucky Luke, tome 66 : O.K. Corral 7 3.14
Lucky Luke, tome 67 : Marcel Dalton 8 1.56
Lucky Luke, tome 68 : Le Prophète 6 2.75
Lucky Luke, tome 69 : L'Artiste Peintre 3 1.83
Lucky Luke, tome 70 : La légende de l'ouest 10 2.55