46 454 Avis BD |20 138 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 1 : Lady Vivian Hastings
 

Long John Silver, tome 1 : Lady Vivian Hastings

 
 

Résumé

Long John Silver, tome 1 : Lady Vivian HastingsAfin d'acceder au résumé de Long John Silver, tome 1 : Lady Vivian Hastings, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Long John Silver, tome 1 : Lady Vivian HastingsXavier Dorison fait parti de ces scénaristes qui lorgnent vers le cinéma, tout comme son comparse Fabien Nury. Ils ont d’ailleurs écrit le scénario du film « Les Brigades du Tigre » qui avait bénéficié d’une préface picturale dessinée par Delitte chez Glénat.

Après avoir touché à plusieurs genres : le catholic fantasy "Le Troisième testament" dans le style « le Nom de la Rose » ; au western façon « Mystères de l’Ouest » : "W.E.S.T.", au récit d’horreur : "Prophet", au fantastique sous-marin : "Sanctuaire". Dorison s’attaque cette fois au récit de pirates. Mais attention, rien à voir ici avec le languissant "Isaac le pirate" de Christophe Blain, les auteurs ne font pas parti de la "même école".

Dorison et son complice au dessin Mathieu Lauffray (déjà auteur de Prophet) signent un album dans la grande tradition des récits de pirates des années 50, 60. C’est de l’aventure pour l’aventure ; l’influence de la série Barbe Rouge de Jean-Michel Charlier et Victor Hubinon se fait nettement sentir.

Concernant le scénario, l’originalité vient du retour d'un personnage de « l’île au trésor » : Long John Silver, le pirate à la jambe de bois. Les auteurs en profitent pour extrapoler sur son destin post-roman.

Certes, ce premier livre, comme souvent dans les séries modernes est surtout un tome de mise en place des personnages : Vivian Hastings, Long John et ses acolytes. Mais, gageons que Dorison et Lauffray sauront nous entraîner dans les trois prochains tomes dans une aventure pleine de bruit et de fureur dans l’enfer amazonien.


Chronique rédigée par JAMES RED le 20/05/2007
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de JAMES REDReflet de l'avatar de JAMES RED
Statistiques posteur :
  • 536 (94,87 %)
  • 23 (4,07 %)
  • 6 (1,06 %)
  • Total : 565 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,30 13,30 13,30
Acheter d'occasion : 1,47
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.92
Dépôt légal : Mai 2007

Avis des lecteurs

19 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Long John Silver, tome 1 : Lady Vivian Hastings, lui attribuant une note moyenne de 3,92/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

5 9 2016
   

A mon tour, je me lance dans la lecture de cette série. Et je ne vais pas être très original, j'ai trouvé ça très bien, avec moi aussi quelques petits bémols. En fait il y a pour moi, dans le dessin comme dans le scénario, une envie de dire : "C'est presque parfait, mais..."

Alors, pour le dessin, c'est très beau, très bien fait. Les personnages sont bien campés, bien représentés. A priori les fourbes ont une gueule de traître, les méchants sont bien typés eux aussi, et il n'y a pas de gentils. Même ceux qui ont l'air neutre se trahissent au bout de quelques vignettes, le visage est déformé par la haine, la colère, ou l'envie, ou autre chose. Même le docteur est louche dans l'histoire, l'ambiance est sombre et glauque, qu'est-ce que vous voulez, c'est une histoire de pirates, donc pas de quartier ! Et le personnage de Long John est magnifique. Mais quand même, il y a des fois où on a du mal à suivre qui est qui, tellement ça hurle, ça se déchire, et de temps en temps on ne sait plus s'il s'agit d'un nouveau personnage ou d'un ancien qu'on n'a pas reconnu. Et la palme revient à Lady Vivian, heureusement que c'est une femme, ça simplifie le travail.

Quand au scénario, il démarre en trombe, sur les chapeaux de roue, c'est tortueux et très compliqué, mais il y a une trame suffisamment linéaire pour qu'on arrive à suivre. On commence par Lord Hastings et on passe à sa femme, donc, Lady Vivian, mais le scénario ne va pas en profiter pour sauter constamment de l'un à l'autre. Le fil conducteur étant à priori l'Indien, qui est le même, si j'ai bien compris, sur le bateau du Lord, puis qui est envoyé au près de son frère (le frère du Lord, suivez, quoi !) pour affréter un bateau. Et c'est là que le bas blesse, pour moi, je ne trouve pas ça vraiment crédible. A cette époque, un gentilhomme Anglais voit arriver un sauvage Indien qui agite une lettre écrite par son frère, et le voilà qui abandonne tout pour voler à son secours ? Et ils vont embarquer une femme là-dedans ? Et il vend tout pour acheter un bateau en espérant un trésor ? Je trouve ça tiré par les cheveux.

Donc c'est très très bien, c'est joli, je souhaite juste que les dessins progressent un peu pour qu'on identifie clairement les protagonistes, et que le scénario trouve une ficelle pour justifier un peu plus les motivations des uns et des autres. Mais c'est vraiment bien.

20 11 2014
   

Le scénario général est quand même pas mal : imaginer ce qu’est devenu ce fameux pirate quelques années après la fin du roman de Stevenson.
« Long John Silver » est une histoire sombre, très sombre même.
J’ai une fois de plus plongé avec un vrai bonheur dans la « grande aventure » , ce dès ce premier opus. Le synopsis est attachant, des personnages, des décors vraiment réussis par un graphisme attractif.
Cet album ne me laisse pas indifférent.
J’ai apprécié le travail de Lauffray qui –outre un dessin « haut la main »- se montre un excellent coloriste (sans oublier Thimothée Montaigne) ; m’emmenant ainsi dans de très belles pages qui me rivent vraiment l’œil.
Plusieurs tomes sont normalement prévus pour ce « retour » du personnage mythique de « L’Ile au Trésor ».
Je ressens comme l’impression que les auteurs feront encore mieux.
Vraiment prometteur. Bien bon que tout cela.

9 6 2014
   

Un peu difficile pour moi de rentrer dans cette histoire qui a pourtant l'air terrible... J'ai eu du mal avec les dessins que je n'ai pas toujours trouvé réussis. Certains le sont mais d'autres ne me semblent pas assez détaillés, c'est dommage...
Pour ce qui est de l'histoire, c'est on ne peut plus classique pour un premier tome. Rencontre avec les personnages et on découvre la quête, qui comme dans toutes les histoires de pirates est une quête pour aller ramener un trésor.
Pour ce qui est de l'ambiance, elle est vraiment bien retranscrite et on sent les vagues sous le Neptune ;)
Un bon premier tome qui ne demande que confirmation avec le deuxième, mais pour ça je crois que l'on peut faire confiance à Xavier Dorison.

30 10 2013
   

Bonne idée de donner une suite à ce merveilleux roman qu'est "L'Ile au trésor". On y retrouve nombre de ses personnages, quelques années après, au premier rang desquels l'unijambiste Long John Silver.
J'ai mis longtemps à me plonger dans cette série à succès dont il faut reconnaitre que la couverture est extrêmement attirante : Ce beau graphisme à la William Vance, ce mystérieux personnage de dos (qui finalement n'est pas Long John) et ce très réussi graphisme de titre avec son "logo" à la tête de mort .... Dur d'y résister.
Finalement j'ai trouvé ça plutôt bon mais je m'attendais à quelque chose de franchement meilleur. Sa belle renommée m'en a fait peut-être trop attendre. C'est un bon tome d'introduction et de présentation des personnages et de la situation de départ. Mais je n'ai pas réussi à me sentir complètement happé par l'atmosphère "piraterie" à laquelle je m'attendais. Même si elle n'est pas trop mal rendue.
En fait j'ai trouvé certaines scènes un peu confuses par moments. Surement dû en partie au dessin de Lauffray qui ne différencie par assez clairement les personnages.
Je suis partagé sur son dessin : par moments grandiose (les grandes cases en général) et d'autres fois comme "mal fini" (pour les cases plus petites).
Je pense que ça devrait vraiment décoller dans le second tome.

24 5 2013
   

Un premier tome un peu long à démarrer. Les bases sont soigneusement posées. Mais on s'y prend très vite avec l'apparition de Long John et de sa bande de pirates. Et là, l'histoire devient Ô combien très prometteuse. On se retrouve avec plus d'une dizaine de personnages très intéressants. Chacun complotant contre les autres en passant des alliances secrètes.

Les dessins sont soignés et nous plongent parfaitement dans l'ambiance. Une fois ce premier tome fermé, vous n'aurez plus qu'une envie. Vous plongez dans la suite afin que ce grand voyage au bout du monde et magnifique aventure débute.

3 4 2013
   

Dès la première page on nous annonce un hommage à Stevenson et « l’île au trésor », alors on s’attend à des pirates, des bateaux, des combats au sabre ou à l’épée, des « à l’abordage ! ». Enfin, moi, je m’attends à ça en tout cas. Là, petite déception, il n’y a rien de tout ça dans ce premier volume. Normal, c’est un tome introductif, on nous plante le décor et pour cela on est bien sur terre et en Angleterre qui plus est. Une femme va donc partir rejoindre son mari qui a découvert un trésor du côté du Pérou, elle a bien l’intention de s’en emparer et pour cela elle recrute Long John Silver et son équipage. C’est bien raconté, les personnages sont bien campés mais…mais, j’en attendais plus.

Même du côté du dessin, je ne suis pas aussi séduit que je l’aurais pensé, c’est assez terne et les visages ne sont pas toujours précis.

Alors, au final j’ai bien aimé mais j’attends toujours les bateaux, les combats, les pirates etc. Comme beaucoup de choses ont été dites déjà sur ce premier opus, je ne vais pas en rajouter, je vais laisser ma mini-déception de côté pour aller lire la suite en espérant que je vais trouver ce que j’attends.

6 7 2012
   

Je vais faire court vu que beaucoup de choses ont été dites par les nombreux posteurs ci-dessous. Cet album lance efficacement cette série, tout en renouant, grâce aux noms de certains personnages et à l'évocation d'un passé commun, avec l'oeuvre de Stevenson, "l'île aux trésors". Mais c'est bien une histoire à part entière qui est lancée ici et si le docteur Livesey, Long John Siver lui-même, et des références à l'Hispaniola parsèment le récit, il n'est nul besoin d'avoir lu l'oeuvre initiale pour comprendre ce début d'aventure. J'ai beaucoup aimé l'ambiance qui se dégage de cet album, j'ai beaucoup aimé le physique des personnages et le trait et la mise en couleur sont pour moi des révélations, même si le trait se fait parfois moins précis et plus flou. Mais surtout, ce que j'ai apprécié dans cet ouvrage, c'est le vrai travail sur les personnages. Parce que malgré le titre de la série, le véritable personnage central de cette série, c'est bien Vivian Hastings, un personnage qui s'annonce d'ores et déjà comme étant fourbe, déterminée et aventureuse. Lady Hastings est un personnage fort, et a retenu toute mon attention. Mais ce souci de nous présenter des personnages de fort caractère ne se limite pas à Lady Vivian, et de sa servante à chacun des membres de la troupes de long John Silver, en passant par le beau-frère de Vivian c'est l'ensemble des personnages qui sont formidablement croqués, aussi bien dans leur physique que dans leur tempérament. Enfin, j'ai aimé que ce premier tome soit plus qu'une introdcution : elle nous propose beaucoup de choses : la situation de Lady Hasting, la rencontre de cette dernière avec Livesez puis Long John Silver, l'exposé sur l'existence d'un Eldorado qui aurait été découvert, et les premiers faits d'armes de Long John et de son équipe... On ne s'ennuie pas et ce premier tome offre une belle diversité et une vraie densité. C'est un album qui vaut vraiment le détour, tant pour son aspect graphique particulièrement réussi que pour le scénario qui se met en place de façon assurée, grâce à des personnalités bien campées.

30 12 2011
   

Après "Prophet" et le "Troisième Testament", le duo Dorison & Lauffray se lance dans une nouvelle aventure sur le thème de la piraterie cette fois-ci.

Ce premier opus nous emmène en Angleterre et plus précisément dans le manoir des Hasting où l'on retrouve Lady Vivian Hasting, l'épouse de Lord Hasting parti pour le nouveaux monde en quète de l'eldorado depuis maintenant trois ans. Cett dernière va malheureusement apprendre bien malgré elle, non pas la mort de son mari mais au contraire son retour victorieux. Seulement Lord Hasting pour financer son expèdition va devoir vendre tous ses biens, y compris le manoir, mais c'est sans compter sur la lady Vivian qui va tout faire pour toucher la part de son butin, ce qui implique notamment de faire appel à la piraterie en particulier à Long John Silver dont la réputation n'est plus à faire dans le milieu. Un stratagème est mis en place afin que l'équipage de ce pirate se retrouve à bord du navire pour cette expèdition vers la cité de Guyanacapac.

Dans ce premier chapitre donc, Xavier Dorison pose les base de son aventure en nous apportant finalement toutes les informations ou quasiment toutes nécessaire pour aborder cette expédition. Néanmoins on sent dès ce premier tome, toute la complexité et la richesse qui se cache derrière ce scénario en faisant intervenir un certain nombre de personnages qui semble tous avoir leur intérêt. Contrairement à certaines oeuvres, l'importance ici de chaques personnages garantie une lecture agrèable et fluide, sans risque de se perdre dans le flux de personnages tous aussi inintéressant qu'inutile.

Le travail de Mathieu Lauffray est encore et toujours impressionnant de rigueur et de maîtrise. le résultat final permet réellement d'offrir une vraie profondeur au scénrio de Dovison. Les personnages sont vraiment mis en valeur par le talent de Lauffray et donne une vitalité à ces derniers et un caractère très personnel à chacun. Les nuances de couleurs sont également merveilleusement bien maitrîsées nous plongeant dans un univers sombre et quelque peu malsain mais paradoxalement très attirant.

Dorison & Lauffray nous gratifient donc d'une très bon premier tome, qui ouvre la voie de la plus belle des manières aux épisodes à venir.

30 11 2009
   

Peu de choses à rajouter sur ce qui a été dit. Une aventure qui s’annonce grandiose. Une héroïne dévergondée et manipulatrice et un Long John Silver entouré d’une équipe bien calibrée s’apprêtent à embarquer pour l’Amazonie. Les préparatifs sont terminés, on quitte avec une certaine nostalgie ces somptueux villages enneigés de la côte anglaise plongés dans l’obscurité inquiétante de l’hiver, mais déjà on sent le vent du large qui nous appelle, on appréhende une traversée chahutée et on se languit d’apercevoir la forêt chaude et moite de l’autre côté de l’océan…
Le dessin est d’une qualité incroyable et plus particulièrement les éclairages et les contrastes. Les torches reflètent sur la neige, le sang scelle les parchemins, le gel attache aux cordages. Mon plaisir visuel a été total !
Je ne me suis lancé que très tardivement dans cette histoire malgré l’attirance de longue date que me provoquait la couverture à chaque fois que je passais la porte de la librairie et je ne regrette déjà qu’une chose : ne pas avoir attendu la parution complète de la quadrilogie tellement c’est frustrant de devoir interrompre cette quête!

15 10 2008
   

C'est déjà le dixième avis sur cet album sorti l'an passé. Coinbd n'étant pas un repaire de bédéphiles passionnés par la piraterie, la note globale obtenue par ce premier tome prouve que "Long John Silver" n'est en rien à réserver aux amateurs de forbans maritimes : c'est tout simplement une BD qui sort du lot. Et de belle manière.

Il faut dire que le duo d'auteurs n'en est pas à son coup d'essai. On a pu apprécier le travail de Lauffray dès les premiers tomes du "Serment de l'ambre" et les planches qu'il livre pour cette nouvelle série sont franchement remarquables. Les visages, les décors, les couleurs, tout est impeccable et immerge le lecteur dès la première case dans un univers qu'il ne quittera qu'à regret en fin de lecture.

Xavier Dorison est un des scénaristes surdoués qui ont émergé depuis quelques années. "Le Troisième testament" et "Sanctuaire", c'est lui : si vous avez eu l'occasion de les lire, vous savez que ce sont des séries qui se hissent au-dessus des autres. Hé bien "Long John Silver" est peut-être son scénario le plus abouti à ce jour, tant dans la qualité des dialogues que dans l'enchaînement des événements. Si cela vous parle : j'ai pu lire l'album sans l'acheter ; le lendemain, j'ai investi dans ce tome qu'il me fallait d'évidence sur mes étagères (et j'ai acheté la suite au passage, tant qu'à faire ! ;) ). Je ne le fais vraiment pas souvent, mais "Long John Silver" s'est imposé comme un album incontournable pour le bédéphile que je suis. La psychologie des personnages est esquissée avec beaucoup d'intelligence et on est littéralement happé par l'intrigue.

Superbe introduction pour cette série qui devrait compter quatre albums et que je ne peux que vous recommander très fortement !

19 5 2008
   

Il est vrai qu'à la fin de chaque film, dessin animé, adaptation BD et bien sûr à la fin du roman lui-même, L'Ile au trésor, je me suis demandé ce qu'il advenait ensuite de Long John Silver après que Hawkins le laisse quitter le navire et qu'il disparaît sans laisser de trace. C'est donc avec une vraie curiosité que j'ai applaudi l'idée du scénario de cette nouvelle série qui reprend le personnage et nous conte la suite de ses aventures, de longues années plus tard.

Après lecture, j'admets que le premier tome de Long John Silver forme une bonne introduction, une introduction à même de promettre de grandes péripéties à venir, avec aventure, trahisons et relations complexes.
Ce premier album ne suffit cependant pas encore à me convaincre.
Tout d'abord parce que l'univers des pirates tel que je l'aime personnellement est plus lumineux, plus imaginaire (j'ai été bercé par Monkey Island et mine de rien j'ai bien aimé le ton léger des films Pirates des Caraïbes). Quand on me propose comme ici une atmosphère sombre et lugubre, avec des personnages noirs et tortueux, je n'accroche pas directement.
J'ai eu la même impression au niveau du dessin. Techniquement bon, il offre quelques très belles cases. Cependant je n'apprécie que moyennement son encrage sombre et son trait légèrement confus.

J'attends donc de voir la suite.

30 9 2007
   

Après avoir lu les avis de tous le monde, je n’ai pas grand-chose à rajouter.
Cet album est franchement prenant. Une nouvelle histoire de Pirates, d’homme durs et sans pitié, de course au trésor qui démarre fort avec des personnages hauts en couleurs. Ce premier opus présente les différents protagonistes et déjà quelques uns sortent du lot avec une grosse personnalité. Evidemment Long John Silver, mais aussi le médecin un peu lâche, et surtout une femme, Lady Vivian Hasting qui montre un caractère fort et une manière de vivre assez décalée pour cette époque Victorienne très rigide.
Le dessin est fort, sombre et grandiose, parfois trop esquissé à mon gout mais empreint d’une atmosphère d’époque très réelle.
La lecture est passionnante et déjà la fermeture du livre appelle la suite.
Cet album fait partie des histoires fortes qui laissent quelque chose après la lecture, comme si on rentrait dans l’histoire, comme si on la vivait.
J’aime beaucoup cette aventure qui nous ramène loin en arrière, à l’époque des Barbe Bleue et autre Ile aux trésors.
Une bonne note aussi pour la couverture très réussie

25 7 2007
   

Après nous avoir régalé avec Le Troisième Testament, ce scénariste dont le talent n'est plus à prouver persiste et signe avec cette nouvelle série, qui démarre avec un album d'une qualité irréprochable. L'histoire vous prend dès les premières vignettes pour ne plus vous lâcher, et à la dernière page, vous n'avez qu'une envie: lire la suite! Quand au dessin de Mathieu Lauffray, il est magnifique.
De la grande BD!

16 7 2007
   

Les récits de pirates ont apparemment le vent en poupe depuis les «Pirates des Caraïbes» et les amateurs du genre ne pourront qu’apprécier cette reprise du personnage de L’île au trésor, petit chef-d’œuvre de l’écrivain écossais Robert Louis Stevenson, par le duo de "Prophet".

Xavier Dorison ("Le Troisième testament", "Prophet", "Sanctuaire", "W.E.S.T."…) laisse donc de côté le fantastique pour nous plonger au sein d’une intrigue construite autour d’un trésor mythique et peuplée de pirates et de flibustiers. L’histoire fourmille de caractères forts tout en surfant sur le mythe du roman de Stevenson avec le célèbre pirate à la jambe de bois, le docteur Livesey ou ce repère de loups baptisé SpyGlass. Mais, Long John Silver n’apparaissant que tardivement, le personnage central de ce premier volet est Lady Vivian Hastings, une femme intrigante aux traits de caractère intéressants et bien exploités.

Les dessins de Mathieu Lauffray ("Le Serment de L'ambre", "Prophet") sont somptueux, avec une couverture et une introduction dans les profondeurs de l’Amazonie qui accrochent le lecteur dès les premiers instants.

Prévue en quatre tomes, le premier tome de cette série qui rend hommage à l’œuvre de Stevenson saura combler les amateurs de séries telles que "Barbe-rouge" ou "L'Épervier".

29 5 2007
   

Attention, expédition à surveiller de très près !
Partir à la recherche du trésor de Robert Louis Stevenson n'est pas une mince affaire, et il vaut mieux s'appuyer sur un solide équipage pour s'y atteler.

C'est le cas avec le tandem Dorison-Lauffray. Le premier sur la dunette, en navigateur chevronné, semble bien connaître la route. Le second, capitaine de vaisseau déjà bardé de nombreux titres de gloire, est un leader rassurant pour l'équipage. Un équipage que l'on espère fourni et enthousiaste, un équipage qui devrait rester fidèle à ce gros galion affrêté par l'armateur Dargaud pour une destination encore floue, mais qui promet monts et merveilles.
Mais la traversée est semée d'embûches. Il ne faudra pas se décourager au moindre grain, ne pas craindre le mauvais oeil qui accompagne souvent la présence de femmes à bord, même si celles-ci sont précédées par une réputation sulfureuse. Non, il va falloir garder le cap, lutter contre vents et marées, et mener l'expédition à bon port, à Guyanacapac, cité fabuleuse.

Les voyageurs ne sont qu'au début de leur périple, mais nul doute que celui-ci fera date dans l'histoire de la navigation.

28 5 2007
   

Dorison et Lauffray sont habitués à réaliser des oeuvres de grande qualité, et bizarrement, John Long Silver est le premier album des auteurs qui je lis.

Premier constat : j'adore le style de Lauffray. Celui-ci n'est pas révolutionnaire, mais c'est tout simplement beau, c'est puissant (les premières planches sont une merveille).

Deuxième constat : Dorison tient bien la barre de son scénario en s'appropriant le célèbre pirate de l'oeuvre de Stevenson, tout en proposant une histoire claire et compréhensible pour les incultes de mon genre qui n'ont pas lu "L'Ile au trésor" (la honte).

Ce premier tome est donc plein de promesses. Je suis quasiment certain que cette série va être de qualité. Cependant, cet album introductif m'a un peu laissé sur ma faim. L'album se termine avec la bande à Long John Silver en partance pour l'aventure, c'est ce que j'attendais, mais j'aurais bien aimé y goûter dès ce premier tome.

28 5 2007
   

Plus qu’un vibrant hommage à une des œuvres majeures de Stevenson, ce premier opus inaugure une série des plus prometteuse.

Avec Xavier Dorison au scénario, on pouvait déjà s’attendre à une histoire de qualité, finement ciselée, mais force est d’avouer que le scénariste du « Troisième Testament » se surpasse avec ce premier opus. Certes nous n’en sommes encore ici qu’aux prémisses de l’histoire, les auteurs posant les bases de ce qui promet d’être une aventure captivante, riche en rebondissement, en mystère et en personnages haut en couleur.

Avoir choisi de reprendre la plume là où Stevenson l’avait posé était un pari risqué, mais Dorison s’approprie bien l’univers, tout en permettant à ceux qui n’ont pas lu l’œuvre première d’accrocher tout autant à l’histoire. Les lecteurs assidus des aventures de Jim Hawkins (dont je suis) pourront quant à eux apprécier la présence de certains des personnages du roman original, plus quelques clins d’œils bien placés.

Le dessin n’est pas en reste, car Lauffray, après son travail sur « Prophet » et « Sanctuaire » s’essaie ici à un récit plus historique où son style si particulier fait des merveilles. Les cadrages sont cinématographiques, les personnages campés avec maestria (Long John Silver en tête, personnellement je n’imaginais pas autrement le célèbre pirate à la jambe de bois), la mise en couleur sombre et efficace, ce qui apporte beaucoup à l’ambiance de l’histoire.

En bref, que vous ayez lu ou non le roman de Stevenson, que vous soyez amateurs ou non d’histoires de pirates, ce premier album semble lever le voile sur une série captivante à côté de laquelle on ne peut décemment pas passer.

20 5 2007
   

Un album réunissant Dorison et Lauffray ne pouvait qu'attirer mon attention.
Pensez-donc : Le scénariste génial du Troisième Testament, allié au dessinateur surdoué de "Prophet" (série sur laquelle les deux auteurs avaient déjà travaillé ensemble lors du premier tome), il aurait été bien dommage de passer à côté de Long John Silver.

Premier constat : c'est superbe. Je suis complètement sous le charme du style graphique de Mathieu Lauffray, comme toujours. Le trait est puissant, la mise en scène cinématographique, et le travail sur les couleurs donne à lui-seul une âme propre à cet album.
L'auteur prend des risques en tentant des mises en pages complexes et travaillées, sans pour autant perdre le lecteur : la narration graphique est sans faille, la lecture coule de source, pages après pages.

Dorison quant à lui amorce ici une histoire qui promet d'être palpitante. Les personnages sont hauts en couleurs, l'intrigue principale particulièrement prenante. On regrettera juste que cet album ne soit que les prémices d'une grande aventure, et qu'il ne joue qu'un rôle introductif sans vraiment partir encore dans le vif du sujet.
Pourtant, tout est déjà très clair : n'allez pas croire que Long John Silver n'est qu'un album graphique, le scénario est vraiment à la hauteur.

Pour terminer, sachez que :
- J'ai adoré, lu et relu le roman de Stevenson, "L'Ile au trésor"
- Il n'est en aucun cas nécessaire d'avoir lu le roman pour profiter pleinement de cette série, qui se veut une variation autour du personnage le plus charismatique de cette histoire.

Bonne lecture !