46 534 Avis BD |20 177 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 2 : Casse Tête
 

Locke & key, tome 2 : Casse Tête

 
 

Résumé

Locke & key, tome 2 : Casse TêteAfin d'acceder au résumé de Locke & key, tome 2 : Casse Tête, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Locke & key, tome 2 : Casse TêteAprès un premier tome qui introduisait de très belle manière cette saga, voici venu un second opus pas moins réussi. Jusque-là, une seule des clés avait été découverte par les différents protagonistes, mais Bode découvre une seconde clé, alors que celle qui lui permettait de quitter son corps a disparu.

Toujours aussi prenant, l'univers de la série ne s'adoucit pas pour autant, étant donné que Dodge n'entend pas laisser d'anciennes connaissances mettre au jour son secret. On fait également un pas dans la bizarrerie, étant donné que la nouvelle clé offre des possibilités assez hors-norme. Une clé qui ouvre une serrure que chacun porte en soi, et qui permet d'apprendre (ou de désapprendre) à loisir.

J'aime ces ambiances hors-norme, ce mélange de fantastique, de malsain et de peur enfantine, car seuls les enfants semblent à même de constater les effets des clés. Par qui ont-elles été conçues ? Dans quel but ? La suite des albums nous l'apprendra sans doute, de même que ce qu'espère trouver Dodge / Lucas / Zack en s'approchant de la famille Locke.

Le dessin est toujours aussi réussi, voire davantage. Quand il s'agit de mettre en scène la part fantastique du récit, Rodriguez s'en sort à merveille. Le trait est maîtrisé, à la manière des productions comics indépendantes de ces dernières années, quelque part entre "Y le dernier homme" et "Preacher". La mise en couleur, assez sobre, ne gâche en rien l'ensemble.

Locke and Key intègre sans difficulté le rang des séries comics que je suis maintenant avec une attention accrue. Un scénario riche en rebondissement qui puise avec bonheur dans un fantastique que ne renierait pas Stephen King (dont le scénariste est le fils), un dessin réussi qui colle parfaitement à l'ambiance, bref une très bonne série. Chaudement recommandée.


Chronique rédigée par vladkergan le 16/01/2012
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de vladkerganReflet de l'avatar de vladkergan
Statistiques posteur :
  • 351 (68,82 %)
  • 73 (14,31 %)
  • 86 (16,86 %)
  • Total : 510 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 14,16 14,16 14,16
Acheter d'occasion : 12,28
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.88
Dépôt légal : Juin 2011

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Locke & key, tome 2 : Casse Tête, lui attribuant une note moyenne de 3,88/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

27 8 2014
   

Si le tome 1 m'avait assez plu, malgré une mise en route un peu étrange à mes yeux, celui-ci m'a pleinement absorbé. Un peu le cheminement inverse que celui de l'ami gdev !

La découverte de la clé de tête est l'élément qui a fait «bing» dans la mienne. Avec cette invention narrative, la série, qui avait déjà l'avantage de cumuler l'étrange, le fantastique, le mystérieux, l'action et la psychologie, se dote désormais du merveilleux. Excusez du peu !
Et puis il y cette scène dans les cavernes des falaises, qui ornent la couverture. Un passage digne du cinéma !

Bon, moralité au bout de 2 tomes : mieux vaut tard que jamais ! J'ai mis un sacré moment à m'y intéresser mais cette série est unique !

27 8 2014
   

J'ai un petit peu moins apprécié ce second tome. Il faut dire que le premier était à mes mieux particulièrement bien construit, avec un dosage du fantastique étudié qui faisait que l'on se laissait entrainer dans l'aventure. Ici, les choses me semblent un poil plus compliquées. Et pourtant, le début est intéressant : suivre le professeur de théâtre de feu Rendell, qui a connu Zack, revenu 30 ans plus tard sous le nom de Dodge/Lucas, était assez prometteur. On avait l'impression que ce témoin allait permettre de faire toute la lumière sur les événements passés, permettant de comprendre comment cette présence maléfique s'était retrouvée dans le fameux puits. Mais le scénariste choisit en cours de route une autre voie, dans laquelle la présence du fantastique se fait plus spectaculaire. On introduit un clé speciale qui permet d'ouvrir les crânes des humains, et de manipuler ainsi le contenu de leur cerveau. L'idée est intéressante, et la représentation graphique de tout cela est plutôt bien imaginée : représenter la peur, les rêves, ou encore l'imagination n'est pas chose facile et pourtant, tout cela est assez palpable. Mais si l'idée est intéressante, elle est plus difficile à croire et j'ai eu du mal à y adhérer. La fantastique est tellement poussé que j'ai un peu perdu le fil des événements parce que j'y croyais moins. Surtout, je trouve que l'histoire, qui tourne beaucoup autour de cette idée, perd en rythme. En effet, on est pressé maintenant de découvrir ce qui a pu se passer quelques décennies plus tôt dans ce fameux cours de théâtre du lycée de Lovecraft : malhuereusement, à force de tourner en rond autour de cette clé, on avancera pas d'un pouce dans cette intrigue qui me semble pourtant au centre du récit.

Il reste bien sûr un environnement très original, et une atmosphère inquiétante à souhait. Mais après un premier album mené tambour battant, on a l'impression que l'auteur ne sait plus comment relancer l'histoire avec la même qualité, et le dosage de la part fantastique nuit, cette fois-ci, à la crédibilité du récit.

3 2 2012
   

Après un premier tome qui permettait de découvrir les différents personnages et d’installer un univers fantastique particulièrement prometteur, ce second volet confirme tous les espoirs du premier.

Le lecteur retrouve donc cette famille venue prendre un nouveau départ à Lovecraft, dans le Massachusetts, suite à l’assassinat du père par un lycéen. C’est à nouveau le cadet des trois enfants qui, en fouillant dans les recoins de la propriété du frère du défunt, va faire des découvertes de plus en plus surprenantes. Après cette clé qui permettait de quitter son corps, c’est cette fois une clé permettant d’ouvrir son propre crâne qui est au centre de ce second tome. Sans oublier la sorcière du puits qui est dorénavant devenue Luke : un lycéen dont plusieurs personnages semblent se souvenir. Il y a donc suffisamment de bonnes trouvailles pour entretenir le suspense et l’ambiance envoûtante de cette saga. L’intrigue principale pourrait certes avancer un peu plus vite, mais le développement psychologique des personnages et les nombreuses découvertes surprenantes comblent largement cette petite lacune.

Si le scénariste, Joe Hill, qui n’est autre que le fils de Stephen King, confirme le début prometteur et parfaitement maîtrisé de cette saga, Gabriel Rodriguez fait de même aux dessins. Le dessinateur chilien continue de distiller cette atmosphère efficace qui s’installe au diapason de cette saga.

Indispensable aux amateurs de fantastique !