46 492 Avis BD |20 156 Albums BD | 7 883 séries BD
Accueil
Tome 2 : éloise de Montgri
 

Les tours de Bois-Maury, tome 2 : éloise de Montgri

 
 

Résumé

Les tours de Bois-Maury, tome 2 : éloise de MontgriAfin d'acceder au résumé de Les tours de Bois-Maury, tome 2 : éloise de Montgri, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Les tours de Bois-Maury, tome 2 : éloise de MontgriUne bien belle histoire moyennageuse que voilà, simple et claire dans son énoncé, mais fertile en rebondissements grace aux talents de conteur du scénariste, qui se trouve être le dessinateur. Un maître de la bande dessinée contemporaine qu'on ne présente plus : Hermann. A son talent se conjugue celui du coloriste Fraymond.

Cette histoire sombre et mystérieuse, dans les premières pages, se révèle rapidement un grand classique. Une terre, un domaine, un château dont tous les habitants sont passés au fil de l'épée. Mais l'héritier légitime à survécu, et n'aura de cesse que de faire valoir son droit. Une terre à reconquérir, un domaine à reconstruire, un félon à destituer, on connaît la chanson. Mais ici se greffe le thème de la vengeance, de l'honneur et de l'amour courtois (ou presque), de la famine des paysans, et des gueux qui apprendront malgré eux le maniement des armes. Le tout en un soufflme épique, prenant, grandiose, et diablement bien interprété.

On retrouve avec plaisir le chevalier de Bois-Maury (c'est quand même le titre de la série), on a oublié Germain (dommage), on découvre éloise. Encore une fois une bien belle histoire, mais qui peut se lire de façon complètement indépendante du premier tome, et c'est là que le bat blesse. On s'était un peu beaucoup intéressé aux antagonistes du premier round, et là-dessus on reste sur notre faim. Tant pis, ça sera pour la prochaine fois.

Le scénario est sans grandes surprises, sauf peut-être l'attaque finale contre les brigands dans leur repaire. La chute est un peu rapide, pas bâclée, non, un peu rapide. Le personnage d'éloise manque un peu de dimensions, et surtout, on ne sait pas trop comment elle a retrouvé la trace de celui qu'elle poursuit. Je ne peux pas en dire plus sans dévoiler l'intrigue, alors faites vous une idée par vous même.

En tout état de cause, vous ne regretterez pas le voyage. Hermann est un maître conteur, il vous distraira ou peut-être même vous enchantera. Mais il ne vous ennuiera pas.


Chronique rédigée par Mike2a le 29/01/2009
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Mike2aReflet de l'avatar de Mike2a
Statistiques posteur :
  • 470 (93,63 %)
  • 26 (5,18 %)
  • 6 (1,20 %)
  • Total : 502 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 8,40 8,40 8,40
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.60
Dépôt légal : Novembre 1985

Avis des lecteurs

5 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les tours de Bois-Maury, tome 2 : éloise de Montgri, lui attribuant une note moyenne de 3,60/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

21 8 2019
   

Encore un tome que j'aime particulièrement. A force de lecture, la découverte n'est plus vraiment au rendez vous, et pourtant je suis toujours autant séduit par l'ambiance moyenâgeuse qui me parait juste.

Le ton et les personnages sont donc les grands atouts de ce tome, qui reste asse dynamique, notamment grace au personnage de la couverture qui maintient le suspens.

Pour autant, il reste des zones plus difficiles à défendre, notamment la colorisation qui, je trouve, ne vieillit pas très bien, ou les têtes des personnages (féminins souvent) ont du mal à me séduire.

Le fait qu'on ne retrouve pas les mêmes protagonistes d'un tome sur l'autre ne me gêne pas particulièrement, du moment qu'on retrouve Aymar en fil rouge

14 11 2013
   

Le premier tome ne m'avait pas emballé plus que cela, ce second ne saura pas vraiment faire mieux. Je commence par la (mauvaise) surprise de ne pas retrouver Germain : il est donc confirmé que l'on se dirige vers un série aux tomes indépendants, sans rapports les uns aux autres, mettant en scène un Aymar de Bois-Maury qui part vers son château et vivra au cours de son périple des mini-aventures. Après coup, la fin du tome précédent semble plus inutile encore que lors de la lecture puisque il semble que l'on doive oublier Germain. L'histoire qui occupe Aymar cette fois-ci est une troupe de brigands qui dévalise les seigneuries du comté de Caux : les villageois rescapés peuvent compter sur l'appui d'Eloïse de Montgris, pour traquer le chef des bandits, dont le visage est dissimulé sous une peau de bouc. Aymar tombe un peu par hasard dans cette intrigue et joindra ses forces à la vengeance qui se prépare, pour les beaux yeux d'Eloïse.

Je trouve le scénario très creux. Les raisons qui expliquent que Eloïse se retrouve bien loin de son Adalousie d'origine ne tiennent pas la route : comment a-t-elle appris que celui qu'elle recherchait se cachait sous ce masque de brigand ? On nous dit jusqte qu'elle s'en "doutait" : pourquoi ? comment ? tout cela est bien obscur et du coup, c'est son apparition même dans cette histoire qui n'a plus de fondement. De la même façon, Aymar arrive là-dedans par hasard, et joint ses forces aux villageois, sans vraiment que l'on sache pourquoi : serait-ce uniquement parce que Eloïse lui a demandé trèèèèèèèèès gentiment ? C'est un peu léger, comme raison... Et comment le chef des brigands en est arrivé là ? Je trouve que le scénario même de ce tome est peu recherché.

Il nous reste toutefois un belle fresque moyennâgeuse, mettant en scène, avec un réalisme certains personnages hauts en couleurs (du jeune héritier seigneurial au pépé paysan, en passant par toutes les strates de cette société), ainsi qu'une certaine tension dans les phases d'action. J'aime également cette petite pointe d'humour de répétition autour d'un personnage en particulier, qui vient donner un petit vent de fraîcheur à l'histoire.

Malgré un dessin talentueux (quoiqu'il puisse apparaître aujourd'hui un peu daté) qui nous retranscrit avec fidélité un moyen âge plus vrai que nature, les bases mêmes du scénario ne sont pas assez solides pour que je les apprécie.

22 1 2010
   

Certes, l'ambiance est magnifique, et la tragédie de la vie à cette époque est superbement rendue. On se dit: "Oui, c'est comme ça que ça devrait être à l'époque". Le dessin est pas mal, superbe par pages, un peu bizarre sur d'autres (surtout les visages). Je n'ai pas reconnu certains protagonistes par ci - par là. L'épaisseur psychologique des acteurs est variable, par exemple, le vieux à la poule a beaucoup plus d'importance que Bois-Maury. Les relations entre Eloise et celle qu'elle cherche sont mal expliquées, et la fin est trop rapide. Il semble que le scénariste prend trop de temps à se complaire dans la description de l'époque plutôt que de se préoccuper de la profondeur de certains de ses personnages, notamment principaux. En réalité, l'histoire en elle-même, certes classique, fait quand même plutôt amateur que génie.
Et c'est dommage, car on s'était bien attachés au personnages du tome 1, et à part Bois-Maury, ils sont totalement absents de ce tome 2. Je commence à me demander si cette oeuvre n'est pas une "Etude du Moyen-Age" plutôt qu'un récit historique des aventures de personnages. Alors certes, l'étude est excellente, mais c'est dommage de ne pas avoir un fil conducteur un peu plus épais, et que l'auteur s'intéresse plus à l'époque qu'aux personnages et à leur psychologie.

24 5 2009
   

Hermann continue de construire ses récits en se jouant des convenances. Le chevalier de Bois-maury n'apparait qu'à la 16ème page et la belle Eloïse du titre, à la 22ème!
Il cherche plus à dépeindre le monde moyen-âgeux que le parcours d'un personnage principal, et il le fait très bien. L'époque est rude, sans pitié et la vie y est précaire.
La quête de Bois-Maury est anecdotique et le chevalier se trouve mélé à cette aventure un peu malgré lui. Le lecteur etant témoin de tout ça. On apprend au passage que l'errance du chevalier dure déjà depuis au moins 10 ans.
Outre son superbe dessin joliement réhaussé des couleurs de F.Raymond, Hermann excelle dans la description de nouveaux personnages, plus ou moins importants, plus ou moins mystérieux. Cet album en comporte 2 en particulier qui sont inoubliables : le berger masqué et le vieux à la poule.
On se régale de se plonger dans le lointain passé au travers de cette aventure violente et impitoyable. On frémit avec les paysans sans toit sous le lourd ciel d'hivers. On se demande quel genre de seigneur va devenir le jeune De Caulx, enfant imprégné de sa supériorité sociale et qui en use déjà très bien.
Et on en redemande...