46 495 Avis BD |20 158 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 3 : Avril 1915 - Ypres
 

Les sentinelles, tome 3 : Avril 1915 - Ypres

 
 

Résumé

Les sentinelles, tome 3 : Avril 1915 - YpresAfin d'acceder au résumé de Les sentinelles, tome 3 : Avril 1915 - Ypres, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Les sentinelles, tome 3 : Avril 1915 - YpresAvec des séries telles que "La Brigade Chimérique" et "Les sentinelles" les super-héros européens commencent tout doucement à trouver une place au sein du neuvième art. Si cette saga se situe au sein de la première guerre mondiale, Xavier Dorison ne se contente pas de livrer un récit historique, mais y ajoute un élément fantastique assez original. L’idée de créer un super-soldat, mi-homme/mi-machine, n’a certes rien d’innovant en soi, mais cette revisite du mythe du super-héros au sein de la guerre 1914-18 est cependant assez réussie.

Au fil des tomes, l’auteur continue de dénoncer les atrocités de la guerre. Au milieu des batailles parsemées de cadavres déchiquetés et d’hôpitaux de campagne qui font surtout office de morgues, c’est maintenant l’utilisation de gaz qui vient renforcer l’horreur de cette guerre. C’est dans ce contexte de recherche de l’arme parfaite, propice aux recherches et inventions scientifiques, que Dorison ajoute son élément super-héroïque. Après Taillefer, un militaire doté d'un exosquelette métallique et tirant son énergie de sa propre pile au radium, ce sont Pégase, la nouvelle sentinelle française volante, et Übermensch, le super-soldat allemand dopé au Dexynal, qui viennent se joindre à la bataille qui fait rage dans les tranchées embouées d’Ypres. Un mélange d’historique et de fantastique qui fonctionne très bien jusqu’à présent.

Au niveau du graphisme, l’artiste uruguayen Enrique Breccia poursuit son travail assez surprenant. Son dessin sied toujours parfaitement au chaos de la guerre et au côté «savant fou» du récit. Le dessinateur, souvent dans le gaz lors de ce troisième tome, s’en donne également à cœur joie lors des scènes aériennes de Pégase ou lors de l’affrontement qui oppose Taillefer à l’Übermensch.


Chronique rédigée par yvan le 24/05/2011
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 14,73 14,73 14,73
Acheter d'occasion : 11,88
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Mars 2011

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les sentinelles, tome 3 : Avril 1915 - Ypres, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

6 2 2016
   

Dorison capitalise sur son idée originale et produit ici un album plus que convaincant. Si l'idée de super-héros à la française peut avoir du mal à passer de prime abord, il faut reconnaître qu'au troisième tome maintenant, les "Sentinelles", fortes des explications sur les origines et des premiers faits d'armes, apparaissent avoir une vraie légitimité. Si on pouvait craindre de voir l'histoire des Tranchées bousculée par ces super-héros créés par une science aussi folle que balbutiante, il faut reconnaître que l'ensemble est bien construit : finalement, il n'y a que dans ces temps de guerre que l'on peut justifier de telles expériences, et il n'y a qu'à cette époque que les progrès scientifiques n'étaient pas "gênés" par une éthique qui elle aussi était balbutiante, voire inexistante. Du coup, l'ensemble prend une vraie cohérence, et une vraie crédibilité. "Sentinelles" arrive à imposer cette idée de super-héros français bien plus facilement que ne peut le faire "Masqué". Pourtant, le contexte historique de "Sentinelles" aurait pu représenter une contrainte... Bravo à Dorison d'avoir su imposer cette idée, et surtout de l'avoir rendue convaincante.

Ce qui est également assez plaisant dans cet ouvrage, c'est que les Français ne sont pas les seuls à développer des super-soldats. Les Allemands également sont dotés d'un Übermensch des plus terrifiants, qui trouve en plus son origine dans une expérience scientifique qui aurait mal tourné (c'est ainsi d'ailleurs que l'on explique l'existence de bien des super-héros US...). L'Übermensh, c'est l'ennemi qu'il fallait à Taillefer, Djibouti et Pégase : se battre contre de "simples" soldats deviendrait trop facile. Mais derrière, il y a également cette idée que les Allemands et les Français se sont livrés à une course à l'armement au cours de la Première Guerre Mondiale, trouvant des moyens toujours plus efficaces de s'entretuer. Les soldats modifiés en est une projection fictionnelle, mais met d'autant plus en relief l'arme développée à l'époque : le gaz. L'intelligence de Dorison, c'est de ne pas prendre la Première Guerre Mondiale comme contexte, mais également comme prétexte pour mettre en lumière tout un tas de dérives de l'époque, légitimées par la guerre, qui poussaient les pouvoirs politiques et militaires dans leur retranchement.

Et puis, avant toutes ces considérations, on a le droit ici au développement d'un récit haletant, plein de rythme et d'action, une histoire de guerre comme on en a peu vu compte tenu de la présence de ces super-héros ; qui tient en haleine depuis la première vignette jusqu'au dernier phylactère ; illustrée et colorisée avec talent, comme pour rendre le tout très historique.

L'idée de "Sentinelles" était osée. Et pourtant, au troisième tome, l'environnement et les personnages ont gagné en cohérence, et offrent un vrai moment de divertissement, mais également une petite réflexion. Tout cela est donc très complet et plaisant à lire.