46 004 Avis BD |19 921 Albums BD | 7 830 séries BD
Accueil
Tome 1 : Petit
 

Les Ogres-Dieux, tome 1 : Petit

 
 

Résumé

Les Ogres-Dieux, tome 1 : PetitAfin d'acceder au résumé de Les Ogres-Dieux, tome 1 : Petit, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Les Ogres-Dieux, tome 1 : PetitCe merveilleux album de la collection Métamorphose, dont la taille contraste avec le titre, est signé Hubert et Bertrand Gatignol.

Petit est le fils du Roi-Ogre. Dernier rejeton d’une race vouée à l’extinction, le nouveau-né dépasse à peine la taille d’un nourrisson humain. Sauvé de la voracité de sa famille par une mère qui voit en lui le sauveteur de cette lignée dégénérée par les unions consanguines, l’avorton est élevé par sa tante Desdée dans l’espoir qu’il s’accouplera un jour avec une humaine. En suivant les pas de cet ogre à peine plus grand qu’un homme et constamment tiraillé entre la sagesse inculquée par sa tante et son instinct naturel, le lecteur découvre progressivement l’histoire de cette famille qui produit des générations de plus en plus stupides.

Si la bande dessinée raconte l’histoire de Petit, chaque chapitre est entrecoupé d’un texte revenant sur l’un des ancêtres du clan. Ces interludes apportent un nouvel éclairage sur le destin du jeune héros, tout en construisant avec intelligence et précision la mythologie de cette famille de géants mangeurs d’hommes. L’alternance entre la vie de Petit et l’histoire de ces aïeux fonctionne à merveille et contribue à s’attacher aux différents personnages clés de cette saga familiale.

Si Petit est le héros de ce conte gothique, le graphisme époustouflant de Bertrand Gatignol en fait toute la grandeur. Profitant pleinement du format extra-large de l’album, le talentueux dessinateur offre des planches somptueuses qui s’installent immédiatement au diapason de cette fable particulièrement cruelle imaginée par Hubert. De la couverture absolument splendide à ce noir et blanc sublime qui confère une ambiance sombre à l’ensemble, en passant par des décors majestueux et des personnages qui allient puissance et expressivité, l’artiste livre un véritable sans-faute et en met constamment plein la vue.

Un très grand récit !


Chronique rédigée par yvan le 21/12/2014
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 24,70 24,70 24,70
Acheter d'occasion : 21,17
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.50
Dépôt légal : Décembre 2014

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les Ogres-Dieux, tome 1 : Petit, lui attribuant une note moyenne de 4,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

6 10 2018
   

Ce premier ouvrage est une très belle surprise, et pourtant le graphisme ne m’attirait pas au premier regard. Il me fait un petit peu penser à du Vivès dans "Lastman", qui présente un style bien particulier et difficile à appréhender au premier regard. Mais le scénario prend le dessus très rapidement, développant un univers autour d’une dynastie d’ogres en pleine déliquescence : en effet, ce qui a fait leur force, c’est cette taille qui s’est agrandie de génération en génération, mais c’est également leur faiblesse : pour porter les nouveaux nés de chaque génération, on ne peut que faire appel à une géante et la consanguinité condamne inexorablement cette famille à s’étendre. Tout au long de cet album, à l’aide bien sûr de planches « classiques », mais également de pages semblant directement sortie d’un conte de notre enfance, on découvre assez facilement l’histoire de ces ogres, à la fois cruels et désemparés face à une fin qu’ils n’osent appréhender. C’est dans ce contexte que nait Petit, un « petit » ogre, dont la différence avec les autres représentants de son peuple/de sa famille en fait une proie, mais dont la taille pourrait également permettre aux ogres de se perpétuer. Tout cela est admirablement conté, tout est à sa place, la famille de géants est rapidement maîtrisée, et le scénario alterne entre danger et dynamisme pour assurer un spectacle de tous les instants. Le dessin accompagne efficacement cette histoire et le trait parfois assez minimaliste, sait prendre beaucoup de profondeur et de détail lorsque la situation l’exige.

Dans cet ouvrage on appréciera une belle originalité, l’univers des contes étant revisité pour proposer une vision très cruelle des ogres, et un très bon dynamisme porté notamment par un héros qui l’est malgré lui, à savoir Petit.

16 1 2017
   

Je suis très surpris par ce premier tome, mais dans le bon sens du terme. Evidemment j’avais vu passer quelques bonnes critiques, mais je ne m’attendais pas à ça. Déjà la taille et surtout le poids du bouquin que je découvre, tient plus du dictionnaire que d’une BD. La couverture assez sobre ne donne pas plus envie de l’ouvrir que ça. Et même après l’ouverture, le noir et blanc entrecoupé par deux ou trois pages de textes ne donne pas spécialement envie de tout lire.

Et pourtant… A la manière de Perrault, les auteurs nous livrent un conte. Quelques pages de textes au départ de chaque chapitre nous raconte la vie d’un personnage, d’un géant, puisque ce sont eux les principaux protagonistes de l’histoire. Suit ensuite de nombreuses pages de Bandes dessinées, certes en noir et blanc, mais dont le graphisme est tout simplement génial. Tout colle parfaitement, les Géants font peur, leurs visages tordus n’engagent que l’antipathie, à contrario « petit » a des grands yeux, très expressifs, tout comme sa dulcinée qui arrive plus tard dans le récit.

Au final, on n’est pas loin du truc hors normes qu’on pourrait appeler chef d’œuvre, mais que je qualifierais simplement d’artistique. C’est beau, mais pas que… il y a aussi un univers et une histoire qui méritent qu’on s’y attarde.