45 927 Avis BD |19 891 Albums BD | 7 823 séries BD
Accueil
Tome 2 : Demi-sang
 

Les Ogres-Dieux, tome 2 : Demi-sang

 
 

Résumé

Les Ogres-Dieux, tome 2 : Demi-sangAfin d'acceder au résumé de Les Ogres-Dieux, tome 2 : Demi-sang, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Les Ogres-Dieux, tome 2 : Demi-sangAprès un premier volet qui invitait à suivre la destinée du dernier rejeton du Roi-Ogre, sauvé de la voracité de sa famille par une mère qui voit en lui le sauveteur de cette lignée dégénérée par les unions consanguines, Hubert ("Miss pas touche", "Beauté") et Bertrand Gatignol proposent une suite qui n’en est pas vraiment une.

Lors du tome précédent, le lecteur avait en effet croisé le chemin d’un vil chambellan qui s’était empressé de dénoncer l’existence de Petit à son maître. Proposant un second tome qui se déroule dans le même univers médiéval sombre, Hubert s’intéresse maintenant à l’histoire de cet homme qui a réussi à se hisser parmi les rares humains autorisés à côtoyer cette race de géants vouée à l’extinction. À l’instar de Petit, Yori est un enfant rejeté par les siens, qui devra lutter pour survivre. Fils illégitime d’un noble-né et d’une domestique, le « demi-sang » sera chassé dans les bas-fonds de la ville et obligé de gravir les échelons de cette société sans pitié afin d’échapper à sa triste condition. Rêvant de devenir le prochain chambellan au service des ogres-dieux, le jeune bâtard aux ambitions démesurées vendra son corps et son âme pour obtenir ce poste qu’il convoite tant…

Délaissant cette famille d’ogres-dieux qui produit des générations de plus en plus stupides, Hubert s’intéresse cette fois aux humains qui servent leurs maîtres. L’auteur invite à suivre les jeux de pouvoir qui permettront à Yori de devenir le personnage aperçu lors du premier volet. Comme le récit se déroule avant le volume précédent, il n’est donc pas forcément nécessaire de lire les deux tomes dans l’ordre de parution.

Si la bande dessinée raconte l’histoire de Yori, chaque chapitre est à nouveau entrecoupé d’un texte de deux ou trois pages revenant sur l’histoire des plus célèbres chambellans. Ces interludes apportent un nouvel éclairage sur le destin du jeune héros, tout en construisant avec intelligence et précision la mythologie de cette profession. L’alternance entre la vie de Yori et l’histoire de ces prédécesseurs fonctionne à merveille et contribue à enrichir cet univers particulièrement dense de manière très efficace.

Visuellement, Bertrand Gatignol continue d’illustrer ce conte gothique avec grande maestria. Profitant pleinement du format extra-large de l’album, le talentueux dessinateur offre des planches somptueuses qui s’installent immédiatement au diapason de cette fable particulièrement cruelle imaginée par Hubert. De la couverture absolument splendide à ce noir et blanc sublime qui confère une ambiance sombre à l’ensemble, en passant par des décors majestueux et des personnages d’une expressivité renversante, l’artiste livre un véritable sans-faute et en met constamment plein la vue.

Une saga INCONTOURNABLE !!!


Chronique rédigée par yvan le 24/07/2016
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 21,80 21,80 21,80
Acheter d'occasion : 17,96
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.50
Dépôt légal : Juin 2016

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les Ogres-Dieux, tome 2 : Demi-sang, lui attribuant une note moyenne de 4,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

14 10 2018
   

Ce deuxième album nous replonge dans l’univers très riches des “Ogres-Dieux”, mais plutôt que de se placer au cœur de la cour des Ogres, on s’intéressera davantage aux humains qui peuplent le royaume, et notamment à Yori, le jeune chambellan de l’Ogre Roi. Ce personnage, on l’avait aperçu en plusieurs occasions dans le tome précédent, et le figurant qu’il était devient ici le personnage principal. Cet album relate comment le demi-sang, fruit de l’amour entre un noble et une roturière, a su s’élever dans la hiérarchie de ce monde très particulier. A noter que cette ascension s’explique davantage par des manipulations, des machinations et autres subterfuges peu glorieux qui permettront au jeune Yori de devenir « quelqu’un » chez les nobles, avant de devenir le premier d’entre eux. L’univers proposé est encore une fois assez noir, Yori étant tout sauf moral : il faut dire que son ambition s’explique certes par la recherche d’une condition meilleure, mais surtout par un esprit de vengeance envers cette caste des nobles-rois. L’ensemble est une nouvelle fois bien conduit pour délivrer une histoire à la fois brutale et cruelle, dans un univers très original. A noter également que, avec ces pages présentant les principales figures qui ont occupé le poste de Chambellan, le scénariste continue de donner beaucoup de relief et de profondeur à son récit, et de renforcer la légitimité de son univers. Yori n’est pas juste un Bel-Ami ou un Rastignac, c’est aussi l’héritier de tout une lignée de Chambellans, dont l’origine de la fonction remonte presque jusqu’au premier ogre-dieu. On ne pourra que souligner une narration cohérente, et une histoire très convaincante.

On n’oubliera pas le dessin, qui vient supporter cette histoire avec une belle originalité. Je trouve que le dessin gagne en clarté par rapport au premier opus, ce qui lui permet également de gagner en force évocatrice. Le noir et blanc est quant à lui parfaitement adapté à l’ambiance et l’atmosphère de la série, qui n’est pas des plus joyeuses.

Un deuxième album réussi, comme me le premier, voire même un poil mieux que le premier grâce à un dessin plus précis et à une histoire avec plus de rebondissements.

23 2 2017
   

J’avais peur que le filon ne s’épuise tellement le tome 1 était une réussite, que nenni ce tome 2 est tout aussi bien. Toujours ce récit qui a tout à voir avec un conte. Toujours cette superbe couverture, cette belle reliure et ces graphiques léchés. Le noir et blanc est somptueux et le trait fin, minutieux et délicat. Comme dans le tome précédent chaque chapitre s’ouvre sur deux pages de textes, expliquant un personnage du passé.

Ici, il n’est plus question de « Petit » le fils d’un Géant, nous sommes pourtant toujours dans le même univers, celui des Ogres-Dieux, nous nous attarderons sur l’histoire de Yori, grand chambellan, croisé dans le premier tome. Tout se recoupe donc, et Yori s’avère être un personnage captivant, dont l’enfance n’a pas été simple et qui est prêt à tout pour réussir.

Encore une fois, l’univers est plaisant, bien que parfois glauque et il me tarde vraiment de voir la suite, car pour le moment cette série sort vraiment du lot.