45 659 Avis BD |19 750 Albums BD | 7 797 séries BD
Accueil
Tome 1 : Terra Incognita
 

Les Naufragés d'Ythaq, tome 1 : Terra Incognita

 
 

Résumé

Les Naufragés d'Ythaq, tome 1 : Terra IncognitaAfin d'acceder au résumé de Les Naufragés d'Ythaq, tome 1 : Terra Incognita, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Les Naufragés d'Ythaq, tome 1 : Terra IncognitaNouvelle série d’Arleston, on y retrouve beaucoup d’éléments de Lanfeust. En effet, Narvath dans le rôle de Lanfeust avec ses airs de benêts, Calista dans celui de la petite peste Cixi et Granite, officier débrouillard dans le rôle de Glace (dans le camp des gentils). Donc, nos trois héros se retrouvent rescapés sur une planète inconnue et vont devoir faire face à une population locale pas toujours très accueillante.

Le scénario est assez bien ficelé, on est prit dans le rythme de l’aventure des trois rescapés. On se rapproche des séries d’Arleston sans le surdosage d’humour comme dans "Lanfeust des Etoiles" ou les actuels "Trolls de Troy" (qui ne font d’ailleurs plus rire personne ! Il faudra que je fasse mon avis sur le tome 8… déplorable). Les bases de l’histoire sont donc posées, les personnages présentés et le complot qui se trame apparaît également. Tous les éléments sont réunis pour faire une série à succès. Le deviendra-t-elle ?

Au niveau du dessin, on retrouve Floch qui avait commencé chez Soleil la série "Slhoka". Il a, depuis ses débuts, bien progressé et nous livre ici un dessin agréable avec des personnages typiques Soleil. Les décors sont assez soignés et les couleurs sont très correctes dans l’ensemble.

Bref, un premier tome. En espérant qu’Arleston continue dans cette lancée et ne retombe pas dans les scénarios pour les 6-8 ans !


Chronique rédigée par Cha le 09/08/2005
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de ChaReflet de l'avatar de Cha
Statistiques posteur :
  • 236 (19,92 %)
  • 18 (1,52 %)
  • 931 (78,57 %)
  • Total : 1185 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 2,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.00
Dépôt légal : Juillet 2005

Avis des lecteurs

10 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les Naufragés d'Ythaq, tome 1 : Terra Incognita, lui attribuant une note moyenne de 3,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

10 4 2018
   

Je continue ma découverte de nouvelles série dans ma médiathèque municipale. Comme je les emprunte par ordre alphabétique maintenant, j'en suis à la lettre "A" comme Arleston.

A la base je n'aime déjà pas spécialement l'auteur. Je dois être un des seuls à ne pas trouver "Lanfeust" topissime, "Léo Loden" ça va à peu près ainsi que "Les Forêts d'Opale" (quoiqu'il y a des hauts et des bas dans cette série aussi) et "Moréa" c'est une catastrophe. J'entame donc les naufragés d'Ythaq avec un peu de scepticisme.

Dès le début on reconnaît la patte de l'auteur: des encarts avec des descriptions qui se veulent drôles, mais qui moi me barbent, et puis une aventure copiée sur celle de Lanfeust: un trio de héros perdu sur une planète. C'est à la fois de la science fiction mais surtout de l'HF.
Il se passe beaucoup trop de choses pour que ce soit vraiment intéressant, car du coup le suspens ne fonctionne pas, on sait que les héros vont s'en sortir, on ne tremble donc pas avec eux.
L'univers dans lequel ils évoluent, n'est pas des plus intéressant, on a déjà vu ça ailleurs.
Et surtout ce que je n'aime pas beaucoup c'est l'humour d'Arleston particulièrement lourdingue.

C'est un premier tome qui se laisse lire, mais c'est pas une grosse réussite, et je sens que ça va me paraître un peu long par moment.

16 3 2015
   

Je retrouve Arleston dans une nouvelle série et j'en suis plutôt content. Il faut dire que je suis assez client de son style et si tout n'est pas ici d'une originalité exceptionnelle, ni d'une qualité formidable, je reconnais aisément que ce premier opus lance efficacement la série.

On n'a pas vraiment le temps de s'ennuyer dans ce premier ouvrage qui permet de faire connaissance avec Granite, Narvath, Callista, Feng et les autres dans un univers arlestonnien maîtrisé et pour cause... Des histoires de planètes, de voyageurs interstellaires confrontés à des peuplades technologiquement peu développées, le tout avec une petite dose de magie : ca nous rappelle forcément d'autres productions, et notamment de ce même scénariste. Arleston est dans un fauteuil, là-dedans, et nous donne ce que l'on est venu chercher, et notammant cette myriade d'actions qui permet d'assurer le spectacle tout en s'attachant aux personnages et en découvrant les arcanes de la planète Ythaq. Le produit fini est rempli d'adrénaline, dotée d'une grande linéarité, avec un tonalité joviale, aussi bien dans les réflexions que dans le dessin.

Finalement, Arleston arrive à produire un premier tome qui ressemble à d'autres productions de son univers, mais qui ne l'empêche pas d'être agréable. Pour un peu, je lui collais un 4, à cette introduction mais tout le passage chez le Banfoos est assez lourd, notamment à cause de ce défaut de prononciation qui ne sert qu'une bonne blague sur 20 pages de vignettes et qui pour le reste ne rend pas la lecture des phylactères très engageante.

2 5 2010
   

J’ai acheté ce premier tome en promotion afin de découvrir en toute sécurité la énième série de Christophe Arleston. Néanmoins, j’avoue que je n’ai pas été déçu le moins du monde !

Les dessins, à défaut d’être simples, sont propres et appliqués. De plus, les couleurs du studio Crazytoons les embellissent au plus haut point pour les rendre uniques.
Plus particulièrement, les décors sont très bien faits, et les visages assez expressifs.

Le scénario, quant à lui, est un savant mélange de science-fiction et d’heroic fantasy : le vaisseau spatial de nos héros s’écrase sur une planète primitive, mais plus dangereuse que prévu…
La plupart des personnages sont plutôt attachants et ont chacun un caractère qui leur est propre (celui de Callista est d’ailleurs bien trempé !).

Pour ma part, Les Naufragés d’Ythaq fait une bonne entrée en matière avec un premier tome complet, parsemé de quelques touches d’humour, et qui plus est empreint de suspense.
À lire et à conseiller à votre tour !

23 4 2010
   

Très irrégulière, cette série. Ca part du très bon pour aller dans du très mauvais. Ce tome 1 est assez peu gratifiant pour la suite. Le dessin, assez joli mais trop classique de l'industrie soleil, m'a ennuyé à force.
Le scénario ne casse pas des briques, trop copié sur le reste des productions Arlestonniennes. Ce qui est drôle, c'est qu'il se copie lui même! L'idée des brasiers qui manient le feu, etc. moyen. Sinon, le reste est assez bon, même si je n'ai pour l'instant pas réussi à m'attacher aux personnages.

Bon, il faudra lire le tome 2 pour savoir si ça va bouger un peu. Pour l'instant, c'est mieux, mais en dessous de Lanfeust, sur qui copie cette série.

A lire pour tuer le temps.

Note: la fin donne envie de connaître la suite! :)

menfin :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
28 2 2009
   

Ah, ce n’est pas trop mal ! La fin du premier tome donne furieusement envie de connaître la suite, c’est déjà ça. D’un point de vue graphique, c’est un bonheur : les pages se parcourent avec gourmandise et l’on se surprend à s’arrêter sur l’une ou l’autre case pour en admirer les détails. Le scénario ? Bah, il se tient, même s’il y a des grosses ficelles et que l’humour n’est pas toujours des plus recherchés. Il y a quand même de très bonnes idées : l’épisode du procès, il fallait y penser, tout de même ! J’ai malgré tout parfois le sentiment qu’Arleston est à Soleil ce que Cauvin est à Dupuis. Les personnages sont bien typés, en particulier la jolie Granite, le brave Krurgor et le bon Tao.

8 10 2006
   

J'ai vu Arleston, je me suis jeté dessus .... :(
Ben j'aurais pas du ... ça se lit vite ...
Pendant 60 pages : que de "rebondissements" inatendus, et d'humour a se plier en deux ...
Le temps de Lanfeust de Troy est-il definitivement révolu ? :(
Déception, déception et encore deception pour cet album ...

15 6 2006
   

Souvent imité, rarement égalé, Christophe Arleston prospère dans l'heroic fantasy et force est de reconnaître que sa patte est bien rôdée.
Loin de renouveler un genre saturé mais apprécié, ces "naufragés" ne méritent pas d'être coulés pour autant.
On est loin, c'est vrai, du second degré de Lanfeust, mais cet album remplit parfaitement sa mission première : divertir et rebondir. Ce qu'il fait.
Mercenaires galactiques et aventurières pulpeuses sont dessinés avec une bien belle énergie par Adrien Floch.
Mais il est vrai que tout ceci a un air de déjà vu et, parfois, ça "commence à bien faire".
Ca se lit avec plaisir mais, malheureusement, ça a un petit air de "bd-kleenex"

10 10 2005
   

Après avoir lu le huitième tome de "Trolls de Troy" et le quatrième tome de "Lanfeust des Etoiles", c’est avec une énorme appréhension que j’ai découvert la sortie de cette nouvelle série d’ARLESTON. J’ai d’abord résisté aux assauts commerciaux de Soleil, puis voyant les avis plutôt positifs j’ai craqué et j’ai acheté ce premier tome.

Puis en commencent la lecture, j’ai retrouvé un univers typique Lanfeust et j’ai juré. Puis j’ai découvert un dessin et des personnages typiques Soleil, produit par un des dessinateurs clones de la batterie Soleil et j’ai encore juré. Ensuite j’ai commencé à me lier aux trois nouveaux personnages (Granite, Calista et Narvath), à leurs caractères et à leur complémentarité (pas à leur look Soleil).

Le vaisseau de nos trois héros fait naufrage sur une mystérieuse planète où ils sont directement capturés par une tribu qui parle la même langue, sauf qu’elle remplace les "c" par les "f", ce qui rend la lecture carrément insupportable (je jure encore une fois). Soleil m’avait déjà fait le coup de remplacer systématiquement le "c" par "kl" dans l’excellent "Kuklos", mais là au moins c’était afin de correspondre à la réalité. Ici, c’est juste pour emmerder le lecteur je crois.

Heureusement, nos trois vedettes Soleil parviennent à s’échapper de cette tribu à la prononciation irritante (j’ai rarement été tant soulagé de m’être évadé d’un endroit). J’ai continué la lecture, commencé à apprécier le dessin dynamique de Floch et accroché au scénario bien ficelé d’Arleston.

Bon d’accord, il y a encore des passages à l’humour assez puéril, mais ils ne sont pas trop fréquent et feront sûrement plaisir à une certaine tranche d’âge du large public que vise cette série. La narration d’Arleston est fluide, le scénario est excellent (même si la recette n’est pas nouvelle), sans temps morts et c’est finalement avec un sentiment positif que j’ai refermé ce nouveau pari box-office de Soleil.

25 8 2005
   

Encore une nouvelle série pour Arleston, qui prend petit à petit l'habitude de proposer des albums sans goût, à l'humour douteux, et ce à toutes les sauces.

"Les Naufragés d'Ythaq"... tout un programme. Similaire à Lanfeust des étoiles dans son univers (c'est à dire un faux univers de science fiction complètement cadré Heroic Fantasy.. les guerriers se battent à la hache, montent des créatures épiques, protégées par d'épaisses armures de bronze, le matos futuriste des héros ne fonctionne pas...), cet album possède tout de même un avantage de taille par rapport à la série best-seller du moment d'Arleston : ici, pas de jeu de mot merdeux sur 3 pages (le coup de "ta E.T. douche", je m'en rappellerai... longtemps), mais un humour plus fin (mais pas plus drôle), distillé au fil des pages.

On retrouve toujours et encore les mêmes personnages : L'héroïne possède un pouvoir inconnu qu'elle contrôle encore mal. Accompagnée d'un benêt au grand coeur, elle doit aussi supporter une des passagères du "Brume de comète", qui n'est finalement qu'un pâle reflet de Cixi : la belle brune machiavélique et espiègle, désagréable mais aussi exaspérante, hélas.

L'histoire en elle-même n'est pas des plus complexes, mais ne fonctionne pas si mal que ça. En reprenant encore et encore ce qui a fait le succès de ses albums passés, Arleston ne prend donc aucun risque ici... sauf celui de se répéter...

Au chapitre des gros hics de la série, nous pourrons donc relever :
- Les banfoos : race indigène d'Ythaq de morses ventripotents, qui ont la disgracieuse habitude de "fofotter" à cause de leur défense (et ce durant la moitié de l'album), afin d'asséner au lecteur leur humour catastrophique.
"V'ignore de quoi fous parlez. Les prévenus ne doifent de toute fafon avoir de contacts avec perfonne avant l'iffue du profès. Et les aftroporcs font vos complifes ? Etes-vous des aftrotruies ?". C'est vraiment insoutenable sur 20 pages.

- Des dialogues toujours aussi "rigolos" :
- "C'est pas le vert, c'est le rouge ! Je les confonds toujours, ça se ressemble tellement..."
- "Mon pied dans les fesses, tu ne le confondras pas ! Dépêche !"

Poilant.

Vous comprendrez aisément que tout ce qui peut sauver cet album, c'est finalement le dessin de Floch, assez sympa même si ultra formaté soleil. Il y a eu pas mal de travail sur les décors et les personnages (certaines planches sont vraiment chouettes), même si le design des véhicules n'est pas toujours terrible (le "Brume de comète" ressemble plus à un fer à repasser qu'à un vaisseau spatial).
De plus, la mise en couleur est tout à fait correcte, donnant pas mal de relief au dessin.

Vous l'aurez compris, ce n'est pas avec cet album que vous trouverez la paix intérieure.