46 004 Avis BD |19 921 Albums BD | 7 830 séries BD
Accueil
Tome 6 : La révolte des pions
 

Les Naufragés d'Ythaq, tome 6 : La révolte des pions

 
 

Résumé

Les Naufragés d'Ythaq, tome 6 : La révolte des pionsAfin d'acceder au résumé de Les Naufragés d'Ythaq, tome 6 : La révolte des pions, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Les Naufragés d'Ythaq, tome 6 : La révolte des pionsNos héros échouent sur une île perdue… une idée déjà reprise maintes et maintes fois… Christophe Arleston est-il à court d’idées ou est-ce volontaire de sa part ?
Alors là, immense déception : le studio Crazytoons a été remplacé par Claude Guth (et Sébastien Lamirand pour les effets) aux couleurs. Exit la magie qui caractérisait les dessins de cette série, elle est remplacée par un style banal type « Soleil » !
Sinon, malgré le fait que l’intrigue s’essouffle un tantinet (ce ralentissement a sans aucun doute été engendré par certaines longueurs), cela reste agréable à lire.


Chronique rédigée par Deuxmiaou le 23/05/2010
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de DeuxmiaouReflet de l'avatar de Deuxmiaou
Statistiques posteur :
  • 73 (70,19 %)
  • 3 (2,88 %)
  • 28 (26,92 %)
  • Total : 104 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 2,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 10,36
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Septembre 2008

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les Naufragés d'Ythaq, tome 6 : La révolte des pions, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

28 9 2018
   

Un tome 6 très lisible mais qui malheureusement ne mène nulle part ou presque. Plein de bonnes idées qui fait qu'on ne s'ennuie pas, Arleston arrive à combler les blancs facilement. Il adore particulièrement nous créer de nouveaux décors (en changeant de lieu d'action par exemple), et nous proposer une nouvelle faune. Les espèces de singes qui paraissent méchants au début sont une réussite, mais ça dure longtemps et c'est encore un pretexte pour l'auteur de nous mettre ses personnages à poil (sans jeu de mot ).

Pour la trame principale par contre, ça n'avance pas. A la fin de la lecture, en y réfléchissant, on s'aperçoit qu'il ne s'est rien passé de transcendant, et c'est bien dommage...d'autant que le tome précédent bougeait beaucoup (trop ?).

18 3 2015
   

Pour la première fois depuis le début de la série selon moi, voilà que la série connaît un vrai coup de moins bien, comme si le scénariste avait du mal à réorienter son récit suite aux révélations de fin de tome précédent. Un rythme moins assuré, une certaine lourdeur dans la narration, une Callista qui est devenue une caricature énervante, des propos qui restent abscons malgré des tentatives d'explications, de nouveaux personnages auxquels on a du mal à s'attacher compte tenu de leur nombre, une faune sympathique mais limitée à quelques marsupilamis géants bleus... les idées foisonnent mais ont du mal à faire repartir l'histoire, faute d'un agencement heureux aux d'idées saugrenues qui ont du mal à convaincre. Le scénario patauge, tant pis.

Heureusement, les dernières pages sont sources de chamboulement au niveau des personnages, notamment de Krurgor et de Narvarth, qui permettront, à n'en pas douter, de faire rebondir l'histoire, comme sait normalement le faire ce scénariste.

Après les paysages de jungle, les cités détaillées, les canyons désertiques, les souterrains dangereux et les monts enneigés, voilà que le décor est composé d'une île paradisaique aux temps aztéquiens. Un décor presque attendu mais qui permet au déssinateur de proposer de bien belles choses et au coloriste de changer de palette de couleurs.

6 6 2010
   

Je ne comprends pas comment l'on peut dénigrer ce sixième tome. Le style change du tout au tout, et cela est plutôt une bonne chose. Les couleurs fades et "soleilesques" sont remplacées par des couleurs poétiques et qui suivent très bien avec la tournure qu'a prise la série.

Nos héros ont été emmenés sur une île perdue d'Ythaq, qui sera le lieu propice à la compréhension de nombreuses zones d'ombre de la série. On apprend que le naufrage du Brume de Comète fait partie d'un jeu, visant à amener le maximum de personnes possédant des pouvoirs sur Ythaq. Leah, Khengis, Ennak et Dhokas semblent donc faire partie des "joueurs" de ce jeu. Un personnage qui semble être du côté de nos héros est aussi un joueur mais chut. Nos "pions" progressent dans cette jungle hostile où ils feront de curieuses rencontres.

Khengis de son côté retrouve Hetzel qui a volé son coffret. Narvarth, qui a encore des fragments de Skophandre dans son dos (tome 4), ne se sent pas bien du tout.
Les dessins sont toujours aussi parfaits et le décor paradisiaque nous donne un sentiment de bien-être. La BD parfaite à lire sur la plage!
Avec ce tome, nous avons de grandes révélations, et la série n'a maintenant plus rien à voir avec Lanfeust. Et même, c'est mieux que Lanfeust! :)