45 930 Avis BD |19 891 Albums BD | 7 823 séries BD
Accueil
Les gardiens du Louvre
 

Les gardiens du Louvre

 
 

Résumé

Les gardiens du LouvreAfin d'acceder au résumé de Les gardiens du Louvre, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Les gardiens du LouvreÀ l’instar de "Période Glaciaire" , "Les Sous-sols du Révolu", "Aux heures impaires" ou "Le Chien qui louche", « Les gardiens du Louvre » est un one-shot coédité par Futuropolis et le musée du Louvre. Pour cette nouvelle collaboration entre le célèbre musée et la bande dessinée, c’est Jirô Taniguchi qui a reçu pour mission de s’attaquer à une œuvre, une collection ou une partie du Louvre. Du coup, cet album est le premier de la collection à se lire de droite à gauche, comme pour un manga !

Le mangaka propose une visite du Musée du Louvre pas comme les autres, bien loin d’une foule qui cherche à tout prix à croiser le sourire de la Joconde. Chaque œuvre d’art semble ainsi habitée par un esprit et c’est en compagnie de ces « Gardiens du Louvre » que l’auteur plonge le lecteur dans une dimension située entre rêve et réalité. Voyageant dans les limbes oniriques de l’imagination de son personnage, Jirô Taniguchi offre non seulement une balade onirique au sein du musée, mais également plusieurs voyages à travers le temps, à la rencontre d’artistes tels que Corot ou Van Gogh.

Découpé en plusieurs chapitres, l’album invite tout d’abord à s’attarder sur l’œuvre de Jean-Baptiste Camille Corot, sans oublier de faire le lien avec son pays natal à travers le peintre nippon Asai Chû. Puis il décide d’aller fouler les allées du jardin de Daubigny en compagnie de Vincent Van Gogh. Si la rencontre avec Antoine de Saint Exupéry est plus anecdotique, j’ai par contre beaucoup aimé le chapitre consacré à l’évacuation des œuvres du Louvre en 1939, une sauvegarde que l’on doit principalement à Jacques Jaujard, directeur des Musées Nationaux pendant l’occupation.

Si Jirô Taniguchi livre une nouvelle fois une histoire contemplative, onirique et poétique, comme lui seul sait le faire, son intrigue manque cependant de liant et de rythme pour faire de cet album un incontournable. Visuellement, la finesse du trait du mangaka, rehaussé par une mise en couleurs toute en douceur, continue néanmoins de séduire.


Chronique rédigée par yvan le 27/01/2015
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 19,00 19,00 19,00
Acheter d'occasion : 15,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.00
Dépôt légal : Novembre 2014

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les gardiens du Louvre, lui attribuant une note moyenne de 3,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

27 10 2018
   

Les dessins et les couleurs sont somptueus et rendent vraiment honneur aux œuvres d'art mais...
le scénario est tiré par les cheveux et est clairement construit pour faire la promotion du Louvre pour un public japonais. J'ai un avis plus que mitigé sur cet album à cause de ce point car même si Taniguchi a travaillé pour Le Louvre sur cette histoire, il aurait pu utiliser des fils moins grossiers. L'introduction d'Antoine de Saint-Exupéry ou de Vincent Van Gogh, dont aucune œuvre ne figure au Louvre, est maladroite et n'est là que pour faire plaisir au public japonais et leur donner envie d'aller au musée. L'évocation des gardiens du Louvre est également mal exploitée car on ne ressent rien pour ces personnages.
Restent les beaux dessins qui donnent envie de tourner les pages, ce qui n'est pas si mal pour une œuvre promotionnelle mais n'est pas à la hauteur des autres ouvrages de l'auteur.

15 5 2016
   

C’est un album qui m’a semblé un peu spécial, et finalement, en manque de scénario. On se retrouve avec un gars qui visite le Louvre et qui se retrouve, on ne sait trop comment ni pourquoi, dans un concept assez fumeux de « limbes entre rêve et réalité ». Un concept qui lui permet de traverser le temps, et de rencontrer des artistes tels que Corot ou Van Gogh et de discuter avec la Victoire de Samothrace, du temps où elle était encore complète (mais pas vraiment habillée « Antique »). On a donc un gars qui va au Louvre, qui discute avec des artistes disparus, et après… Rien. Quel intérêt de voir Van Gogh. Je n’ai pas compris grand-chose, et le découpage en chapitre est un bonne excuse pour exonérer l’auteur du développement d’un quelconque scénario, jusqu’à la rencontre finale qui se veut sentimentale mais qui tome comme un cheveu sur la soupe.

Du fait de l’absence de scénario, j’étais sur le point de sanctionner sévèrement cette œuvre, même si c’est écrit Taniguchi. Mais certains éléments m’inspirent plus de mansuétude… Ainsi, il y a ce chapitre dédié à cette évacuation du Louvre en pleine deuxième guerre mondiale qui se révèle être un documentaire passionnant. Le sujet aurait pu sembler confidentiel, mais ce passage relève largement l’intérêt de l’album. Par ailleurs, force est de constater qui nous avons là de bien belles planches qui mettent à l’honneur le musée.

Ainsi, le schéma général n’est vraiment pas intéressant à mon sens, et il manque un scénario et une explication au fantastique que l’on introduit à la hache là-dedans. Heureusement, un chapitre, nettement mieux que les autres, ainsi que le dessin, viennent compenser cette absence de fonds apparente.