46 600 Avis BD |20 216 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 1 : Ninon
 

Les Fleury-Nadal, tome 1 : Ninon

 
 

Résumé

Les Fleury-Nadal, tome 1 : NinonAfin d'acceder au résumé de Les Fleury-Nadal, tome 1 : Ninon, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Les Fleury-Nadal, tome 1 : NinonUn dessin propre, net ou l’accent est mis sur les personnages qui sont dans l’ensemble assez bien dessinés. Quelques belles perspectives donnent un peu d’attrait à cet album.

Les couleurs donnent un aspect ancien, d’époque aux personnages et à l’environnement qui les entoure.

Intéressant aussi de revoir cette horreur, je parle de la guillotine, engin de mort s’il en est, qui à cette époque fonctionnait sans discontinuer. Intéressant pour ne pas oublier que ça a existée.
Voila, que dire de plus ?

Je me suis profondément ennuyé dans cette histoire sans relief, inintéressante et lassante, ou la seule intrigue est de savoir si la guillotine tombera sur la tête du père Nadal.

Giroud veut faire une extension au Décalogue, qui a connu le succès qu’on lui connaît mais j’ai franchement eu du mal à m’intéresser aux états d’âmes des deux frères de Ninon, qui se jalousent sans cesse.

Album inutile, à mon avis et qui n’est pas du tout transcendant.


Chronique rédigée par niavlys le 11/11/2006
 
 
Statistiques posteur :
  • 489 (99,39 %)
  • 2 (0,41 %)
  • 1 (0,20 %)
  • Total : 492 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,00 Note générale
  • Originalité : 2,00 Originalité
  • Scénario : 2,50 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,21 13,21 13,21
Acheter d'occasion : 1,13
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.25
Dépôt légal : Mai 2006

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les Fleury-Nadal, tome 1 : Ninon, lui attribuant une note moyenne de 2,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

24 7 2008
   

Une question en fin de lecture : le temps qu’a passé Rollin sur ses planches.

Mais d’abord l’album. Une histoire qui, l’air de rien, ne m’a pas trop intéressé. Et pour tout bien comprendre –si je peux dire- c’est dans ce tome que l’on apprend l’origine de la haine entre les deux frères Hector et Eugène que l’on (re)trouve dans le tome 8 du Décalogue. Vous suivez ?.. tant mieux !

Le scénario ?… guère passionnant. Ninon et ses deux frère tentent de faire évader leur père et un ami emprisonnés. Linéaire. Très. Lassant aussi. Sincèrement cette histoire ne m’a pas soulevé grand intérêt ; si ce n’est au point de vue dessin.

Là, j’aime. Beaucoup. Rollin a une véritable « patte » et sait s’en servir. J’ai apprécié ce trait réaliste net et bien lisible et, surtout, la minutie, le pointillisme avec lesquels il œuvre. Où certains auraient dessine une large fenêtre –ou un mur- derrière un personnage ; Rollin, lui, y va de grandes bibliothèques où s’étagent les livres. Et c’est ce petit « plus » de détails qui fait que nombre de ses cases sont de vrais petits tableaux.

Un très bon dessinateur pour une histoire sans attrait. L’alchimie fonctionne pourtant et l’ensemble constitue quelque chose qui –à défaut d’être attrayant- permet de passer un moment de lecture agréable. Mais sans plus.