40 115 Avis BD |16 997 Albums BD | 6 828 séries BD
Accueil
Tome 7 : Pinces, sang, rires
 

Les Femmes en Blanc, tome 7 : Pinces, sang, rires

 
 

Résumé

Les Femmes en Blanc, tome 7 : Pinces, sang, riresAfin d'acceder au résumé de Les Femmes en Blanc, tome 7 : Pinces, sang, rires, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Les Femmes en Blanc, tome 7 : Pinces, sang, riresAprès six tomes, on aurait pu penser, et celà aurait été légitime, que l'inspiration ne serait plus forcément aussi remarquable qu'au début ... IL N'EN EST RIEN!

Toujours aussi déjanté, l'humour de Cauvin n'en finit pas de nous surprendre et de nous enthousiasmer !

Les différentes scènettes ici proposées ont toutes un point commun : elles sont sans exception irrésistibles !
Et d'un point de vue scénarique, force est de constater que certaines formes de narration ne sont pas inintéressantes : ainsi le parallèle entre le quotidien d'une infirmière et celui d'un policier est pour le moins hilarant ! de même la conférence relative aux difficultés du métier d'anesthésiste...

En matière de graphisme, Bercovici maîtrise bien ses personnages, et la colorisation des planches caractérisée par des ton lumineux renforce l'effet "bonne mine" et "vitaminique" de cet opus.

Cet album est un vrai bonheur !
A prescrire en cure ininterrompue jusqu'à obtention du sourire quotidien !!!


Chronique rédigée par Foedora le 09/11/2005
 
 
Statistiques posteur :
  • 73 (43,71 %)
  • 1 (0,60 %)
  • 93 (55,69 %)
  • Total : 167 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter d'occasion : 1,06 0,90
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.17
Dépôt légal : Juin 1990

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les Femmes en Blanc, tome 7 : Pinces, sang, rires, lui attribuant une note moyenne de 3,17/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

24 12 2009
   

Cet album est très drôle et confirme le génie de Raoul Cauvin. Les gags sont plus crus que d'habitude, et ce n'est pas pour me déplaire. L'histoire sur le suicidaire qui tente de mettre fin à ses jours 2 fois, sur l'anésthesique, la verrue plantaire et la seringue sont hilarants!


Un très bon album qui vous empêchera de passer sur la billard tant vous serez heureux et souriant!

14 10 2009
   

Décidément, je pense que je ne pourrai jamais me faire à cet humour. Les gags sont bien trop longs pour être efficaces et après quatre ou cinq planches, on a deviné la chute bien avant qu'elle n'arrive. Faute de surprise, elle n'est pas très drôle. Remarquez, même s'il ya avait eu de la surprise, ça n'aurait pas été drôle non plus. Quatre ou cinq planches pour une blague vaseuse sur Julio Iglésias et son pouvoir de séduction sur les représentantes de la gente féminine de tout âge, je trouve cela beaucoup trop pour un humour qui me semble maladroit et pour tout dire déjà un peu passé. L'histoire longue et inutile du gars qui se fait soigner d'une verrue m'a largement ennuyé et je n'y ai trouvé aucun intérêt. Le gag du gars qui vient se refaire faire le visage est répétitif à souhait (il faut bien remplir les trois ou quatre planches !) pour un final décevant, surtout que l'idée de base est repiquée d'un tome précédent (déjà en manque d'inspiration ?).

Toutefois, si les deux autres tomes que j'ai lus ne m'ont absolument pas intéressés (rien ne m'avait fait rire), ici, il ya bien une ou deux idées qui ont retenu m'ont attention : l’exploitation d’une idée sur la grève des infirmières et son impact sur la vie des patients, bien qu’un peu longue, est plutôt bien vue. Une case en particulier m’a fait sourire : celle ou un agent de la SNCF se fait remettre en place après avoir eu l’audace de se plaindre. De même, le gag de la camera cachée est grinçant à souhait (c’est le ton auquel je me serais attendu pour l’ensemble de cette série). Enfin j’ai bien aimé celui ou une infirmière argue d’une urgence pour faire passer sa belle-sœur devant une file d’attente.

Mais ces situations sont toujours trop rares et noyées dans une succession de situations moins drôles. Après la lecture de trois tomes de cette série, je suis à deux doigts de me jurer que je n’y reviendrai pas.