46 501 Avis BD |20 162 Albums BD | 7 884 séries BD
Accueil
Les derniers jours d'un immortel
 

Les derniers jours d'un immortel

 
 

Résumé

Les derniers jours d'un immortelAfin d'acceder au résumé de Les derniers jours d'un immortel, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Les derniers jours d'un immortelAprès une première collaboration sur la série "Samedi et Dimanche", Gwen de Bonneval ("Messire Guillaume", "La vierge froide et autres racontars") et Fabien Vehlmann ("Le Marquis d'Anaon", "Les cinq conteurs de Bagdad", "Seuls", "Des Lendemains sans Nuage") s’associent à nouveau pour un one-shot qui oscille entre le roman policier et le conte philosophique.

On y suit les enquêtes d’Elijah, un exo-psychologue (un spécialiste des psychologies non-humaines) qui tente de résoudre des crimes et des conflits au sein d’un futur lointain, peuplé de nombreuses espèces, très différentes les unes des autres. Des enquêtes policières très inventives qui ne sont finalement que prétexte pour mener une réflexion intelligente sur l’être humain. Dans ce monde où les gens ont accès à l’immortalité et où la procréation est strictement limitée, l’auteur aborde avec brio des thèmes tels que la mémoire, la vie, l’identité et la sexualité.

Le dessin épuré de Gwen de Bonneval sert brillamment le récit. Les décors abstraits et légèrement rétro années soixante, allient sobriété et élégance. L’auteur n’opte donc pas pour un dessin fouillé, décrivant méticuleusement les technologies futuristes, mais pour un graphisme noir et blanc sobre et une ambiance intemporelle qui laisse suffisamment d’espace à la réflexion.

Enquête policière d’une intelligence rare, récit de philo très accessible ou peut-être tout simplement un petit chef-d’œuvre ? C’est en tous cas ma meilleure lecture de 2010 !


Chronique rédigée par yvan le 13/04/2010
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 5,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 19,29 19,29 19,29
Acheter d'occasion : 36,98
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.13
Dépôt légal : Mars 2010

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les derniers jours d'un immortel, lui attribuant une note moyenne de 4,13/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

7 12 2010
   

Une des œuvres les plus abouties du scénariste Fabien Vehlmann, un des auteurs les plus créatifs du moment. Le scénariste se tourne vers la science-fiction, mais celle-ci prend une tournure pleinement philosophique.
Vehlmann s’interroge sur l’immortalité, se basant sur un des thèmes privilégiés de la SF : le clonage. Si l’histoire commence comme un roman policier, elle se poursuit comme un conte philosophique.

Le personnage d’Elijah fait parti de la police philosophique. Dans un monde où cohabitent humains et extra-terrestres, cette police est chargée de résoudre les différents conflits.
Elijah est en plein doute existentiel car il se révèle incapable de parler avec ses échos (ses clones) ainsi qu’avec sa femme avec qui il maintient des relations sexuelles (acte qui a quasiment disparu par rapport aux plaisirs artificiels). Il est également troublé dans sa relation avec Matthias son ami de 400 ans.
Le dessin de Bonneval, influencé par le style des années 60 bien que beaucoup plus sobre qu’à l’époque, joue du noir et du blanc accentué par des crayonnés grisés et sert parfaitement mais sans fioritures le récit de Vehlmann.

3 6 2010
   

Il est assez rare qu'un album m'ait moyennement plu alors même que je reconnais qu'il est intéressant.
Toute critique comporte une part subjective et le souci principal que j'ai eu à la lecture de cet album tient en deux points.
D'une part le dessin ne m'a pas plu du tout. Trop naïf, se voulant simple mais alambiqué à la fois. Trop souvent je l'ai trouvé statique. Les personnages transmettent bien les émotions à travers leurs portraits, mais je n'ai pas du tout aimé le côté figé des expressions corporelles. Ce graphisme là n'est pas du tout ma tasse de thé.
D'autre part la construction du récit. Le monde qui nous est présenté est complexe et Vehlmann prend le parti de mettre le lecteur en position de témoin de codes qu'il ne comprend que progressivement. Le découpage des scènes n'est pas non plus toujours évident. A titre d'exemple, les humains peuvent se démultiplier, à l'aide d'"échos", qui sont en quelque sorte des clones. Le héros a recours à ce procédé pour mener plusieurs enquêtes de front et le choix de passer d'une mission à une autre de façon abrupte a pu me décontenancer.
J'ai également trouvé des dialogues à la limite du bavardage, tant ils sont nombreux, à l'instar des personnages secondaires. La relation amicale que le héros entretient avec Matthias m'a semblé aussi trouble que vaine, parce que finalement elle n'amène rien de fondamental et ne fait qu'ajouter une pointe mélodramatique que j'ai trouvée inutile et rébarbative. Les textes sont donc très nombreux, mais ils se justifient par le fait qu'ils sont le moyen d'immerger progressivement le lecteur dans l'univers de cette SF si particulière. Ce procédé narratif est à double tranchant : il suscite la curiosité du lecteur mais il risque aussi d'être lassant. A force d'abondance, on frise l'indigestion...

Tous ces éléments ont fait qu'il m'a fallu un tiers de l'album pour que je finisse par accrocher, ce qui fait un peu beaucoup, tout de même. Il faut pourtant avouer que cette BD renferme une forme de richesse. Les thèmes des différences culturelles et des incompréhensions qui en résultent, celui de l'interprétation du comportement d'autrui et de la capacité au "vivre ensemble", sans compter l'amour et l'amitié, le sens de la vie et de la mort, sont ainsi abordés à travers cette enquête aux allures philosophiques.

L'ensemble m'a ainsi donné l'impression d'avoir à faire à une œuvre très personnelle mais aux allures "intello" avec un parti pris esthétique et littéral qui ont fini par parasiter et limiter grandement le plaisir de ma lecture.

Je reconnais également que cet album doit être le fruit d'un travail colossal et il m'évoque quelque chose de l'orfèvrerie : la matière brute justifie le bijou, mais la taille de la pierre et l'écrin qu'elle garnit ne m'ont pas inspiré. Il y a sans doute une grande valeur, mais cela m'a laissé assez froid...

15 4 2010
   

Excellent ! Décidément, les scénarios de Fabien Vehlmann m'épatent de plus en plus régulièrement. Celui-ci est particulièrement original, riche et fort.

Il nous place dans un univers futuriste presque utopique. La technologie et le mode de vie de ses habitants, alternant immortalité, téléportation, corps multiples, fusions de mémoires et métamorphoses corporelles choisies, me rappelle grandement celle du "Cycle de la Culture" de Iain Banks que j'adore.
Mais les avancées technologiques ne sont qu'un décor au récit. Le thème principal concerne la communication entre les êtres, entre espèces aux comportements sociaux et morphologiques radicalement différents, mais aussi entre être humains avec les particularités que cette technologie apporte sur leurs esprits et leurs modes de vie. Le rôle du héros est d'entamer le dialogue avec des races inconnues, de servir d'intermédiaire dans des conflits entre civilisations ou encore d'enquêter sur des situations complexes mettant en scène des espèces différentes.

J'ai été décontenancé par le graphisme des premières planches. Je regrette d'ailleurs toujours ce dessin noir et blanc que je trouve trop minimaliste, trop terne. J'aurais considéré cet album comme probablement culte avec un graphisme plus complexe et plus coloré.
Mais je m'y suis pourtant rapidement fait. J'ai régulièrement apprécié les expressions posées que le trait donne aux personnages, accentuant l'état d'esprit de la BD. En outre, le minimalisme permet de donner un sens plus universel et plus fortement symbolique à certaines planches.
Je comprends le choix des auteurs d'avoir opté pour un tel graphisme, mais je ne suis qu'à moitié convaincu, pour une question de goût j'imagine.

L'histoire m'a vraiment captivé. J'ai été à la fois intéressé, amené à réfléchir et transporté dans un univers de science-fiction passionnant. Les enquêtes psychologiques et sociologiques que mènent le héros sont très bien menées et m'ont tenu en haleine. A cela s'ajoute la force émotionnelle de certains passages et de la conclusion du récit.
Une grande oeuvre à lire absolument !