46 495 Avis BD |20 158 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 7 : Chair humaine
 

Les démons d'Alexia, tome 7 : Chair humaine

 
 

Résumé

Les démons d'Alexia, tome 7 : Chair humaineAfin d'acceder au résumé de Les démons d'Alexia, tome 7 : Chair humaine, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Ce 7ème tome est particulier dans cette série des Démons d’Alexia. Déjà parce que cet épisode n’est pas le début d’un troisième cycle, mais se suffit à lui-même, ensuite parce que le ton est très nettement différents des précédents. Rappelons avant tout que cette série qui parait dans Spirou est destinée aux adolescent(e)s grâce à son héroïne, la jeune Alexia mi sorcière-mi exorciste qui utilise ses dons comme directrice du CRPS (centre de recherche des phénomènes surnaturels), et grâce aux dessins simples et ronds, caractéristiques du magazine.

Si nous retrouvons bien Alexia et sa copine Bérénice, il est très peu question de surnaturel ici, les deux amies vont enquêter sur une île grecque infestée de furets nourris à la chair humaine alors que l’île n’a aucun habitant. Le climat est assez malsain du début à la fin, tout commence par des allusions aux dessous féminins de Bérénice, les strings excitent beaucoup le maniaque de la cave du CRPS, si ça ne durait que 1 page ça pourrait passer, mais là ça dure, ça dure et ça continue même quand les deux filles débarquent sur l’île en compagnie de soldats qui la matent. Le ton devient ensuite très sanglant, les morts vont s’additionner et tout n’est pas que suggéré. Enfin, dernière preuve que cet épisode est différent beaucoup de grossièretés et d’insultes dont on n’avait pas l’habitude.

Parce que je suis un adulte, ce tome est surement celui que j’ai préféré, d’autant qu’il n’est pas trop question de surnaturel et que moi je préfère. Mais ceux qui ont l’habitude d’Alexia seront certainement décontenancés et je ne suis plus très sûr que ce tome s’adresse aux adolescents. Les auteurs ont-ils eu le droit de se lâcher sur ce tome ?

A l’image de la phrase finale dite par Alexia, il risque bien d’être le dernier.


Chronique rédigée par Olivier73 le 04/11/2013
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Olivier73Reflet de l'avatar de Olivier73
Statistiques posteur :
  • 1912 (80,20 %)
  • 39 (1,64 %)
  • 433 (18,16 %)
  • Total : 2384 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter d'occasion : 6,96
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Avril 2011

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les démons d'Alexia, tome 7 : Chair humaine, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

19 3 2014
   

Voici une nouvelle histoire que l'on n'attendait pas vraiment, puisque tout est dit dans la série. Après le tome précédent, Alexia a équilibré ses parts de magies blanches et noires, et normalement, les phénomènes obscurs devraient se faire moins présents. Le début de l'album nous présente un CRPS tout neuf, qui se lance dans une campagne de recrutement , toujours avec à sa tête Alexia. Tout commence donc bien, jusqu'à ce qu'un nouveau cas mystérieux se présente sur une île grecque : des furets anthropophages sont identifiés, mais la source de leur nourriture est suffisamment inquiétante pour dépêcher sur place Alexia.

On retrouve le mode de narration des premiers tomes de la série, dans lesquels Alexia enquêtait sur des phénomènes paranormaux. La seule originalité première que se permet le scénariste, c'est que cette fois, Alexia n'est accompagnée que de Bérénice et d'une escouade de militaires : Pleston, Zund, et les autres récurrents de la série sont passés sous silence. Mais l'originalité qui vient ensuite est beaucoup plus incongrue pour la série : alors que jusqu'à maintenant, le fin mot de l'histoire relevait des sciences occultes, voici que ce nouveau mystère est avant tout rationnel ! C'est quand même un sacré revirement dans la trame scénaristique de la série. Dans le même temps, les éléments du scénario, qui pourraient paraître plus surnaturels (comme l'explication d'une viande qui n'est pas avariée, par exemple), sont passés sous silence. On sent que le scénariste fait un effort pour maintenir le lecteur dans une incertitude quant à la nature surnaturelle ou rationnelle de l'événement, ce qui est appréciable, mais cela le conduit également à des exagérations qui nuisent à la crédibilité du récit.

Enfin, le dessin reste toujours aussi primesautier et les événements qui devraient apparaître comme trerribles (il y a quand même un certains nombre de décès dans cet ouvrage, dont certains touchent des personnages sympathiques) n'ont certainement pas la force ni l'intensité qu'ils mériteraient.