46 562 Avis BD |20 195 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
Tome 7 : Disparitions
 

Les Coulisses du Pouvoir, tome 7 : Disparitions

 
 

Résumé

Les Coulisses du Pouvoir, tome 7 : DisparitionsAfin d'acceder au résumé de Les Coulisses du Pouvoir, tome 7 : Disparitions, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Les Coulisses du Pouvoir, tome 7 : DisparitionsA l'ouverture de ce septième album de cette bonne série politico-policière, la surprise est de taille. Exit le bon dessin minutieux et plein de détails de Delitte, qui a quitté la série. Richelle reprend entièrement le destin de cette série et franchement le dessin n'est pas à la hauteur de ce que l'on connaissait. Ce n'est pas que son dessin soit mauvais mais il n'a pas la même profondeur ni la même envergure que les dessins de son ex associé. Alors, évidemment, les personnages que nous connaissions n'ont plus tout à fait la même allur, la même physionomie et ça gâche un peu le récit. Le dessin est maintenant plus naïf, plus classique, plus plat et il manque une certaine perspective qui donnait une vie aux pages. Je ne suis pas sur d'ailleurs que ce soit judicieux de continuer une série quand un des deux artistes décide d'arrêter. Mais c'est le même problème dans d'autres séries qui ont connues les mêmes problèmes et ont perdus de leurs qualités.

Ceci dit, et si on oublie donc l'ambiance des six autres albums, voila une nouvelle enquête policière, dans le monde de politico-financier sous couvert du pouvoir. Rien de nouveau donc dans l'originalité. C'est du déjà vu. Néanmoins le scénario n'est pas inintéressant et est bien mené, le flegme britannique est toujours présent, et l'histoire quand même assez compliquée, avance tranquillement, avec des informations qui viennent peu à peu.

Bon, la lecture n'est pas désagréable, mais n'attendez pas grand-chose de nouveau dans cette histoire. C'est un peu la continuité des albums précédents et il n'y a pas de coup d'éclat.

Voila, le sentiment qui domine en fin d'album est une certaine déception.


Chronique rédigée par niavlys le 08/03/2007
 
 
Statistiques posteur :
  • 489 (99,39 %)
  • 2 (0,41 %)
  • 1 (0,20 %)
  • Total : 492 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,50 Note générale
  • Originalité : 2,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 2,50 Dessin
 
Acheter neuf : 10,93 10,93 10,93
Acheter d'occasion : 17,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.00
Dépôt légal : Novembre 2006

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les Coulisses du Pouvoir, tome 7 : Disparitions, lui attribuant une note moyenne de 3,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

2 8 2011
   

Une mort suspecte et voilà que Caine et Burkinshaw débarquent à nouveau et là, c'est la surprise : les personnages ont beaucoup moins de "charme " que précédemment. En effet, Burkishaw se retrouve avec le physique d'un jeune premier, bien rasé et blondinet comme tout. Où est passé cet enquêteur venu de banlieue, aux cheveux filasses et sans couleur définie, à la barbe de trois jours non travaillée, au visage un peu grêle ? Et où sont donc toutes ces rides sur le visage de Caine ? Il a fait une crue de Botox ou quoi ? Et puis, à bien y regarder, c'est l'ensemble des pages, des personnages et des décors qui manquent de cette vie que Deliite savait si bien insuffler à cette série. Au niveau du dessin, c'est une grosse déception, on ne retrouve pas le côté très réaliste de Delitte, et les personnages aux visages lisses quel que soit leur âge, ainsi que les décors à la colorisation tranchée, donnent une nouvelle physionomie à cette série, une physionomie un peu trop proprette à mon goût. Autant j'aimais le style Delitte, travaillé, brouillonné, crayonné, autant ce nouveau dessin manque un peu d'âme selon moi.

Quant à l'histoire, on retrouve une intrigue bien construite, où on rencontre un grands nombre d'intervenants et de situation. On sent qu'il y a un petit lien avec le pouvoir en place mais pour l'instant, on est comme notre couple d'inspecteurs de Scotland Yard : on patauge. C'est quand même un signe que l'intrigue est bien construite : on sent que le scénariste met en place ses différentes pièces mais rien n'est vraiment évident et comme par le passé, ce sera dans le tome suivants que tous ces éléments prendront une cohérence. Les éléments semblent pour l'instant disparates mais connaissant désormais cette série, on sait que tout cela n'est pas vain, et c'est certainement ce qui retient le lecteur.

L'intrigue policière est bien menée, comme dans les tomes précédents. En revanche, l'aspect de l'oeuvre la rend moins crédible, sympathique, travaillée que dans les tomes de la série jusque là. L'ambiance en pâtit forcément...