46 562 Avis BD |20 195 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
Tome 3 : Loopings
 

Les corruptibles, tome 3 : Loopings

 
 

Résumé

Les corruptibles, tome 3 : LoopingsAfin d'acceder au résumé de Les corruptibles, tome 3 : Loopings, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Les corruptibles, tome 3 : LoopingsSuite et fin de cette trilogie africaine de la collection Grafica, tirée du roman d’Alain Brézault et Gérard Clavreuil «Bonne arrivée patron !» (Série Noire de Gallimard).

Jean-Bedel Yapo, alias Colombo, et Abdoulaye Bakayako, alias Shérif, ont découvert en majeure partie ce qui se tramait dans les différents échelons du système politique et militaire corrompu du Bengali et partent maintenant à la recherche de preuves tangibles afin de résoudre les meurtres de Félix Battiono, secrétaire de la section Nord du pays, et de la fille du secrétaire général du gouvernement. Happés par leur enquête, ils ne lésinent pas sur les moyens et méthodes employées, sans vraiment se soucier des conséquences.

Ce troisième et dernier tome souffre moins du manque de mise en place initial des différents protagonistes car on commence à connaître les différents personnages et les liens (corrompus) qui les lient. De plus, l’enquête initialement chaotique, semble maintenant se dérouler en suivant une certaine logique. Du coup, ce tome plus structuré, mais toujours aussi explosif, dynamique et diablement rythmé, finit par rassembler tous les éléments parsemés tout au long de cette enquête désordonnée.

Les auteurs concluent donc brillamment cette caricature africaine en faisant croire aux deux policiers et aux lecteurs qu’ils viennent de mettre à jour toutes les magouilles du Bengali, alors que finalement, ce n’est que le sommet de cet iceberg de corruption qu’ils viennent de découvrir dans ce pays (finalement pas aussi) imaginaire d’Afrique de l’Ouest.

Bref, trois tomes où magouilles, escroqueries, complots, corruption, politique, détournements, attentats, kidnappings, prostitution, religion et coups d'état sont caricaturés de manière tendre et cynique par cet amoureux de l’Afrique qu’est Alain Brezault. Le tout rehaussé par le graphisme chaleureux, dynamique et caricatural de Pendanx.


Chronique rédigée par yvan le 14/02/2007
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 12,83 12,83 12,83
Acheter d'occasion : 11,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Avril 2004

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les corruptibles, tome 3 : Loopings, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

3 9 2014
   

Enfin !
Enfin, j’ai l’impression d’avoir un album dans cette série qui soit cohérent et qui m’offre un plaisir de lecture que je n’ai pas de raison particulière de bouder.
Si le scénario se déroule toujours à 100 à l’heure, tous les protagonistes sont maintenant identifiés et suivre les aller et venus des divers personnages s’en trouve grandement facilité. Toute personne débarquant de manière impromptue est déjà connue et remettre ainsi les pièces du puzzle en place devient possible.
Heureusement me direz-vous, c’est le troisième et dernier tome de la série !

Donc, oui, ce tome remplit parfaitement son rôle et permet de reconstruire l’histoire. Pour autant, ne croyez pas que tout est simple ! Le scénario est toujours aussi dense, complexe et propose de nombreux tours et détours afin de nous livrer l’ultime vérité. Personnellement, je n’ai vu venir ni la fin, ni la fin. Car oui, une autre chose que j’ai aimée dans cet album est que rien ne s’arrête avant la dernière case. Jusqu’au-boutiste, le scénariste nous mènera en bateau jusqu’à l’ultime goutte d’encre de la pénultième case (j’aurais pu dire la dernière, mais j’avais envie d’utiliser ce mot…).
Contrairement aux 2 tomes précédents où l’action tendait à manquer un peu au profit d’une intrigue policière très bien menée (mais nous menant en bateau !) cet album se lâche et devient moins cérébral. A un moment ou un autre, il faut bien tenter d’interpeller les coupables, de les pousser à la faute et quoi de mieux qu’un bon révolver pour résoudre nos conflits dans ces moments là ? Surtout quand vous savez que vos ennemis, que votre cible ne vous manquera pas si elle en a l’occasion.
Les personnages hauts-en-couleur apportent un rythme et un décalage bienvenus dans cet album parfois à la lecteur lourd et complexe.

Le dessin est toujours aussi expressif, avec ces tons chauds qui font coller nos chemises dans cet air que l’on sent moite et lourd, dans cette chaleur africaine étouffante et cette ambiance de suspicion constante. Le trait toujours légèrement caricatural, les personnages variées et reconnaissables du premier coup d’œil, la maitrise des cadrages nous place en bonne position pour nous mettre à la place des acteurs.

Une série qui ne paie pas de mine avec des couvertures un peu sombres qui n’attirent pas le regard et peu accrocheur, mais qui peut aisément plaire à un lectorat assez vaste en attendant la sortie du prochain album de notre série fétiche.