46 562 Avis BD |20 195 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
Tome 1 : Bonne arrivée, patron !
 

Les corruptibles, tome 1 : Bonne arrivée, patron !

 
 

Résumé

Les corruptibles, tome 1 : Bonne arrivée, patron !Afin d'acceder au résumé de Les corruptibles, tome 1 : Bonne arrivée, patron !, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Les corruptibles, tome 1 : Bonne arrivée, patron !Une BD assez étonnante !...

De l'humour, des complots politiques, du suspense, du dépaysement, des situations multiples en forment un bon mélange de genres.

Le graphisme est nerveux, l'intrigue à rebondissements dans un univers trop peu souvent mis à l'honneur dans le 9ème art : l' Afrique.

Couleurs chaudes, tempo soutenu.

Un premier tome emballant, prometteur, qui demande confirmation.


Chronique rédigée par LYmagier le 20/06/2006
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de LYmagierReflet de l'avatar de LYmagier
Statistiques posteur :
  • 2911 (92,44 %)
  • 154 (4,89 %)
  • 84 (2,67 %)
  • Total : 3149 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 12,83 12,83 12,83
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.00
Dépôt légal : Octobre 2002

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les corruptibles, tome 1 : Bonne arrivée, patron !, lui attribuant une note moyenne de 3,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

6 8 2014
   

Voilà une BD assez décontenançant lors que l’on attaque sa lecture. En effet nous sommes plongés dans l’intrigue et l’action sans avertissement et sans présentation des personnages. Que ce soient les morts ou les vivants, nous découvrons chacun au moment où son apparition est importante.
Voire même, pour certains des premiers, ils arrivent, ils meurent sans que l’on n’en sache plus sur eux et leur importance.

C’est donc à nous de remettre les pièces du puzzle en place au fur-et-à-mesure de l’intrigue. Or nous ne sommes pas aidés car même les policiers de l’album qui doivent démêler tout cela semblent perdus au milieu du flot d’information qui arrive en continu au fil de l’album.

Un album dense, sans temps mort, qui aurait eu tendance à me perdre et plutôt à m’inciter à ne pas lire les 2 autres tellement je l’ai refermé en ayant l’impression d’être l’oublié de service. Le scénario se déroule mais ne semble pas prendre en considération qu’un lecteur tourne les pages et aimerait comprendre ce qui se déroule sous ses yeux. Perturbant.

Pour le reste cet album se déroule dans un pays d’Afrique imaginaire, où les religions Chrétienne et Musulmane se côtoient, réparties entre la population et une population blanche qui semble tenir d’un reste de colonialisation. Le Policier principal est d’ailleurs Chrétien et son aide Musulman. L’ensemble joue sur la caricature et des préjugés concernant l’Afrique, ses magouilles, ses abus de pouvoir, les détournements de fonds, ses prostituées à chaque coin de rue, ses ghettos…et concernant la religion avec un marabout pseudo musulman qui fait de la sorcellerie en toute contradiction avec sa religion, un policier chrétien qui prend Colombo pour idole ou encore un prêtre missionnaire accro à la bouteille…
Bref tout le monde en prend pour son grade. "Tintin" au Congo et ses pseudos clichés racistes n’ont qu’à bien se tenir, il a trouvé une sérieuse concurrence !!!

Mais voilà, j’ai à ma disposition les 3 albums. Une fois encore, j’aime ses séries courtes, finies où l’on sait que la torture littéraire, si torture il doit y avoir à la lecture, ne durera pas éternellement. Et puis, devant tant de complexité à suivre cette enquête, ne pas vouloir défaire le sac de nœud ne serait finalement pas logique.

Le contexte est complexe, les personnages sympathiques, le scénario alambiqué. On sent au fond une vraie logique.

Et pour ne pas gâcher, le dessin se tient bien. Légèrement caricatural lui aussi, le trait est précis, les couleurs chaudes nous plonge dans cette ambiance, cette atmosphère Africaine moite et sordide. Le trait est très bien maitrisé très agréable, très personnel et j’aime ça, ces dessins qui ne suivent pas un standard établi juste pour faire plaisir à la majorité.

C’est sûr qu’entre le scénario et le dessin, les accros aux éditions soleil se sentiront bien seuls.

13 2 2007
   

Cette trilogie africaine est tirée du roman d’Alain Brézault et Gérard Clavreuil «Bonne arrivée patron !» (Série Noire de Gallimard), qui est la suite de «Quand les flamboyants fleurissent les blancs dépérissent», des mêmes auteurs sous le pseudonyme de Bréal et Karul. Brezault, est également le scénariste de cette adaptation en bande dessinée.

Ce premier tome débute et termine dans l’action et ne gaspille pas vraiment de temps à la mise en place des personnages. Du coup, au milieu de tous ces personnages et de ces lieux qui jaillissent de nulle part, l’histoire semble un peu brouillonne. D’un autre côté ce chaos correspond probablement bien cet environnement africain.

L’histoire est pourtant bien moins confuse qu’il n’y parait, avec d’un côté un attentat sur Félix Battiono, secrétaire de la section Nord du pays, et de l’autre le kidnapping accidentel de la fille du secrétaire général du gouvernement. Mais, rien ne semble simple dans ce pays imaginaire d’Afrique de l’Ouest, et les deux policiers chargés de mener l’enquête vont, tout comme le lecteur, avoir un mal de chien à s’y retrouver dans ce foutoir.

Le dessin de Pendanx et les couleurs vives ajoutent encore de la chaleur et du dynamisme à cette histoire au rythme effréné. Le côté caricatural du dessin renforce également la dérision du récit et des personnages.

Bref, un début de triptyque où l’on ne s’ennuie pas, mais qui souffre tout de même du manque de mise en place des nombreux personnages et lieux.