39 094 Avis BD |16 620 Albums BD | 6 671 séries BD
Accueil
Tome 14 : La fin des temps
 

Les Chroniques de la Lune Noire, tome 14 : La fin des temps

 
 

Résumé

Les Chroniques de la Lune Noire, tome 14 : La fin des tempsAfin d'acceder au résumé de Les Chroniques de la Lune Noire, tome 14 : La fin des temps, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Les Chroniques de la Lune Noire, tome 14 : La fin des tempsAlala... Quelle déception, par tous les dieux. Ayant suivi la série depuis plus de 20 ans maintenant, cela ne nous rajeuni pas, et même fan de jeux de rôle, j'ai toujours apprécié et attendu les tomes de la lune noire. Mais pourquoi donc finir cette fantastique série avec... rien. Rien, on n'apprend rien (ou presque) dans cet épisode qui ne lève aucun voile sur les moultes questions qui se sont posées au cours de la saga, et la frustration est très forte au moment de refermer l'album. Sans compter des énormités et des facilités scénaristiques qui ne sont pas dignes d'une fin d'un cycle de 14 tomes.

On ne peut alors s'empêcher d'avoir de mauvaises pensées: que Froideval n'avait pas un scénario si profond et si travaillé que ça en fin de compte, que les sirènes du marketing ont été les plus fortes (encore plein de tomes d'un nouveau cycles à vendre), ou qu'il a bâclé sa fin car fatigué de sa propre série qui, il est vrai, s'essoufflait...

Le dessin reste lui de bonne facture, Pontet réalisant le même travail que sur les tomes précédent.

Donc dommage, vraiment dommage, de finir la dessus.


Chronique rédigée par JFG le 15/01/2009
 
 
Statistiques posteur :
  • 2 (100,00 %)
  • Total : 2 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 1,50 Note générale
  • Originalité : 2,00 Originalité
  • Scénario : 1,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter d'occasion : 12,90
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.38

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les Chroniques de la Lune Noire, tome 14 : La fin des temps, lui attribuant une note moyenne de 2,38/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

26 11 2011
   

On retrouve dans ce tome la qualité graphique du tome précédent : je regrette juste que le changement de style soit intervenu si tard dans la série, je pense qu'il m'aurait permis de mieux digérer une bonne dizaine de tomes.

Ceci étant dit, on sent bien que maintenant, le scénariste a un peu de mal à conclure son histoire, il ne sait plus très bien quoi faire de tous ses dragons, nains, orcs et autres géants. La sortie proposée permet d'éviter de se poser bien des questions et surtout d'éviter d'y répondre. Je trouve l'idée de l'exode assez ingénieuse mais je n'ai pas bien tout compris : le sort des nains, celui des elfes et surtout celui des dragons. De même je n'ai pas bien compris le rôle de Méthraton dans tout ca et si le spectacle est toujours assuré par un dessin fourni et qui retient l'intérêt, j'ai eu du mal à m'intéresser à cette histoire. La fin proposée n'en est pas vraiment une, on ne voit pas très bien ce que le scénariste a voulu nous dire, ce qui est assez dommage après une histoire suivie, parfois laborieusement, sur 14 tomes déjantés, décalés, torturés.

Le spectacle présent n'est pas désagréable, mais il manque quelque chose à ce dernier tome, un petit quelque chose qui aurait permis à la série de gagner en profondeur, et de lui donner une autre dimension, quelque chose qui ferait dire que la lecture de l'intégralité de la série n'est pas vaine. Je pense n'avoir jamais autant utilisé la phrase "je n'ai pas compris" en avisant des albums, c'est dire si j'étais en attente de réponses ! Dommage.

2 12 2009
   

Ouf, c’est la fin. Et c’est tant mieux car là, j’ai été très déçu.
Quatorze tomes tourmentés pour arriver à une fin si banale, c’est quand même difficile à digérer. La Lune va s’écraser sur la Terre, conséquence inéluctable de la lutte entre Wismerhill et les Forces de la Lune Noire. Alors c’est la fin d’un monde ?
Il y a une issue, contée dans cet album, mais c’est vraiment une fin brutale et lorsque l’on referme cet album, on est perplexe et sur notre faim.
J’ai eu beaucoup de mal à lire les albums de cette série, et celui-ci ne déroge pas à la règle. Un dessin, certes somptueux et éblouissant, grandiose chargé en couleurs, mais en même très dur à déchiffrer tant il est compliqué. Il y a tellement de choses sur chaque page, avec des découpages complexes ou des dessins pleine page, qu’il faut énormément de temps et de concentration sur chaque parcelle du dessin pour en comprendre les éléments.
Pour les inconditionnels de ce style, je ne doute pas qu’ils y aient trouvé du bonheur, mais personnellement j’ai toujours eu du mal à me sentir bien dans cette histoire.
Je reconnais un scénario bien construit et surement cohérent, un énorme travail dans le dessin et à ce titre, c’est effectivement une œuvre, mais le vide ressenti dans cet album me laisse penser que les auteurs avaient hâte d’en voir le bout.
Voila, je n’ai pas adhéré à ce récit, trop fatiguant à lire, et ne laissant pas un souvenir émotionnel .

1 5 2009
   

Les portes de l’enfer vont s’ouvrir et libérer un tas de démons plus mauvais les uns que les autres. La Lune Noire va ainsi enfin pouvoir régner sur l’univers…
Oui, mais, Wismerhill est là !… Pourra-t-il pourtant empêcher l’inévitable ?…

C’est ce que vous allez savoir dans ce quatorzième tome qui termine une grande saga d’heroïc fantasy débutée voici quand même une vingtaine d’années… ce qui n’est pas rien !
Froideval et Pontet nous balancent encore qui scénario, qui graphisme vraiment attractifs ; une ainsi bonne finale pour cette longue geste.

MAIS, ATTENTION !… vérifiez surtout lors de votre achat !
En effet, cette dernière histoire est éditée sous TROIS COUVERTURES DIFFERENTES réalisées par Olivier Ledroit. Moi je veux bien, mais si vous ne faites pas attention il faudra y aller de 39 Euro si vous voulez la « totale » ; ce que je trouve exagéré.
Mais que cela ne vous empêche pas d’apprécier cette « fin des temps » qui porte vraiment bien son nom.