46 341 Avis BD |20 081 Albums BD | 7 869 séries BD
Accueil
Tome 4 : Le Repos du Guerrier
 

Les Beaux Étés, tome 4 : Le Repos du Guerrier

 
 

Résumé

Les Beaux Étés, tome 4 : Le Repos du GuerrierAfin d'acceder au résumé de Les Beaux Étés, tome 4 : Le Repos du Guerrier, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Les Beaux Étés, tome 4 : Le Repos du GuerrierC’est toujours avec plaisir que l’on retrouve la famille Faldérault, et leurs vacances à différentes époque de leur histoire familiale. Ici, on est en 1980 et les filles ont bien grandi : Julie est en études de droit, et Nicole a un petit copain, qui fera également le voyage. La surprise de cette année, c’est que Pierre a fini ses dessins à temps et tout le monde est prêt à partir à l’heure, pour la plus grande joie de tous. L’autre nouveauté, c’est que les Faldérault ont acheté une maison de vacances clés en main : fini le camping sauvage, et bonjour le confort. Une bonne humeur communicative qui est contrariée d’une part, par une commande de dernière minute pour Pierre, et d’autre part, par la découverte de la fameuse maison qui n’existe pas vraiment. Les voisins sont dans le même cas : les plans sont bien là mais il manque les murs….

Et c’est là que l’on retrouve le style de Zidrou, et sa tonalité pour cette série. Quelle que soit les mauvaises nouvelles, il est hors de question que les vacances deviennent un cauchemar, et tout le monde y mettra du sien pour passer de super vacances, au rythme des chansons de l’année 80, dont Banana Split ou encore Laissez-moi danser. Et comme d’habitude, la magie opère, on se laisse porter par cet optimisme et cette joie de vivre de la famille Faldérault, où rien ne semble important, si ce n’est l’essentiel, le fait d’être ensemble pour passer de bonnes vacances.

C’est une vraie bouffée d’air pur, comme d’habitude, avec des dialogues parfaitement ciselés et des dessins qui font ressortir toute la bonhomie et la douceur des personnages. On pourra regretter que le style reste assez figé, mais dans l’ensemble, on y est quand même bien, dans cette série.


Chronique rédigée par gdev le 19/02/2019
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de gdevReflet de l'avatar de gdev
Statistiques posteur :
  • 3209 (74,01 %)
  • 357 (8,23 %)
  • 770 (17,76 %)
  • Total : 4336 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,30 13,30 13,30
Acheter d'occasion : 9,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Juin 2018

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les Beaux Étés, tome 4 : Le Repos du Guerrier, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

29 4 2019
   

Alors que je pensais que la série consistait à faire un compte à rebours, Zidrou nous fait la surprise de retrouver la marche avant et nous voici en 1980 (après les années 73,69,et 62). Nous n'avons pas la musique qui pourrait accompagner la lecture, et pourtant on entend quand même Lio chanter "Bananasplit" tout du long, pour l'ambiance on y est pas de doute.

Pour une fois le père a fini ses dessins, il est temps de partir, direction la maison achetée "clés en main". Inutile de dire que la maison en question réserve des surprises, et que les vacances pourraient bien finir en cauchemar.

Mais on connaît le ton de la série, et Zidrou nous propose quelque chose d'enjoué, de positif, où chaque problème qui devrait plonger les personnages dans un état proche de la dépression, se transforme finalement en occasion pour renouer des liens, pour faire des cabanes, pour vivre des vacances d'aventuriers... Tout cela est fort agréable à lire, la série et cet album entre autre, donne le sourire, la patate, et permet de voir la vie de manière optimiste.

Par les temps qui courent, c'est plutôt bienvenue