40 941 Avis BD |17 392 Albums BD | 7 028 séries BD
 

Nelson Lobster (Les aventures extraordinaires de), tome 1 : L'Île des Lestrygons

 
 

Résumé

Nelson Lobster (Les aventures extraordinaires de), tome 1 : L'Île des LestrygonsAfin d'acceder au résumé de Nelson Lobster (Les aventures extraordinaires de), tome 1 : L'Île des Lestrygons, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Nelson Lobster (Les aventures extraordinaires de), tome 1 : L'Île des LestrygonsDans une ville de pêcheurs, en plein hiver, un bar remplit de marin voit débarquer un étrange personnage encapuchonné de la tête aux pieds. Son air hautain lui attire rapidement la l'animosité des pêcheurs qui se mettent alors à la bousculer et découvrent à la stupeur générale qu'il ont affaire à une jeune demoiselle.

Cela ne les décourage guère et ils sont tout prêts de réaliser l'irréparable lorsque Nelson Lobster intervient. Ce vieux personnage prend alors l'inconnue sous sa protection et commence à se lier d'amitié distante.

Afin de prouver son identité, Nelson commence alors à raconter sa vie.
Depuis l'orée de sa vie et de sa naissance dans une barrique de bois à la dérive sur l'océan, jusque ses exploits pour le roi et passant par son adoption par le cuisinier du "Beluga", sa jeunesse sur ce navire en tant que mousse et ses premiers exploits.

Et voilà comment l'inusable Corbeyran revient avec une nouvelle série d'aventure avec un grand A. Une série dans laquelle le héro est un héro, une légende de la mer qui a tout vu tout traversé tout exploré…Et le voici narrant ses exploits avec comme il se doit un peu d'enjolivement, d'exagération là où sa vraie vie nous aurait paru un tantinet monotone…

Cela donne une histoire remplie de mythologie et de références aux contes de notre enfance. Une histoire riche en aventures extraordinaires et en exploits maritimes en tout genre !

Cette BD, remplit de personnages caricaturaux est vivante, parfois à la limite du débordement et de l'asphyxie. Mais pourtant, on lit ses aventures avec des yeux d'enfants éberlués.

Le dessin de son coté est clair, aux traits fins, manquants de maturité mais ayant un fort potentiel. Lui aussi dynamique, vivant, bien cadré je suis plus mitigé sur la mise en couleur informatique.

Certes, les plaquages et les textures sont belles, mais ne sont elles pas trop belles, trop réalistes ? Cela m'a chagriné par moment. Et je me dis, nue fois de plus que l'usage de l'informatique ne donne pas que des choses merveilleuses, loin sans faut.
Je fais alors une différence en de belles couleurs, de belles textures théoriques, et de belles couleurs qui sans en faire trop sauront plaire à mes yeux avec une meilleure pratique.

Cependant, ne gâchons pas notre plaisir et rêvons de ses exploits fous des héros de notre enfance ! Nul doute que cette bande dessinée plaira à un panel très large de lecteurs.


Chronique rédigée par Chalybs le 22/03/2007
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de ChalybsReflet de l'avatar de Chalybs
Statistiques posteur :
  • 996 (91,80 %)
  • 51 (4,70 %)
  • 38 (3,50 %)
  • Total : 1085 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter d'occasion : 6,44 8,37
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.90
Dépôt légal : Janvier 2007

Avis des lecteurs

5 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Nelson Lobster (Les aventures extraordinaires de), tome 1 : L'Île des Lestrygons, lui attribuant une note moyenne de 2,90/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

7 11 2014
   

Un premier tome basé sur un vieux loup de mer qui raconte sa vie mouvementée et ses souvenirs extraordinaires, j’ai déjà connu mieux –beaucoup mieux- avec « Pemberton » de Sirius. Bon, c’est vrai que c’est un « vieux machin » paru dans Pilote entre 1972 et 1981.

Ce n’est pas le cas ici. La vie de Lobster -que j’ai mise en parallèle avec celle de Pemberton- m’a vraiment laissé un goût de trop peu. Ou on joue la carte « fantastique » à fond ou non. Ben, désolé, « Lobster » navigue à sa façon entre deux eaux et j’ai eu du mal à m’intéresser à son cas.

Problème aussi : le dessin. Si le trait général est assez sympathique, il n’est absolument pas mis en valeur par une colorisation informatique qui le dénature un peu. Mitigé je suis, mitigé je reste.
Ce « Lobster » a des qualités, certes, mais de là à en faire une « grande BD » faut quand même pas exagérer… mais ce n’est que mon humble avis.
Désolé, vieux pirate, mais entre « nouvelle cuisine » et « vieilles marmites » c’est quand même dans ces dernières qu’on fait la meilleure soupe. J’en resterai au tome 1.

13 7 2012
   

Le premier tiers de cet album m'a largement intéressé : les origines de Lobster, sa découverte par les marins du Bélouga, les étranges objets qui l'accompagnaient dans son couffin peu académique, ses premières années à bord et son premier fait d'arme contre le Léviathan à 15 ans... Tout cela est bien conduit, tout cela est construit pour que l'on s'intéresse à ce personnage qui raconte ses mémoires à une jeune inconnue. Il y a autour de cela une petite dose de mystère qui rend le personnage sympathique. Mais à partir de la victoire de Nelson sur le Léviathan, un peu tirée par les cheveux toute de même, j'ai trouvé que le récit s'essouflait (déjà) et entretenait un ton de fanfaron qui ne cadre pas vraiment avec cette histoire qui se rapproche de la Fantasy. La rencontre avec le roi, l'arrivée sur l'île de Lestrygeon, la découverte de ce qu'il s'est passé là-bas : tout cela est peu crédible, un peu rapide et a eu du mal à me retenir. La dernière partie de cet album, qui montre que le Nelson qui raconte son passé a également une ennemie, tente bien de relancer l'histoire, mais sans franc succès. Tout est un peu bizarre dans ce premier album : l'atmosphère, le rythme, les personnages : rien ne semble vraiment campé et tout paraît un peu bancal.

Pour les dessins, c'est un peu la même chose. Le trait m'a semblé réussi mais les couleurs viennent tout aplatir et son parfois trop vives et trop tranchées paur l'environnement. Il n'y a pas de grand travail de dégradés et quasiment aucun jeu d'ombres. Bref, c'est plat, et sans relief.

C'est un premier tome qui était assez prometteur au début de l'ouvrage, mais qui s'essoufle assez rapidement, ce qui est étonnant compte tenu du nom de son scénaritse.

13 12 2011
   

Une couverture sobre mais engageante, un titre aguicheur ("Les aventures extraordinaires de Nelson Lobster", façon Baron de Münchhausen), un éditeur en qui on a plutôt confiance, et un graphisme attirant quand on feuillette les pages. Il n'en fallait évidemment pas plus pour que je m'engage dans la découverte de cette bande dessinée du prolifique Corbeyran associé à Florent Calvez.

Les premières planches intriguent, avec une arrivée mystérieuse et encapuchonnée dans un repaire de soiffards. Quand le capuchon tombe, c'est une jolie jeune femme qui se dévoile et qui amène le personnage principal à prendre sa défense face à un agité du couteau. Quand la belle est assise à sa table, c'est le début d'un long récit dans lequel Nelson Lobster se lance. Et si le lecteur trouve assez vite le personnage sympathique, on n'adhère jamais totalement.

Le dessin est plutôt séduisant au départ, mais rapidement il s'en dégage une certaine froideur que la mise en couleurs ne fait qu'accentuer. Certaines cases paraissent trop lisses pour être honnêtes. Et surtout, les pavés narratifs concoctés par Corbeyran alourdissent vite un ensemble qu'on aurait aimé plus vif, plus aérien. Il y a beaucoup de palabres dans ce récit qui lorgne pourtant vers la grande Aventure sans jamais parvenir à donner le sentiment de s'y trouver. Il y a quelques idées amusantes, mais qui ne paraissent pas nouvelles, et au final, le scénario manque de dynamisme.

Un premier tome qui ne donne pas forcément envie de continuer la série. Et dans ces périodes de parutions ininterrompues d'albums, cela sonne comme une mauvaise nouvelle.

11 6 2007
   

Corbeyran est un intarissable conteur. Et dans ce premier opus de cette nouvelle aventure, il nous emmène avec adresse dans une histoire ou se mêle l'Aventure avec un grand A, le fantastique, l'irréel. Et ce récit fonctionne à merveille, et réussit à nous plonger dans le mystère avec délices.
Le scénario est très bien construit, avec une grande cohérence dans son avancée, et on adhère complètement à ce personnage extraordinaire, grand voyageur et aventurier, capable de signer un pacte avec la mort ou de s'allier avec un roi.
Pour le dessin, c'est plus difficile. Si j'avais du m'arrêter au graphisme, je n'aurais sans doute pas ouvert cet album. Mais j'ai été attiré par la très belle couverture et je ne regrette pas d'avoir été plus loin. En effet, le dessin est plutôt fin et réaliste, mais il manque un peu d'envergure tout en étant agréable à regarder. Par contre, les couleurs sont trop parfaites et manque un peu de nuances. Du début jusqu'à la fin, les pages semblent lisses et sans relief. C'est dommage car l'histoire de ce fait perd un peu de sa force et de son mystère.
En conclusion, je dirais que c'est agréable à lire et que l'on ne reste pas indifférent mais le dessin ne fait pas monter beaucoup d'émotion.