46 449 Avis BD |20 138 Albums BD | 7 882 séries BD
 

Les autres gens, tome 1

 
 

Résumé

Les autres gens, tome 1Afin d'acceder au résumé de Les autres gens, tome 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Les autres gens, tome 1Les Autres Gens est tout d’abord un projet feuilletonesque qui a vu le jour sur Internet. Depuis Mars 2010, chaque jour, un épisode de cette BédeNovela imaginée par Thomas Cadène ("Sextape") est mis en ligne. Alors que près de #350 épisodes de 6 à 7 pages sont déjà disponibles, ce rendez-vous numérique quotidien que partagent les abonnés du site www.lesautresgens.com (pour la très modique somme de 2,50€ par mois) se voit offrir une seconde vie en version papier. Les éditions Dupuis ont en effet eu la bonne idée de reprendre ce web-feuilleton en albums, à raison d’un mois de parution par tome. Tout comme les "Notes" de Boulet ou "Les carnets de la Grenouille Noire" de The Black Frog, cette BD numérique trouve donc le chemin du support papier et ce premier volet de plus de 200 pages regroupe ainsi les 23 premiers épisodes de cette saga.

Étant donné que le projet Internet parvenait à fidéliser les lecteurs à l’aide de cliffhangers incitant à revenir le lendemain, cette version papier se révèle addictive après seulement quelques planches. Le lecteur suit le quotidien de Mathilde Islematy, dont la vie va être bouleversé par le gain inattendu du pactole de l’Euromillions. Distillé au compte-gouttes sur Internet, le récit de cette jeune étudiante en droit et de son entourage peut maintenant être absorbé en grandes quantités. Malgré le changement de flacon, l’ivresse demeure garantie, sans que l’abondance ne soûle un seul instant.

Au fil des pages, le lecteur s’attache très vite à ces quelques personnages qui gravitent autour de Mathilde et qui sont systématiquement repris par un dessinateur différent à chaque épisode. Si les acteurs de ce feuilleton n’ont rien d’extraordinaire, l’élément déclencheur et les nouvelles capacités financières de Mathilde permettent suffisamment de possibilités scénaristiques pour tenir le lecteur en haleine. Il devient alors vite accro à la page suivante, désirant à tout prix découvrir la suite des aventures de :

- Mathilde, qui gagne 30 millions d’euros et tente de le cacher à ses proches
- Son frère Romain, homosexuel et militant UMP
- Ses parents : un vieux con gauchiste (Henri) et une prof à bout de nerfs
- Son cousin barman
- Hippolyte, le bourgeois altruiste qui lui offre la moitié de la cagnotte d’Euromillions
- Ses camarades de fac : une meilleure copine très curieuse (Camille), un séducteur endurci (Arnaud) et une bonne poire qui en pince pour elle (Emmanuel)
- Son agent immobilier
- …

Ca parle de tout et de rien, des petits bonheurs et d’épreuves, d’amitié et d’amour, de politique et de sexe, d’argent et de rapport de classes, de rencontres et de relations, de la famille et de bien d’autres choses qui animent le quotidien de chacun. La recette ne déborde pas forcément d’originalité, mais ça fonctionne à merveille, l’empathie répond présent et la suite de l’histoire est toujours fortement attendue.

Le relais des dessinateurs permet aux épisodes de se suivre à grande vitesse, sans pour autant se ressembler. Chaque dessinateur s’approprie les différents personnages et impose son propre style. Les graphismes sont du coup énormément variés, passant du noir et blanc à la couleur, du format gaufrier à un découpage plus libre, du croquis à un dessin plus abouti. Il y en a pour tous les goûts et si certaines transitions peuvent parfois surprendre, voire rebuter, on se prête finalement très vite au jeu et ce renouveau toutes les 6 à 7 pages apporte un certain dynamisme et beaucoup de fraîcheur à l’ensemble. Si j’aime beaucoup le travail de Bastien Vivès, Tanxxx ("Esthétique & filatures"), Bandini, Christophe Marchetti et Philippe Scoffoni, les autres dessinateurs (Aseyn, Boulet, The Black Frog ("Les carnets de la Grenouille Noire"), Clotka, Alexandre Franc, Manu-xyz’, Marion Mousse, Singeon, Vincent Sorel, Erwann Surcouf, Sébastien Vassant) font également partie des plus grands talents de la blogosphère.


Chronique rédigée par yvan le 09/08/2011
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 8,55 8,55 8,55
Acheter d'occasion : 1,04
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.38
Dépôt légal : Avril 2011

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les autres gens, tome 1, lui attribuant une note moyenne de 3,38/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

11 6 2019
   

Je n'ai pas été captivé par ce premier tome, même si j'avoue que le principe m'a interloqué.

C'est avant tout l'histoire de Mathilde qui gagne, indirectement, plusieurs millions au loto. On voit aussi comment réagi son entourage, même s'ils ne sont pas tous au courant. Cette "BDnovelas" comporte un grand nombre de pages, la trame principale ne m'a pas assez intéressé pour supporter ça. Du coup je me suis souvent ennuyé.

Le grand nombre de dessinateurs qui se succèdent toutes les 7 pages, tous avec leur style particulier, n'aide pas à rester entièrement captivé. Au début ma curiosité était plus forte, à la fin je suis déçu.

Pour moi, les "Autres gens" restent plus conceptuel qu'intéressant… a voir la suite.

4 3 2012
   

Bien que vivant la moitié du temps le nez sur un écran, l'autre moitié le nez dans une BD, j'étais passé totalement à côté de l'expérience "Les autres gens". Une fois de plus c'est CoinBD qui m'a permis de le découvrir (et aussi un peu Jean Loup car c'est lui qui vient de me prêter les premiers volumes).
Et quelle expérience. Faire à l'aire du numérique ce qui était l'apanage des journaux de l'époque, un feuilleton quotidien,sans fin programmée, avec suspens de bas de page, sur des scénarios de Thomas Cadène, par une vingtaine de dessinateur, changeant toute les 7 ou 8 pages.
En feuilletant rapidement le premier tome je me suis un peu inquiété, comment reconnaître les personnages à chaque changement, comment supporter les variations de styles.
Et puis je me suis posé, et j'ai commencé à le lire. Et la, comme sans doute beaucoup de personnes avant moi, je me suis laissé prendre par le récit. Thomas Cadène maîtrise le suspens, et sait donner envie de poursuivre plus avant. Je comprends que les lecteurs sur le net aient eu envie chaque jour de découvrir leurs pages quotidiennes.
La multitude de dessinateurs n'est pas un frein à la compréhension. En début de chaque épisode, un petit tableau des différents acteurs nous permet de reconnaître chaque personnage. De plus ce changement perpétuel de style, de graphisme, de découpage, permet de rythmer le récit.
C'est donc un feuilleton, une bédénovela comme on peut lire en 4eme de couverture, avec donc ses forces, mais aussi ses faiblesses. L'action n'évolue que lentement, le nombre de personnages grandit peu à peu, avec le risque de perdre le lecteur. Et Thomas Cadène pourra-t-il tenir sur la longueur?
Quoi qu'il en soit, voila un premier tome intéressant, sur une idée originale, je suis curieux de voir l'évolution de cette expérience.

9 8 2011
   

Quand on s'intéresse à la BD et qu'on évolue régulièrement sur le net, il est difficile de ne pas avoir entendu parler des Autres Gens. A l'initiative de nombreux blogueurs et sur un scénario de Thomas Cadène, c'est en effet un large collectif d'auteurs qui s'est lancé dans ce feuilleton BD sur le web. Disponible sur abonnement, il offre une grande rapidité de parution puisque, depuis Mars 2010, nous en sommes au jour où j'écris au 274e épisode, chacun faisant en moyenne 6 à 7 pages.
Parmi les dessinateurs, on retrouve des noms bien connus des amateurs de BD-Blog mais aussi de plus en plus d'auteurs de BD en albums. Les citer tous serait fastidieux.

J'avais un peu goûté à cette Bédénovela, comme la presse aime à la définir, lors de ses débuts, alors que le premier mois de parution était encore gratuit et sans enregistrement. J'avais trouvé l'idée intéressante, le scénario relativement bien construit et la narration de qualité... mais je n'avais vraiment pas accroché au scénario. Il met en scène une petite faune urbaine et leur vie quotidienne. Celle-ci est bouleversée le jour où l'héroïne principale, Camille, gagn, par le biais d'un étranger altruiste la moitié du gros lot de l'Euromillions. Commençant par cacher ses gains, elle va finalement en profiter discrètement. A ses côtés, nous suivrons en parallèle les histoires intimes, amoureuses ou simplement ordinaires de ses proches et moins proches, son père gauchiste, son frère homosexuel et militant UMP, son cousin barman, ses camarades de fac, son agent immobilier ou encore le couple un peu particulier qui lui a permis de gagner cette somme extravagante.

La parution de ces épisodes en albums chez Dupuis, à raison d'un mois de parution par tome, soit plus d'une vingtaine d'épisodes, m'a permis de me replonger une seconde fois dans ce feuilleton à la française. Et... même si cela se laisse lire, j'avoue ne toujours pas avoir été captivé. Je n'arrive pas à me sentir proche des personnages, leurs aventures et leurs histoires de coeur et de cul m'indiffèrent. Seules certaines thématiques de ce récit à multiples tiroirs attisent un peu mon intérêt, notamment de savoir justement ce que Camille fera de tout cet argent, mais beaucoup d'autres m'ennuient. Quant aux graphismes, du fait de la multitude de dessinateurs, ils sont évidemment très variés. Et autant certains me plaisent vraiment, autant d'autres me rebutent.

L'éditeur Dupuis insiste sur la comparaison entre cette création originale et collective et les mangas. Il cherche à reproduire l'esprit de ce type d'ouvrage par des albums souples au format réduit et à parution régulière, un par mois si le rythme se maintient.
C'est vrai que quand on y réfléchit, nous sommes dans la même mouvance que les créations japonaises de type seinen ou josei. Une trame narrative dirigée par un unique scénariste, un collectif de dessinateurs, une parution très rapide et une intrigue plus ou moins libre d'évoluer au fil des épisodes pour accrocher autant que possible les lecteurs. L'ennui c'est que l'atmosphère globale de ce récit et les thèmes abordés ne me parlent pas, à titre personnel, et que quitte à vouloir attirer un public amateur de mangas, j'aurais aimé une intrigue aussi originale et prenante que beaucoup d'entre eux savent offrir.

L'initiative des auteurs des Autres Gens est indubitablement louable et sincère et je suis admiratif de leur régularité à offrir des planches de qualité graphique tout à fait appréciable. Malheureusement, même si ce récit se laisse lire, il ne me motive pas et je n'ai pas suffisamment envie d'en lire la suite pour en conseiller l'achat.