46 495 Avis BD |20 158 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 4 : L’Affaire de Oungan
 

Les Arcanes du Midi-Minuit, tome 4 : L’Affaire de Oungan

 
 

Résumé

Les Arcanes du Midi-Minuit, tome 4 : L’Affaire de OunganAfin d'acceder au résumé de Les Arcanes du Midi-Minuit, tome 4 : L’Affaire de Oungan, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Les Arcanes du Midi-Minuit, tome 4 : L’Affaire de OunganJ’ai vraiment un faible pour cette série qui me plait toujours autant.

Au niveau du scénario, on a une fois de plus affaire à une enquête menée par le bureau royal et donc par Jim et Jenna. Cette fois-ci, on se retrouve plongé au cœur des mort-vivants. La trame est bien pensée et tout s’enchaîne très bien, il n’y a pas de temps mort et on savoure sa lecture. Par contre, la fin est un peu rapide à mon goût et certaines explications arrivent sans qu’on ait vraiment d’éléments pour les comprendre. En tout cas, l’enquête est bien menée et les nouveaux personnages récurant sont bien intégrés.

Le dessin s’améliore et j’accroche toujours autant. La mise en couleur est elle aussi agréable.

Bref, une série qui ne me déçoit pas et qui me donne à chaque tome une agréable lecture et une évasion garantie ! Merci aux auteurs !


Chronique rédigée par Cha le 10/10/2005
 
 
Statistiques posteur :
  • 236 (19,92 %)
  • 18 (1,52 %)
  • 931 (78,57 %)
  • Total : 1185 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 9,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.33
Dépôt légal : Septembre 2005

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les Arcanes du Midi-Minuit, tome 4 : L’Affaire de Oungan, lui attribuant une note moyenne de 3,33/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

6 11 2011
   

J'ai été un peu moins séduit par cette histoire de morts vivants que par l'histoire précédente : le scénario me semble, encore une fois un peu trop abracadabrantesque pour être crédible, même dans cet univers dans lequel il est fait une part très belle à l'imagination. Et pourtant, comme c'est le cas souvent dans cette série, le scénario est lancé de façon plutôt efficace et comme dans les tomes précédents, les 4 ou 5 premières planches sont de nature à capter l'intérêt du lecteur. Malheureusement, il y a toujours un moment où le récit s'accélère de façon un peu facile, vers le milieu de l'ouvrage, pour donner le fin mot de l'histoire. Ici, c'est la découverte d'une certaine poudre qui précipite les éléments, et encore une fois, cette révélation qui permet de boucler l'enquête est apporté sur un plateau à nos détectives. L'histoire est emballée par de jolis dessins, par des petites références à la littérature et à l'histoire plutôt bienvenus, mais le fonds du scénario reste tout de même peu rigoureux et les auteurs en font parfois trop, comme lorsque notre groupe d'amis se retrouve enfermé avec un armée de zombies ou comme lorsque Jenna devient zombie : c'est parfois à la limite du ridicule.

Ca reste un petit moment de lecture sympa qui reste agréable grâce aux dessins. Mais le fonds du scénario reste encore trop consistant, trop peu cohérent.

9 1 2006
   

Avec l’aide de leurs amis, Jim et Jenna doivent cette fois enquêter sur une étrange épidémie qui fait revenir les morts pour se venger de ceux qui les ont persécutés dans une ville minière. L’occasion pour le dessinateur, Cyril Trichet, de faire admirer sa belle technique, légèrement inspirée par la mode manga, d’une facture tout aussi classique qu’efficace. Les personnages de Gaudin font preuve d’une belle présence, particulièrement les seconds rôles, qui s’affirment lorsque les têtes d’affiche sont défaillantes. Gaudin emmène toujours ses lecteurs sur des sentiers inattendus, entre mystère et mystification, plaquant un genre populaire sur le canevas encore relativement vierge du steampunk .
Mais pour une fois, son histoire laisse un goût d’inachevé dans l’esprit du lecteur, comme l’impression que les péripéties s’enchaînent trop vite.