46 454 Avis BD |20 138 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Les amis de Pancho Villa
 

Les amis de Pancho Villa

 
 

Résumé

Les amis de Pancho VillaAfin d'acceder au résumé de Les amis de Pancho Villa, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Les amis de Pancho VillaPassionnant !
Ce one-shot plein d'énergie est un véritable régal, une biographie survoltée sur fond de révolution dans le feu et la poudre.

Tout d'abord grâce au talent narratif du scénariste, James Carlos Blake. Dès les toutes premières pages, on est complètement pris par l'histoire incroyable de la bande de Pancho Villa, et par la présentation de Rodolfo Fierro, tueur impitoyable et loyal jusqu'à la mort. On sent la poussière, l'espoir, la liberté de ces bandits de grand chemin, page après page.

Réellement, jamais biographie historique ne m'aura autant enjoué !

Mais c'est aussi par son dessin, superbe, que l'album impressionne. Léonard Chemineau est pourtant encore novice dans la bande dessinée, "Les amis de Pancho Villa" étant son premier album. Mais sa passion de l'Amérique latine lui a permis de complètement entrer dans l'univers du scénariste pour en tirer le meilleur, graphiquement parlant.

Le dessin est dynamique, vif et surtout beau ! Car si le trait, en rondeur et en détails, donne toute son âme à cet album, la mise en couleur quant à elle installe une ambiance incroyable. On sent le soleil taper sur nos tempes, Le froid de l'eau glacée qui entraine les guerriers vers la mort... le dessin est réellement sans faille. Superbe.

Casterman réussi, à notre sens, un grand coup en lançant ce One-shot de qualité. S'en passer serait, à mon sens, une bien belle erreur. A lire, sans hésiter !


Chronique rédigée par Piehr le 11/03/2012
 
 
Statistiques posteur :
  • 1099 (67,76 %)
  • 130 (8,01 %)
  • 393 (24,23 %)
  • Total : 1622 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 17,10 17,10 17,10
Acheter d'occasion : 14,04
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Mars 2012

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les amis de Pancho Villa, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

30 8 2012
   

Un très bon album qui nous raconte une page historique du Mexique que l'on ne connait pas si bien que ça. A part le nom de Pancho Villa, associé aux "célèbres" révolutions sud-américaines, je crois que pour la plupart on n'en sait pas bien plus sur les détails de cette histoire.
Et bien, Léonard Chemineau à la très bonne idée de nous conter ça par l'adaptation en BD des romans de James C. Blake.
Et c'est un coup de maitre. D'autant plus admirable que c'est le 1er album de Chemineau, qui se charge du dessin et du scénario et qui, au départ, n'est pas issu du monde de la Bande dessinée.
Le résultat est remarquable. Graphiquement, d'une maitrise que certains "anciens" de la BD n'atteignent pas encore. Aidé par une mise en couleur parfaitement adaptée, le dessin de Chemineau est limpide et homogène tout en proposant un style très personnel. La mise en scène (cadrages, passages d'une scène à une autre...) et d'une maitrise parfaite.
Le scénario tout aussi maitrisé est intelligent et concis, L'auteur ayant su éviter de citer par des extraits interminables le roman qu'il adapte. Il fait de la BD et ne l'a pas oublié. Résultat, le texte est plutôt rares, remplacé, à chaque fois que possible, par des dessins, scènes et enchainements parfaitement parlants.
Autre chose appréciable, les auteurs (romancier comme dessinateur) ne prennent pas position. Ils se contentent de nous raconter cette tranche d'histoire, vue de l'intérieur de la bande à Villa, avec toutes la cruauté, la bêtise mais aussi l'idéalisme des personnages, laissant le lecteur juger par lui même et prendre le pouls de cette époque tourmentée.
Pour couronner le tout, c'est bourré d'action, raids, explosions, cavalcades... et c'est présenté dans un album souple au format et à la texture très agréables.

17 5 2012
   

Mexique, 1910. Alors que la guerre civile fait rage, un tueur du nom de Rodolfo Fierro sort de prison. C’est en rencontrant l’un des lieutenants du général Pancho Villa, qu’il se découvre une véritable vocation pour la révolution. Très vite surnommé « Le Boucher », il deviendra le plus fidèle bras droit de Villa et le suivra fidèlement dans tous ses combats… jusqu’à la mort !

Remarqué au concours "Jeunes Talents" du festival d'Angoulême 2009, Léonard Chemineau signe ici son premier album en adaptant un roman du mexicain James Carlos Blake. Si cette collection, née de l’association des éditions Rivages et Casterman, est normalement entièrement dédiée à l’adaptation de polars noirs par des auteurs de bandes dessinées, force est de constater que ce one-shot se rapproche plus de la biographie historique que du véritable polar.

Portée par des personnages aux caractères bien trempés, cet album s’attaque en effet à la révolution mexicaine du début du XXème siècle. C’est en suivant « El Carnicero », le plus fidèle des compagnons d’arme de Pancho Villa, que le lecteur se retrouve plongé au cœur de cette guerre impitoyable qui mit le Mexique à feu et à sang. Entraîné dans une épopée faite de massacres et de pillages en tous genres, il emprunte ce chemin de la révolution où souffle un vent de liberté, mais qui laisse derrière lui une traînée de poudre et de sang. Tutoyant la mort au sein d’un récit parsemé de victimes, les amis de Pancho Villa permettent de côtoyer les grands acteurs de cette page historique du Mexique (Emiliano Zapata, Carranza, Huerta) et de découvrir toute l’atrocité et les dessous pas toujours reluisants de cette révolution.

Le fait de vivre cette aventure humaine à travers le prisme d’un homme brutal et sans idéal, qui n’a pas pour but de délivrer le peuple de sa misère, mais qui cherche surtout à s’extirper de sa propre condition en optant pour une vie de révolutionnaire, faite de nombreux dangers, mais sans véritable contrainte, est également très intéressant. Visuellement, il faut absolument saluer le travail de Léonard Chemineau et de ses deux coloristes. Pour une première réalisation, le jeune auteur livre un dessin déjà très abouti, parfaitement rehaussé par la colorisation experte de Sophie Dumas et Scarlett Smulkowski. Proposant des protagonistes hauts en couleurs au sein de décors particulièrement lumineux, ils restituent à merveille l’ambiance poussiéreuse et suffocante de ce pays en proie au chaos. Chapeau (ou sombrero si vous préférez) !

¡ Viva la Revolución !