45 063 Avis BD |19 420 Albums BD | 7 701 séries BD
 

Les Sept vies de l'épervier (Troisième époque), tome 1 : Quinze ans après

 
 

Résumé

Les Sept vies de l'épervier (Troisième époque), tome 1 : Quinze ans aprèsAfin d'acceder au résumé de Les Sept vies de l'épervier (Troisième époque), tome 1 : Quinze ans après, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Les Sept vies de l'épervier (Troisième époque), tome 1 : Quinze ans aprèsQuel plaisir de retrouver ces personnages qui ont, de toute façon, une place à part dans ma tête. J'ai adoré "Les 7 vies de l'épervier" et j'ai aimé sa suite "Plume aux vents" malgré une fin qui, selon moi, ne correspondait pas au ton général de la série.
Et voilà que Cothias et Juillard se réunissent à nouveau pour nous raconter une troisième époque.
Et bien j'ai replongé avec délectation dans cet univers. Bon, alors disons-le clairement, je n'ai pas retrouvé les sensations du premier cycle. Mais il faut dire que c'était du très haut niveau. Et puis le personnage de Masquerouge avait bercé mon enfance. Donc forcément. Par contre, j'ai trouvé qu'on était dans la lignée de "Plume aux vents". Donc bien.
Cothias nous rappelle rapidement qu'il parle d'un monde bien cruel et on retrouve tous les personnages "méchants" des cycles précédents. Et on les déteste encore un peu plus. Quelques scènes crues auraient, à mon sens, être évitées ou juste suggérées. Mais dans l'ensemble, le scénario tient la route.
Côté graphique, on se régale toujours avec le travail de Juillard. Le style peut paraître "so eighties", mais putain, quelle classe quand même ! les planches sont assez magistrales et je ne cracherais pas contre un ou deux originaux à la maison...

Retour réussi donc. Même si on n'atteint pas la perfection du premier cycle. Vivement la suite quand même.


Chronique rédigée par david le 14/02/2014
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de davidReflet de l'avatar de david
Statistiques posteur :
  • 559 (44,51 %)
  • 290 (23,09 %)
  • 407 (32,40 %)
  • Total : 1256 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,29 13,29 13,29
Acheter d'occasion : 9,37
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.33
Dépôt légal : Janvier 2014

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Les Sept vies de l'épervier (Troisième époque), tome 1 : Quinze ans après, lui attribuant une note moyenne de 3,33/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

17 10 2017
   

J’ai eu vraiment du mal à apprécier cette époque. Le scénario de cet album me semble cousu de fil blanc. Ariane se met en tête de retrouver sa fille qu’elle croyait morte et dont elle apprend par hasard qu’il y a une infime chance qu’elle ait survécu. Elle retrouve par hasard celui qui a abandonné l’enfant quinze ans auparavant, qui retrouve sans se tromper l’arbre au pied duquel l’enfant a été déposé (comme si en 15 ans, en pleine forêt du moyen-âge, rien ne changeait) et arrive à trouver le nom de celui qui aurait retrouvé le bébé. Un gars qui forcément est mis sur la route d’Ariane dans sa quête. Un gars qui va accepter de confier sa fille à une inconnue, qui le sera tout autant pour Ninon qui n’a jamais connu sa vraie mère (heureusement, la femme de Lenclos est morte, annihilant ainsi toute résistance possible). Le scénario ne fait pas dans la dentelle, et ne recherche aucune finesse : les personnages se croisent par hasard, se reconnaissent sans coup férir, et tout s’enchaine d’une façon trop convenue pour être intéressante. Je n’aime pas vraiment ces scénarios qui avancent uniquement grâce à des coup de hasard constant.

Le scénario me semble ainsi dénué d’intérêt et se distingue finalement en fin d’ouvrage par la violence qu’il délivre, enchaînant des scènes malsaines mettant en évidence toute la monstruosité des méchants et la magnanimité des gentils. Il reste également une belle description des us et coutumes de ce moyen-âge, avec notamment cette scène autour du jeu de paume, aucunement utile à l’histoire en tant que telle, mais qui permet de rappeler que l’univers de la série trouve une partie de sa force dans cette capacité à reconstituer un moyen-âge crédible et réel. Il reste également un dessin propre, quoique un peu figé, au trait délicat et fin, qui met en exergue tout le réalisme des situations, au-delà du surréalisme de leur occurrence.

1 9 2015
   

Nous revoici avec une 3ème époque, puisque Dargaud a tout réédité et retitré ainsi en époques... Quelle joie pour un fan comme moi ! Cette suite était-elle attendue ? Non, dirons certains détracteurs, oui dirons les fans dont je fais partie... Déjà avec "Plume aux vents", on sentait qu'il n'était pas nécessaire d'offrir une suite, la série-mère "Les 7 vies de l'épervier" ayant tellement frappé fort et offert une fin qui se suffisait à elle-même. Et puis après, on s'est dit que ça valait le coup de suivre le destin de la belle Ariane de Troïl, les auteurs avaient encore des choses à dire. Et apparemment ici aussi, Cothias et Juillard se retrouvent après tant d'années, et semblent enclins à faire vibrer le lecteur, d'ailleurs ça commence par un duel, donc ça commence bien..

Au début cependant, je me méfiais un peu, je prenais cette 3ème époque pour un coup publicitaire, une occasion pour l'éditeur et les auteurs de gagner du fric facile, et puis je m'aperçois que finalement j'avais tort, puisque tel que c'est parti, mon attente grandit de plus en plus, car l'action redémarre 15 ans après "Plume aux vents", Ariane revient du Nouveau Monde avec ses compagnons pour retrouver sa fille Ninon , et elle ne sera pas au bout de ses surprises.

Cothias retrouve sa fougue imaginative explorant l'Histoire de France en y mêlant toujours avec le même talent la petite histoire et le fictif, tandis que graphiquement, Juillard offre encore son trait velouté et clair qui caresse avec toujours autant de maitrise ses personnages, restituant avec une bonne documentation ce XVIIème siècle riche en complots de toute sorte. Le seul petit truc étrange, c'est que malgré le fait que tous les personnages aient vieilli, tel Germain, Ariane garde sa beauté même 15 ans plus tard... mais après tout, c'est un défaut bien minime en regard du plaisir que j'éprouve à retrouver tous ces personnages et cette ambiance fascinante.