46 488 Avis BD |20 153 Albums BD | 7 883 séries BD
Accueil
Tome 3 : La Ville qui n'existait pas
 

Légendes d'aujourd'hui, tome 3 : La Ville qui n'existait pas

 
 

Résumé

Légendes d'aujourd'hui, tome 3 : La Ville qui n'existait pasAfin d'acceder au résumé de Légendes d'aujourd'hui, tome 3 : La Ville qui n'existait pas, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Légendes d'aujourd'hui, tome 3 : La Ville qui n'existait pasDernier album de Bilal et Christin dans la collection " Histoires Fantastiques" (à l'époque édité chez Dargaud) et reprenant le même personnage énigmatique.

Cette BD est selon moi mieux réussit que les deux précédents, le scénario est plus mûre et s'attaque plus violemment à notre société.
Christin critique intelligemment le capitalisme, avec cette famille au pouvoir presque absolue et avec cette ville entièrement tournée vers l'industrie où la vie des habitants et le rendement de l'usine sont indissociables. Mais il critique aussi l'utopie marxiste avec l'impossibilié d'aboutir à une ville parfaite (certains personnages ne le supporte pas).
Une oeuvre qui nous présente donc cette France d'en-bas, cette France ouvrière typique des années 70.

Le dessin a lui aussi murit avec un trait plus vif et plus nerveux, mais c'est vrai que Bilal on adore ou on déteste.


Chronique rédigée par HoBehnit le 10/10/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 14 (100,00 %)
  • Total : 14 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 14,73 14,73 14,73
Acheter d'occasion : 17,49
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.33
Dépôt légal : Janvier 2003

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Légendes d'aujourd'hui, tome 3 : La Ville qui n'existait pas, lui attribuant une note moyenne de 3,33/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

2 5 2010
   

J'avais lu cette BD étant plus jeune et je n'avais pas accroché : trop de blabla, trop de grisaille, trop de réalisme social et pas de cette SF que les autres "Légendes d'aujourd'hui" des mêmes auteurs me laissaient espérer. Mais je l'ai relue avec des yeux adultes et je dois dire que cette Bd n'est pas mal même si je n'adore pas.

Bilal n'y a pas encore la maîtrise de son dessin qu'il gagnera par la suite. Ce n'est pas moche du tout mais j'estime que le traitement des couleurs est loin de la beauté du "Sommeil du Monstre", et que ce soit à cause de la couleur ou le trait du dessin lui-même, je trouve que les cases manquent de profondeur et de relief.

Quant à l'histoire, comme pour les autres Légendes d'Aujourd'hui, Christin fait dans le conte social, l'opposition entre ouvriers syndicalistes et patrons méprisants. Il aborde aussi le sujet de l'utopie du bonheur et de ses limites rapidement atteintes. Ca se lit assez bien mais je trouve que non seulement ça ne casse pas trois pattes à une pintade mais en plus ce n'est pas vraiment passionnant ni exceptionnel d'intelligence. La fin par exemple est un peu abrupte alors que l'introduction qui l'a amenée me parait un peu trop longue et inutile. J'aurais davantage aimé qu'on s'attache à la vie dans cette Ville qui n'existait pas et à comprendre comment elle fonctionne et ce qui n'y marche pas, plutôt que de voir la conclusion de l'histoire arriver en quelques pages à peine.
Pas mal mais pas transcendant.

4 12 2004
   

Troisième et dernier album des Légendes d’aujourd’hui

Voici donc le dernier album de ce cycle signé Bilal/Christin et qui en reprenant toujours le même personnage énigmatique sur fond de fantastique, s’œuvrait à contester la société…
Christin signe ici un scénario plus travaillé, et plus dur peut-être envers la société avec cette caricature du capitalisme et de l’industrialisation à outrance…

Quand à Bilal, on remarque ici une très nette amélioration de son trait. Les dessins sont moins chargés, les couleurs plus harmonieuses… Bien que le tout reste propre à Bilal, et que l’on aime ou l’on aime pas. Pour ma part, je dois dire que autant j’adore son trait aujourd’hui (32 Décembre), autant je n’aime pas son style du début (La Croisière des oubliés), autant également je trouve agréable ses albums intermédiaires (La Trilogie Nikopol). Celui-ci se trouve entre les deux dernières périodes…

On aime ou pas, à vous de juger