46 488 Avis BD |20 153 Albums BD | 7 883 séries BD
Accueil
Tome 5 : Les portes de l'enfer
 

Lefranc, tome 5 : Les portes de l'enfer

 
 

Résumé

Lefranc, tome 5 : Les portes de l'enferAfin d'acceder au résumé de Lefranc, tome 5 : Les portes de l'enfer, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Lefranc, tome 5 : Les portes de l'enferCe qui arrive dans cette histoire pourrait -pourquoi pas ?- survenir. Je ne vous dis pas quoi, ce serait vous révéler le pourquoi de ces énormes déflagations et du monstrueux nuage mortel qui s'est développé en surface.

Martin nous livre là un sacré scénario qui tient en haleine tout au long de ce récit. Légendes moyennâgeuses et vie actuelle se rejoignent pour conférer à l'ensemble une explication et une continuité des faits dans le temps.

Excellent dessin de Chaillet, qui "tient" bien les réactions de quatre personnes pendant une trentaine de pages, tenant toujours éveillée l'attention du lecteur.

Pas d'Axel Borg, pour une fois, dans ce bon opus qui nous relate la survie de personnes devant des faits incompréhensibles... jusqu'au dénouement final, surprenant lui aussi.


Chronique rédigée par LYmagier le 11/01/2006
 
 
Statistiques posteur :
  • 2911 (92,44 %)
  • 154 (4,89 %)
  • 84 (2,67 %)
  • Total : 3149 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 11,35 11,35 11,35
Acheter d'occasion : 6,25
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.07
Dépôt légal : Janvier 1978

Avis des lecteurs

7 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Lefranc, tome 5 : Les portes de l'enfer, lui attribuant une note moyenne de 3,07/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

28 2 2017
   

Je rejoins l'avis de Brassicae presque mot pour mot ! Ce tome ne me tentait pas mais je voulais me faire un avis. Pas assez crédule, je ne me suis pas laissé entraîné dans cette histoire et il en ressort l'impression désagréable que l'auteur cherche à nous manipuler. Pour les Lefranc, je suis adepte des enquêtes, des rebondissements, des décors (pas grand chose ici...). A éviter pour moi !

6 12 2013
   

Pour la première fois Jacques Martin arpente dans cette série, les frontières du fantastique. Dans un huis-clos oppressant, c'est une histoire de survie dans ce qui semble être un monde post-apocalyptique à la suite d'une attaque militaire qui se joue ici. Qu'attendre d'autre de la part de Martin qu'une maîtrise absolue du récit, où suspense et rebondissements sont remarquablement bien dosés. Et jusque à la dernière page, l'auteur parvient à tenir un lectorat en haleine, nous faisant presque oublier quelques défauts ; au premier rang desquels, la crédulité de Lefranc à l'écoute de ce récit sur le Diable, mais je commence à pinailler !

Graphiquement, c'est la première de Gilles Chaillet. Remplaçant moins talentueux que Martin ou bien De Moor, il remplit malgré tout sa part du contrat. Ainsi nous avons le droit à d'honorables planches aux ambiances soignées, malgré des couleurs un peu trop ternes. Ses visages sont peut être sa principalement faiblesse, mais il a su malgré tout imposer sa marque sur la série par la suite.

18 4 2010
   

Voici l'intrus de la série des "Lefranc". Et selon moi l'un des plus réussis. Car, comparé au réalisme mécanique et sans émotions de la plupart de ces albums, celui-ci est complètement hors-normes. Pas de course-poursuite en voitures, pas de bandits, pas d'organisation secrète, pas d'Axel Borg. Juste une bataille entre le Démon et une magicienne.
Ça commence pourtant comme un bon vieux "Lefranc". Une promenade en avion, un pépin, et un crash au beau milieu de nulle part. Ou métro-boulot-dodo pour ce cher Guy. Et soudain, rien ne va plus, un immense feu d'artifice s'abat sur les montagnes, provoquant un gigantesque nuage de fumée encerclant un sommet sur lequel se sont réfugiés Lefranc, Jeanjean et une énigmatique vieille femme accompagnée de sa petite fille. Un nuage de fumée acide qui semble avoir tout consummé sur son passage. Sont-ils les derniers survivants de l'espèce humaine ? Et que s'est-il réellement passé ? Cette légende médiévale racontée par la vieille femme a-t-elle un rapport avec ce cataclysme ?

Jacques Martin nous offre donc un récit teinté de fantastique, une fois n'est pas coutume pour "Lefranc". Et il est plutôt bien mené, assez prenant, car étrange. Cependant, les faiblesses de la série sont, quant à elles, bien présentes : aucune psychologie des personnages, dans l'ensemble peu convaincants, surtout à la fin où le militaire ne semble pas plus surpris que ça d'apprendre que le Diable en personne officie dans l'armée : "Si dans l'armée, parfois le Diable trouve des commandements, il y a aussi des honnêtes gens qui y font carrière." Ça paraît un peu forcé, quand même. On fait plus subtil.

Krypton :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
9 2 2010
   

Certes, on retrouve dans cet album, poussé jusqu'au paroxysme, un des ressorts habituels de la série des Lefranc: la menace de l'apocalypse pouvant emporter toute l'humanité.

Dans cet album, Martin parvient d'ailleurs à créer un climat d'angoisse qui rend vraiment le lecteur solidaire des héros: et s'ils étaient les derniers survivants?
Là où le ton est inhabituel, c'est que l'explication de la mésaventure subie par le héros et son acolyte Jeanjean se trouve en fait dans un lointain passé, au temps de la Guerre de cent ans, et que l'album bascule ainsi dans le fantastique européen traditionnel et retrouve nos archétypes les plus profonds.

Alors, pourquoi 3 étoiles et pas 5 ? En fait, j'aurais préféré que, comme dans un Ric Hochet, la solution de l'énigme ne repose pas entièrement sur le fantastique, mais sur la contrefaçon du fantastique. C'est mon seul bémol par rapport à cet album réellement surprenant.

10 10 2009
   

Alors, vous l'aurez compris, je n'ai pas du tout aimé! Pourtant, le titre est alléchant, la couverture est une promesse d'action. Et bien pas du tout! L'action se passe sur 200 m² environ! Lefranc et Jeanjean ne font que descendre et remonter d'une mystérieuse grotte. Le scénario n'a selon moi ni queue ni tête. La brave madame Lane raconte une histoire ahurissante à ce pauvre Lefranc qui, malgré le pragmatisme dont il a fait preuve lors des précédents tomes, la croit sans sourciller! Un scénario qui mélange malédiction et sorcellerie. Tout ce que je déteste en fait! Quant au dessin, je trouve que Chaillet n'est pas au niveau sur cet album. En même temps, c'est son premier. La petite Lisa ressemble plus à un transsexuel qu’autre chose ! Bref, un tome à oublier!

15 6 2008
   

Bd bizarre de Lefranc avec un côté inhabituel dans cette série qui est de mettre du fantastique.
De magnifique dessin digne de la série dans cette espèce de ''survival''.
Une arme inquiétante inventé par l'armée tout comme l'autre veille qui vit dans sa maison.

Ensemble certes original mais bizarre qui vaut le coup d'oeil.