46 589 Avis BD |20 211 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 1 : Long feu
 

Le Tueur, tome 1 : Long feu

 
 

Résumé

Le Tueur, tome 1 : Long feuAfin d'acceder au résumé de Le Tueur, tome 1 : Long feu, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le Tueur, tome 1 : Long feuUn album pour le moins inhabituel!! C'est vraiment original que le héros soit un tueur et c'est ce qui fait la force et l'attrait de cette bd.

Le scénario est bien monté et surtout centré sur la personnalité de l'anti-héros. Mais plus que ça, c'est aussi une incompréhension des horreurs humaines commises sur cette basse terre qu'est la notre...

Les dessins ne sont pas fantastiques mais c'est tout de même très correct. Alors si vous voulez connaitre ce qui se passe dans la tête d'un tueur à gages, allez vite lire ce bon livre !


Chronique rédigée par gwenn le 10/01/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 119 (96,75 %)
  • 4 (3,25 %)
  • Total : 123 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 5,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,88 11,88 11,88
Acheter d'occasion : 5,25
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.80
Dépôt légal : Septembre 1999

Avis des lecteurs

20 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le Tueur, tome 1 : Long feu, lui attribuant une note moyenne de 3,80/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

17 9 2013
   

Je découvre cette série qui a l’air d’avoir fait son chemin vu le nombre d’avis.
Pour ma part je n’ai pas été emballé plus que ça. C’est certes original d’avoir une BD avec pour personnage principal un tueur sans foi ni loi mais finalement j’ai trouvé le traitement assez classique.

D’abord j’ai été assez surpris de m’apercevoir que ce personnage avait des problèmes existentiels, pas sûr que quand on fait ce métier on se pose autant de question, ou alors on en change, hein…En tout cas celui-là me donne pas vraiment envie de pleurer sur son sort. Ensuite, le tueur qui tue tout le monde mais quand même pas les enfants…bon, il n’assume pas l’auteur ou quoi ?

En tout cas une chose est sûre, c’est que graphiquement, même s’il a fallu du temps pour que je m’habitue, c’est plutôt bon, les cadrages sont parfaitement dynamiques et font passer beaucoup de choses, à tel point qu’il y a très peu de textes. Malheureusement, le revers de la médaille, c’est qu’il n’y a pas grand-chose à lire, et que ce tome 1 sonne un peu creux.

J’ai bien envie de lire la suite, voir vers quoi on se dirige, parce qu’un tome c’est assez court. Le problème c’est que mettre un tueur en personnage principal a déjà été fait depuis de façon certainement plus aboutie et osée avec Dexter. A voir donc…

21 8 2012
   

Un personnage fort à la psychologie fouillée. Le principe même de suivre au plus près un tueur à gage solitaire en nous confiant ses motivations, ses principes, ses convictions et ses faiblesses, est une vraie bonne idée.
Le dessin est assez atypique et ne laissera personne indifférent. Pour ma part il m'a fallu quelques pages pour m'adapter et être totalement convaincu. Il a au moins le mérite d'être personnel, original et immédiatement identifiable.
Un premier tome surprenant, tant par la forme que sur le fond, qui annonce une excellente série. Remarquable en tout point...

21 6 2011
   

J'entame le premier tome de cette série assez connue et même reconnue, mais... je ne suis pas encore véritablement emballé.

Serait-ce la faute du dessin, qui, même si je le reconnais n'est pas raté, ce n'est pas mon style préféré. Je n'aime pas trop comment sont dessiné les personnages, je trouve les décors fades et le trait pas toujours précis. Je trouve que sur certaines planches, la narration pourrait être plus réussie et enfin, je n'aime pas les couleurs informatiques pas assez subtiles à mon goût.
Je n'arrive pas trop à expliquer ce qui m'a déplut, ce n'est juste pas mon style de dessin.
Et le scénario ? Pas assez dense pour un premier tome, toujours à mon goût. On apprends à connaitre le personnage principal mais il ne s'est passé grand chose en quand même 63 planches (et puis, quand le tueur philosophe, c'est vraiment très pauvre). Et c'était bien la peine de prendre tout ce temps à présenter un personnage au caractère que je trouve détestable : hautain, misanthrope, etc... A mes yeux, ce genre de personnage sont des minables co****d et je n'ai pas envie de suivre leurs aventures.

Cependant, même si ce genre de BDs n'est pas trop mon style, celle-ci je la trouve bien faite, je vais donc quand même lire la suite sans déplaisir.
Je ne suis pas super emballé, mais ça peut changer...

15 10 2010
   

Avant de commencer cet avis, je tiens à préciser que j'ai lu cet album dans un format réduit. Ceci pourrait être la cause de divergence d'opinion concernant le dessin notamment (quelques retouches minimes ont étés apportées).

Le dessin justement. Il est comme le personnage principale : pas de fioritures. Simple et jolie, les éléments illustrés sont beau, mais les cases ne sont pas très remplies. C'est quelque chose qui me plait : je n'aime pas tellement les cases chargées. Les couleurs sont très belles et variées. Différentes ambiances sont créées selon les situations, et ceci grâce à un jeu sur les teintes. Juste un petit passage dans lequel les cases sont "cassées" pour un effet est moins bien réussi. Mais peut-être est-ce seulement parce que je n'ai pas compris ce que voulait faire l'illustrateur. Dans l'ensemble, c'est donc du beau travail.

Je serais moins emballé par le scénario. Pour moi il faut distinguer deux choses :
i) l'histoire en elle même. C'est bon, mais beaucoup trop classique. Le coup du tueur implacable et froid, qui se pose des questions sur l'existence, il y a derrière tout ça un parfum de déjà vu. Par contre, si cela a déjà été fait, c'est parce que ça marche, et donc forcement j'ai été pris dans l'album. Et donc, j'ai très envi de lire la suite - surtout que la fin donne une ouverture intéressante.
ii) la morale entre les lignes. Ça par contre, je déteste. Je trouve que c'est archi-convenu, simple et même un peu neuneu. Ce n'est pas la première fois que je vois cela, et pour moi ce genre de message n'a pas sa place dans une BD. Le ton employé m'a fortement déplu, et j'ai eu l'impression que Matz essayait de nous imposer son point de vue sur la société plutôt que de simplement l'exposer.

Dans l'ensemble, j'ai trouvé cette lecture assez plate, mais néanmoins prenante. Il me reste les deux derniers tomes du premier cycle, que je lirais sans doute, mais je ne garantis de me plonger dans le second cycle.

10 11 2008
   

Voici un "Léon" en BD, un homme est planqué dans un appartement et attends patiemment et discretement son "client".
En attendant il raconte son métier (comment il est devenu tueur a gage, les avantages et inconvéniants du métier).
Une bonne histoire avec une bonne atmosphere. Malgré l'absence d'actions et grace a une bonne narration l'auteur ne lasse pas le lecteur. Une fin qui nous laisse de bons présages pour la suite.
Coté dessin tres correct avec peu de defauts et qui colle bien au scenario. Les 2 auteurs s'accordent bien.
Un bon album a lire

1 9 2008
   

Voilà une très bonne BD, peu conventionnelle et ô combien déroutante. On découvre un tueur à gage en planque, qui attend sa proie, le directeur d'une clinique et ce premier tome présente la façon de penser de cet être impitoyable et implacable. C'est un huis clos, avec un seul personnage, alors, me direz-vous, il y a des chances de s'ennuyer... Eh bien non, on découvre avec plaisir (parfois déplaisir et gêne), la vie de ce prédateur. L'attente est longue pour lui, et l'évocation de ses souvenirs le hantent, et il est près du point de rupture. A ce propos, les vignettes accompagnent parfaitement cet état d'esprit, ces dernières se disloquant elle aussi. D'une manière générale, le dessin accompagne parfaitement le récit, et le choix des couleurs et du graphisme rendent bien compte de l'état d'esprit de notre "héro" (enfin, du personnage principal, quoi). C'est terne parfois, et les assassinats sont rendus de façon à ce que le lecteur en ait la chair de poule...
Le personnage principal ne sembla avoir aucune humanité, aucune chaleur et pourtant c'est un homme comme les autres. Le récit s'attache aussi à montrer que derrière tout individu se cache un meurtrier en puissance, mais s'arrête sur un seul d'entre eux....
L'attente de la proie est longue, ce qui conduit notre être implacable à faire des erreurs, qui annoncent le second tome...
C'est remarquablement bien conduit, c'est étrangement original, c'est une BD à découvrir...

19 5 2008
   

Un véritable OVNI que cette BD !

Le thème est surprenant, même si ce n’est pas l’unique histoire où l’on suit un tueur… Mais le point de vue est uniquement le sien. Aucun autre regard que le sien sur son « travail ». Par conséquent, pas de jugement non plus, aucune percée de politiquement correct ou de morale bien pensante…

Et l’exercice est d’autant plus réussi qu’on arrive à s’intéresser à ce personnage, sans l’approuver mais sans le juger non plus. Les réflexions distillées tout au long de l’album valent ce qu’elles valent (on peut les trouver pompeuses, vaniteuses, creuses, futiles, de mauvaise foi, etc), mais elles nous permettent d’accompagner ce personnage singulier dans son quotidien, avec le même détachement que lui, mais sans jamais s’ennuyer. Pourtant le choix narratif est lui aussi hors norme : pour ainsi dire aucun dialogue (vraiment très peu en tout cas), presque uniquement les pensées du protagoniste exprimant ses certitudes comme ses doutes… Un certain nombre de planches muettes également, et pourtant tellement parlantes !

Le dessin n’est pas forcément très facile d’accès. Il n’a pas emporté mon adhésion au premier regard, mais finalement je trouve de grandes qualités, notamment dans le chois de la couleur, ainsi que dans l’expressivité des personnages (y compris parfois le manque d’expressivité de notre tueur froid…). Un découpage dynamique, surtout dans les scènes d’action, des perspectives parfois intéressantes.

Le tout constitue un album vraiment très intéressant. Compte tenu de sa date de parution et du nombre d’avis, je dois être le dernier à le découvrir, mais si par hasard vous non plus ne le connaissez pas encore, n’hésitez pas, il mérite d’être découvert !

6 11 2007
   

J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans la vie de cet anti-héros froid et cynique.
A mesure de ma lecture, un malaise s'installait car tout allait à l'encontre de mes convictions personnelles sur le monde.
J'avais ressenti ça à la lecture de "L'Etranger" de Camus (dont notre tueur partage l'introspection, l'amoralité et la froideur) ou à certaines oeuvres de Paul Auster (notamment en ce qui concerne l'absurdité de l'attente de la victime pendant la planque qui conduit inévitablement à la folie et au suicide).
Un album malsain donc, pour toute personne sensible un tant soit peu à la morale.
C'est évidemment le but recherché par l'auteur, et c'est tout à fait réussi.
A côté de cet aspect psychologique déroutant, la fin de l'album nous sert un thriller aux apparences simplistes mais dont on a envie de connaitre la suite.

Un très bon album d'introduction.

safedreams :Une BD culte ! Note de l'album : 5,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
10 6 2006
   

Je suis tombé sur cette série cet été et j'ai jamais pu décroché. J'achetais le suivant à chaque fois avec une énorme envie de connaitre la suite de ce solitaire finalement extrémement attachant (heureusement que je ai connu cette bd vers la fin de la série !). Les monologues du tueur et les dessins sont fabuleux. On rentre très bien dans la psyché du personnage. La lecture est facile. Le plaisir de lecture est énorme. Culte !!!!

Le Bougre :Une BD sans intérêt ! Note de l'album : 1,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
4 9 2005
   

Plus qu'ennuyeux, cet album sent le mal de vivre du snob de fin de siècle, genre "le monde est nul, alors je me la joue misanthrope pour faire cool". Personnages antipathique, inintéressant, histoire vide de sens.

Si on veut faire du Scorsese, il faut savoir faire des portraits humains avec leurs problèmes, pas replaquer son mal de vivre. Cette "oeuvre" ne mérite même pas que l'on s'y attarde.

27 5 2005
   

J'adhère !
Une entrée en matière fort réussie qui pose les bases d'une histoire inhabituelle du point de vue de la narration. Un héro dégouté par la société mais qui contribue lui aussi à cette quête d'argent à n'importe quelles conditions...
Un polar qui promet et nous donne envie de lire la suite.

1 3 2005
   

Un bon premier album. Très bon même, oserais-je dire. Je n'étais pas particulièrement fan des dessins, mais finalement ils se révèlent, au fil de la lecture, assez complexes et plutôt bien foutus, donc en fin de compte ça passe, même si le style en soi n'est pas ce dont je raffole habituellement, à la base.

L'histoire est intelligement faite, se plaçant d'un point de vue peu commun et pas déplaisant finalement, servit par des réfléxions non dénuées d'intérêt. Ce mode narratif est assez captivant. On se place de l'autre côté, du point de vue du "méchant", ce qui est certes un peu déroutant mais tellement original. Et le comble, c'est que cet homme, qui assassine froidement, sans remords, et bien on s'y attache ! On partage le fruit de ses réflexions, on l'écoute, et puis on le trouve même assez sympathique. Même si je trouve que par moment, l'action est un poil lente, c'est rattrappé à la page d'après, donc no probleme. Le rythme global est plutôt bon, il est cool sans être lent, comme l'est la narration. Un bien bon début de série qui démarre là, dans l'originalité.

21 11 2004
   

Ben oui. Je confirme.
Sept internautes ont déjà dit du bien de ce premier volume. J'ajoute ma petite voix pour aller dans le même sens : "Long feu" est une réussite.

Organiser une série autour du personnage d'un tueur froid et désabusé, qui porte un regard cynique sur le monde qui l'entoure tout en assassinant à tour de bras, il fallait oser. Il fallait aussi le réussir. Parce que le sieur Matz remplit sacrément bien son contrat de scénariste : il rend attachant son personnage, que bien d'autres n'auraient pas su sortir de l'antipathie ou du dégoût profond qu'un tueur inspire à l'être humain normalement constitué.

Pourtant, Matz n'y va pas de sa petite histoire de vengeance qui légitimerait plus ou moins les meurtres commis par le personnage central (à la Mad Max, Bronson...). Non non. Si le tueur commet des meurtres, cela n'a rien d'idéologique : c'est pour le fric, et uniquement pour le fric. Qu'il faille assassiner une femme ou un homme n'a aucune importance, ni de savoir pourquoi on veut leur mort.
Nauséabond, comme raisonnement. Evidemment. Mais c'est si bien raconté, si bien mis en parallèle avec la violence de notre société (violence qui ne se reconnaît pas, bien souvent) que la psychologie du tueur, parfaitement crédible, irait presque convaincre le lecteur. Très bon scénario, donc, pour ce polar qui distille une sacrée ambiance.

En plus, Jacamon est à la hauteur question dessin. Découpage audacieux, mise en couleurs sobre et efficace, trait élégant et maîtrisé : tous les ingrédients sont réunis pour séduire le lecteur. Vous n'allez pas forcément flasher sur le graphisme en feuilletant l'album, mais il est réussi et colle parfaitement au texte lors de la lecture.

Je vais très vite lire la suite, car ce tome d'ouverture se clôt sur un joli suspense. Et je ne peux que vous inviter à découvrir "Le Tueur", qui devrait figurer en bonne place dans la partie polar de votre bédéthèque.

27 9 2004
   

Voilà un homme qui a choisit de devenir un tueur, un de ces hommes qui tue son prochain pour de l’argent, juste pour de l'argent, froidement !

Ce premier volume pose les bases d’une histoire pas comme les autres. Le héros n’est pas vraiment gentil. En effet, il tue les gens, comme ça, simplement parce qu’on lui demande et qu’on le paye pour. Des gens qui sont peut être bons et gentils mais qui ont un ennemi assez riche pour s’offrir les services d’un tueur. Bref, un anti-héros. Pourtant, tout au long de ce premier tome, on s’attache à lui, on suit son histoire et ses pensées, on comprend ses actes. En effet, Matz a choisi, en plus d’un héros inhabituel, une narration spéciale. Ici, pas de dialogue, juste des tas de réflexions, une introspection du tueur par lui-même, qui permet de bien nous le présenter. Il nous expose sa conscience, nous explique ses actions et comment il voit la vie, le monde. On est loin des Blake et Mortimer avec ses pavés de textes. Alors oui, ici, il n’y a pas de réel dialogue mais en même temps, le tueur parle plus ou moins avec lui même ce qui rend cette narration fluide et agréable à lire mais aussi très complète pour une présentation du personnage.

Au niveau du dessin, Jacamon nous livre un dessin clair, lisible, fluide, très agréable à parcourir. Les traits sont clairs, pas surchargés, les décors sont soignés comme il le faut : ni trop, ni pas assez. Le tueur est très bien proportionné, pas d’erreur d’anatomie. Alors qu’il n’y a pas beaucoup d’action dans l’histoire et que c’est surtout la vie d’un homme pensif et bloqué à faire le guet dans une pièce, Jacamon arrive à donner vie au personnage, à exprimer ses pensées à travers son visage et à diversifier son dessin sans se répéter contrairement à l’attitude statique à laquelle on pourrait s’attendre vis à vis d’un homme qui réfléchit.
Quant aux couleurs, dans des tons kaki, verts et marron, elles sont superbes et donnent une ambiance très agréable à l’histoire.

Bref, un très bon tome d’introduction annonciateur d’une très bonne série. A lire absolument :)

9 11 2003
   

Vraiment originale cette BD!! Le scénario et le lien avec les dessins est posé, c'est une ambiance fort calme, la narration est interessante. On pourrai penser que cette façon de raconter par de longues poses et peux d'action (au debut) peut être stressante, que la Bd est longue et que l'on ne voit pas le bout mais ce n'est pas le cas. Bien au contraire chaque paragraphe a un impact et donne à reflechir. Les dessins ne sont pas extraordinaire, mais sont tout de même très correcte. C'est donc une tres bonne bd que je conseil.

31 1 2003
   

Miam, une véritable réussite cette BD! Les dessins au début me rebutaient quelque peu, trop réalistes à mon goût. Mais en fait ils collent terriblement bien au ton de l'histoire et renforcent l'impression de froideur du héros.
Pénétrer dans les pensées du narrateur-tueur, voilà un procédé archi classique en littérature mais peu répandu en BD.
L'histoire de ce tueur est froide comme la lame d'un couteau aiguisé et donne les mêmes frissons que lorsque cette lame se pose sur une gorge blanche...
C'est subtil, ce n'est pas gratuit, c'est recherché même si parfois certains textes sont un peu réchauffés mais dans l'ensemble le scénario et le mode narratif m'ont vraiment plu.
Je ne tarderai donc pas à lire la suite...

11 9 2002
   

Une personnalité ce tueur : un gaucher inapte au service militaire qui s’avère être une graine de tireur d’élite. Un chaud lapin de la fac qui se terre dans ses planques loin de tout et de tous. Un philosophe meurtrier qui faute de vouloir refaire le monde en supprime des petits morceaux à la fleur de son fusil ; mais qui justifie son acte par un raisonnement général sur notre société pourrie. Tout y passe en bien ou en mal : l’armée, la police, la drogue, la violence, les armes, l’individualisme, les révolutions, les guerres, les génocides, l’individualisme, la famille, le fanatisme…

Et c’est ce qui dérange chaque lecteur en son for intérieur ; comment un homme que l’on pourrait considérer comme méprisable du fait de son activité on ne peu violente, gratuite et morbide peux penser ainsi et avoir une vision globale et universelle des problèmes qui gangrènent notre monde si juste et si bien argumentée, tout en restant humains au point de penser au suicide.
Quant on repense à la violence présente dans l’album, on se demande comment le texte peut prendre le dessus sur l’image et surmonter cette atrocité et pousser à la réflexion intérieure.
C’est un exploit qui démontre le talent indéniable du scénariste qui avec la trame simpliste d’un contrat classique pour notre ‘héros’ (si j’ose dire !) rend son album passionnant, envoûtant et si choquant.

Et quant le tout est mis en image avec tant de virtuosité, on érige tout de suite cet album au rang de chef d’œuvre malgré le thème traité. Les dessins, le styles, le cadrage, l’encrage, les ombres tout est parfaitement agencé pour au final donner un résultat qui étonne.

C’est excellent : divertissant et pourtant poussant à la réflexion et ne laissant pas le lecteur passif devant ces images et ces textes, c’est violent mais intellectuel, sans clichés ni tabous.

Selon moi, la BD de cette fin de millénaire et qui prend toute sa dimension au jour des événement postérieurs à sa sortie : 11 septembre, violence en Israël ou au pays basque voire même Le Pen au deuxième tour !!

Un choc et de la qualité pour un succès énorme pour ce premier Tome de cette série chez Casterman (que j’aime cette maison !! pour des Bd comme le Tueur ou Fog).

4 6 2002
   

Dessin original qui pose l'ambiance, scénario bien ficelé qui tient en haleine, cette bd est un vrai petit bijou !!

15 1 2002
   

Bande dessinée particulièrement originale, j'ai beaucoup apprécié le style de narration qu'a utilisé Matz. De plus, les illustrations, même si elles sont loin d'être parfaites, collent très bien a l'ambiance... Excellent !