46 510 Avis BD |20 170 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 12 : La main qui nourrit
 

Le Tueur, tome 12 : La main qui nourrit

 
 

Résumé

Le Tueur, tome 12 : La main qui nourritAfin d'acceder au résumé de Le Tueur, tome 12 : La main qui nourrit, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le Tueur, tome 12 : La main qui nourritLe Tueur a donc exécuté un agent de la CIA. Son associé dans la Petroleo Futuro internacional, Haywood, attire son attention sur la dérive du troisième comparse : Mariano. Il risque bien de faire couler leur commerce. Ce dernier disparait, kidnappé par un gang Colombien.

Il me plait bien ce troisième cycle, on sent encore Le Tueur acculé : il a tué une personne sur les ordres de son copain Mariano qui lui a menti en omettant de lui dire que c’était un agent de la CIA. Il est dès lors obligé de fuir avec femme et enfant. Ceux qui appréciaient son cynisme et ses commentaires sur notre société ne seront pas déçus par ce tome, il en est encore bien chargé. Il y a pourtant un peu de changement dans cet opus : un grand passage où Haywood et Le Tueur partent sauver leur ami, passage très dynamique avec plein d’action qui se lit très vite, de plus comme souvent dans la série, les cases sont grandes et peu nombreuse par page ce qui accentue cet effet.

Je trouve que c’est une bonne idée ce troisième cycle qui clôture la série, je trouvais qu’elle tournait beaucoup en rond et que le personnage principal, au travers ses grandes phrases pompeusement dénonciatrices, n’avait finalement pas grand-chose à dire. Bonne idée, d’autant que pour l’instant ça fonctionne bien, il y a du suspens, de l’action et on attend cette fin, qui je l’espère, sera à la hauteur de notre anti-héros.


Chronique rédigée par Olivier73 le 23/12/2014
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Olivier73Reflet de l'avatar de Olivier73
Statistiques posteur :
  • 1912 (80,20 %)
  • 39 (1,64 %)
  • 433 (18,16 %)
  • Total : 2384 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 10,93 10,93 10,93
Acheter d'occasion : 7,50
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Novembre 2013

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le Tueur, tome 12 : La main qui nourrit, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

14 7 2015
   

Le grand atout de cet album, c'est de replacer l'action au coeur du récit. Une action qui permet d'entretenir un suspense permanent avec en premier lieu, l'obligation pour Le Tueur de prendre le large suite à l'assassinat d'un agent de la CIA. Le fait qu'il soit obligé de regarder toujours derrière son épaule amène une certaine nouveauté dans la série : jusqu'à présent, il était le prédateur, et jamais la proie. Dans une deuxième partie, l'action est assurée par Haywood et Le Tueur qui se mobilisent pour retrouver leur copain Mariano, qui se trouve dans une bien mauvaise passe. Je trouve cette deuxième partie un peu moins bien assurée : c'est un peu gros, quand même, que ce soit pile poil Mariano qui soit kidnappé par des quidams junkie, alors qu'il doit faire l'objet d'une filature de tous les instants, comme son pote le Tueur. Par ailleurs, je trouve un peu dommage de ne pas avoir exploité un peu plus l'évolution des relations entre Mariano et le Tueur : des relations qui se sont tendues rapidement dans le tome précédent et dont les conséquence auraient mérité d'être un peu plus fouillées. Enfin, je trouve Le Tueur peu prudent : celui qui justement ne laissait rien au hasard accorde sa confiance un peu trop facilement : si, avec Mariano, cela s'expliquait par des années de collaboration, je ne m'explique pas pourquoi il ne se méfie pas plus d'Haywood (parce que celui-là, je le sens pas !).

Certes, il reste toutes ces lapalissades faciles qui font l'identité de la série, mais l'action permet de les oublier facilement. Par ailleurs, on remarquera la qualité graphique de l'ensemble, l'escapade de Le Tueur et de sa famille permettant la mise en place en place de superbe décors, variés, et théâtre de jeux de lumière assez ahurissants.