46 508 Avis BD |20 168 Albums BD | 7 885 séries BD
 

Le Sursis, tome 1

 
 

Résumé

Le Sursis, tome 1Afin d'acceder au résumé de Le Sursis, tome 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le Sursis, tome 1Gibrat a fait son introduction dans le monde de la bande dessinée par la série "Goudard et la Parisienne", qui relatait les aventures sentimentales d'adolescents en vacances pendant les années 40-50. Son dessin à l'époque, même si on en retrouve certain détails dans les courbes des visages et la profondeur des regards, était assez éloigné de celui d'aujourd'hui. Les traits étaient fin, mais manquaient parfois d'une certaine régularité d'éxécution.

Puis vint "Pinnochia", un album érotique qui est en fait une réécriture des péripéties de Pinnochio, sur un scénario de Francis Leroi. Et là, évolution magistrale au niveau du graphisme: les traits fins et parfois un peu léger s'est affiné et laisse place à un trait maîtrisé et à un coup de patte fabuleux qui donne parfois l'impression d'admirer des aquarelles.

C'est ainsi que se présente au lecteur "Le Sursis". Ce premier tome est en effet en tous points fabuleux: un graphisme superbe (Gibrat excelle à créer des personnages riches en expressions de toutes sortes, des personnages vivants et vibrants), un scénario assez original (une sorte de huit-clos centré autour d'un personnage qui se cache), et de succulents dialogues, qui savent naviguer entre humour et mélancolie.

Gibrat est un virtuose, et ce premier tome du Sursis est un véritable joyau à posséder absolument. Le découpage très cinématographique des planches, de même que la narration, font vivre les personnages devant nos yeux ébahis comme s'il s'agissait d'un film. Quel talent !!


Chronique rédigée par vladkergan le 05/09/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 351 (68,82 %)
  • 73 (14,31 %)
  • 86 (16,86 %)
  • Total : 510 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.50
Dépôt légal : Octobre 1997

Avis des lecteurs

11 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le Sursis, tome 1, lui attribuant une note moyenne de 4,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

17 12 2010
   

Pour moi, cet album est une très bonne surprise, une vraie découverte, et un vrai coup de coeur.

L'histoire en elle-même est assez originale : voici un Julien qui se cache dans les derniers étages de l'école pour échapper au STO, un Julien que personne ne recherche car tous le croient mort. Il a tout le loisir d'osbserver la vie de son village en période d'occupation allemande, de jouer un peu le voyeur d'un quotidien qui semble bien tranquille malgré les événements torturés d'Europe. Un petit village dont la vie est rythmé de joies et de peines, où la douceur de la vie n'est qu'apparente : en effet, les discussions au bar du village, sous les tilleuls, semblent bien éloignées des réalités du front, mais sont également pleine de bon sens. Les sympathisants au régime en place et les résistants passifs discutent et confrontent leurs idées, comme de bons copains qui se chamaillent autour d'un verre : une vie à part, donc, jusqu'à ce que la réalité cruelle touche le petit village. Julien est témoin de ces échanges, de cette façon de vivre, mais il voit tout, jusqu'à la vie nocturne de ce petit village. Le scénariste ne fait pas état de grands déballages, il se contente de narrer la vie de gens ordinaires dans un village ordinaire. C'est fait avec subtilité, avec une certaine sensibilité , avec une certaine distance, sans jugement : tout cela pourrait se révéler énormément ennuyeux et pourtant, je me suis laissé prendre au jeu.

Mais le petit village n'est pas le seul héros de cette histoire : il y a également Julien, qui doit se cacher, et qui éprouve une certaine solitude. Car un personnage du village en particulier retient son attention : le jeune et jolie Cécile, dont il est amoureux. La voir évoluer dans le village va faire naître en lui tout une palette d'émotions qui se succèdent : amusement, agaçement, jalousie, peur, etc... Tout cela est très bien écrit, très bien retranscrit. Une histoire d'amour impossible entre une jeune fille et un jeune homme dont tout le village a célébré l'enterrement nous est ainsi proposé. Toute cette partie de l'histoire est très intéressante, et permet de relever davantage le niveau d'une histoire qui se contente de narre le quotidien d'un village. Les états d'âme de Julien sont exprimés dans ces échanges avec son ami imaginaire, Maginot.

Autre temps, autre lieu, mais pour moi, le village de Cambeyrac et l'histoire de ses habitants me font penser à Notre Dame des Lacs, et julien, d'une certaine façon, à Marie.

Le dessin est d'une qualité et d'une finesse rares.

Il est de ces albums dont on se dit : "ouais bof, le résumé n'a pas l'air de casser des briques", mais dont la simplicité est finalement la plus grande des qualités. En voilà un !

9 10 2008
   

J'ai comme vous tous été envouté par ce dessin au pastel qui nous fait carrément rentrer dans l'histoire. On se croirait vraiment à Cambeyrac. Il ne manque que l'accent.
Le personnage de Julien n'a pas l'air très sympathique a priori mais on s'y attache vite.
Serge est un très bon jeune milicien caricatural et grotesque
Basile force l'admiration et l'amitié
J'ai élu Cécile Cadrieux Miss BD toutes catégories confondues. C'est la plus belle!

1 9 2006
   

Trés chouette !
J'ai lu cette BD suite aux avis précédents et je n'ai vraiment pas été déçu !
Sur fond de chronique de la France occupée, on s'attache trés rapidement à ce personnage qui se retrouve dans une situation bien inconfortable.
C'est trés bien trouvé. Les ambiances, les sentiments, les caractères de la panoplie des personnages que nous fait découvrir le récit sont trés bien rendus.
Pas de temps mort dans cette histoire singulière.
Et le dessin ! Vraiment magnifique ! Trait, lumière, couleurs : du trés bon, du trait beau (ha...cécile...).
Ce premier tome m'a vraiment emballé, j'ai vraiment hâte de lire la suite !

21 12 2005
   

En empruntant cette BD et en l'ouvrant, je me suis dit "bon, ça va être une histoire d'amour entre deux tourtereaux soupirant à leur fenêtre... y en a qui aime ça, mais moi ça me broute ce genre de BD... Mais bon, comme tout le monde aime cette BD, il faut bien que je sache de quoi il s'agit."
Eh ben, je m'étais trompé ! Ca ne se passe pas du tout comme ça et finalement ça m'a beaucoup plu.
Tout d'abord, ce qui saute aux yeux, c'est le dessin. Il est très beau. J'aime notamment la colorisation. Les visages des gens sont bien sympas aussi. Et l'héroïne est très belle, même si son visage parait figé à mes yeux dans la façon de la dessiner, comme s'il fallait absolument qu'elle reste belle donc que le dessinateur n'a pas osé lui donner trop d'expressivité. Bref, une BD déjà très agréable à regarder.
Ensuite le côté suivant qui m'a plu, c'est le caractère du héros. Au départ, je l'ai trouvé antipathique car un peu trop sûr de lui et trop "belle gueule" avc son sourire constant. Mais très vite, comme on suit ses pensées en permanence, il m'a plu de nouveau. Il est frais, a beaucoup d'humour et rend gai une situation de France sous l'Occupation qui ne l'est en principe pas du tout. Bref, ce n'est pas une BD prise de tête, mais plus une BD pleine de bonne humeur. Même lorsque le héros est tout malheureux et fait la gueule, on reste avec le sourire car c'est presque comme si on le voyait bouder comme un enfant dans son malheur.
Quant à l'histoire globale, elle est sympa. Il ne se passe pas grand chose dans ce premier tome et j'ai craint à certains moments de m'ennuyer, mais la narration et l'ambiance est telle que la lecture coule admirablement bien.

23 9 2005
   

Du tout bon ce premier tome !
Un premier épisode fluide et agréable, une histoire qui s'installe confortablement et des personnages attachants. Mieux vaut avoir le second et dernier tome sous le coude pour les impatients (bien heureux de l'avoir eu en ce qui me concerne. Pour une fois...).

Le style graphique est recherché, le trait est fin, la mise en couleur somptueuse. Et je dois dire que le dessin sert vraiment l'histoire dans un contexte de guerre aussi morose, car la cohérence avec la réalité est respectée.

Au final, l'immersion dans la vie du village se fait sans le moindre mal, et c'est avec plaisir que l'on ouvre le second tome.

Bref, c'est du beau boulot, surtout venant d'un seul homme. Bravo !

15 9 2003
   

Cet album est un véritable bijou !
C'est vrai : les graphismes sont criants de vérité, reproduisant à merveille les expressions des personnages. Tout y est, jusqu'au moindre détail. Je crois que c'est cela qui m'a le plus skotchée ! On a l'impression de regarder un film, parfois (cela doit être dû aussi aux superbes couleurs, assez claires et réalistes), en se demandant si les personnages vont finir par prendre vie ou non sous nos yeux, tant cela semble si réel... Gibrat assure, ça c'est clair, et ses décors ne sont pas en reste. Rien que pour le graphisme, cet album vaut largement le coup.

Cela étant, le scénario n'est pas en reste, loin de là. Cette période de l'Histoire est forte, il fallait donc prendre tout cela avec des pincettes, et Gibrat relève le gant ! Le scénario est très touchant, on est pris d'une certaine amitié pour cet homme seul, n'ayant pour compagnie qu'un mannequin, et obligé de sortir la nuit... Les personnages sont criants de vérité, ils sont intéressants, bref, tout y est.

Bref, on a très envie de lire de suite le second tome...
A posséder !

29 6 2003
   

J'adore vraiment le Sursis ! Il y a plusieurs raisons...

Tout d'abord, j'adore l'époque, la France en pleine guerre, c'est une époque qui me fascine, je sais pas pourquoi, mais c'est comme ca...
Il y a une ambiance très particulière qui se dégage de ce 1er tome, on y voit un Julien obligé de se terrer dans une batisse abandonnée avec comme seule activité d'espionner la place du village et de parler à Maginot, le porte manteau...

Ceci dit, je comprends tout à fait son admiration pour la belle Cécile, d'ailleurs, dans ce 1er tome, elle n'est pas très présente, sa présence est due au fait que Julien l'espionne autant qu'il peut... ça la rend d'ailleurs inaccessible, et magnifique...

Et pis alors le dessin... mon dieu, Gibrat a vraiment un style très très particulier et très personnel ! Personne ne peut l'imiter, on reconnait de suite que c'est lui l'auteur ! Perso, j'adore carrément ! Je suis même fan ! Et c'est la même chose pour les couleurs ! Magnifiques !

En tout cas, ce 1er tome est excellent ! A lire absolument !

30 5 2003
   

un 1er tome magnifique tant sur le plan du scénario que sur celui des dessins. Ce premier tome nous donne envie de lire le second, en effet les dessins sont magnifiques, chaque case est détaillée, faite à l'aquarelle, un régal, Gibrat créé une atmosphère qui colle parfaitement à cette histoire. En ce qui concerne le scénario on jurerait qu'il a été vécu. Une Bd à ne pas manquer.

31 10 2002
   

Cette histoire d'un jeune homme "oublié" par la seconde guerre mondiale est tout simplement fantastique ! Une histoire d'amour impossible, les sentiments inspirés par la solitude, l'isolement...
On jurerait que Gibrat a vraiment vécu cette expérience !

7 9 2002
   

Quoi ? Une seule critique en ligne de cet album magistral ?! Justice doit être rendue à Gibrat. Ce premier tome du "Sursis", histoire en deux volumes imaginée par un illustrateur qui passe pour la première fois à l'écriture, est d'ores et déjà un classique de la Bande Dessinée.

Dès la première planche, le ton est donné. La qualité graphique de l'album est un petit miracle. Vous allez rentrer dans cet univers villageois et vous y sentir à votre aise, observateur privilégié comme le héros. Les couleurs sont fabuleuses et créent une ambiance chaleureuse et d'une crédibilité absolue. L'humanité mise en planches. Les petites mesquineries quotidiennes découpées en cases. La beauté du monde couchée sur le papier. Vous allez tomber amoureux de Cécile, qui est peut-être la plus belle héroïne jamais créée. A chacune de ses apparitions, c'est comme si la grâce s'était faite femme. On comprend que Julien, obligé de se cacher pour échapper au STO dans la France de 1943 et réduit à observer en silence les allées et venues dans le village, pose souvent le regard sur Cécile. Il s'inquiète davantage lorsque Paul tourne autour d'elle que quand les Allemands s'arrêtent à Cambeyrac. On est en pleine Seconde Guerre mondiale, et le récit en est fortement marqué ; mais "Le Sursis" est surtout une très belle histoire d'amour.

Gibrat aime sans doute les gens, car il réussit à recréer la vie d'une communauté villageoise comme on a rarement su le faire avant lui. Vous n'oublierez jamais cet album qui a marqué de son empreinte le neuvième art de la fin du XXe siècle.

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Le Sursis, tome 1 11 4.50
Le Sursis, tome 2 10 4.65