46 508 Avis BD |20 168 Albums BD | 7 885 séries BD
 

Sommet des dieux (Le), tome 3

 
 

Résumé

Sommet des dieux (Le), tome 3Afin d'acceder au résumé de Sommet des dieux (Le), tome 3, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Sommet des dieux (Le), tome 3Ce troisième volume est plus axé sur l’enquête de Fukamachi que sur les histoires passées. Avec Kishi Ryôko, ils parcourent les rues de Katmandou à la recherche d’Habu San. Puis, on passe par le face à face entre les différentes personnes présentes : Habu et Ang Tsering d’une part et Fukamachi et Kishi d’autre part.

Comme les deux autres albums, cette histoire est vraiment prenante. On ne lâche pas ce tome de toute la lecture tellement on veut connaître la suite de l’histoire, ce qu’il va se passer. Habu est un personnage vraiment fascinant et chacune de ses apparitions laisse le lecteur perplexe sur la suite de l’histoire. En effet, il n’a vraiment pas l’air facile et on se demande comment Fukamachi va s’en sortir pour mener à bien son enquête. Toute l’histoire sur l’appareil photo de Mallory n’avance pas très vite et on désespère d’en apprendre un peu plus mais je pense que la véritable révélation ne se fera hélas qu’au dernier tome. Le récit est vraiment fluide et très agréable à suivre. L’intrigue est parfaitement menée de bout en bout. Bref, au niveau du scénario, c’est vraiment très bon !

Le dessin de Taniguchi est toujours aussi splendide. Il représente aussi bien les caractères de ses personnages que leurs sentiments et leurs attentes. La montagne est quand à elle magnifiquement dessinée et plus d’une fois dans le récit, je me suis mise à regretter de ne pas être alpiniste et de ne pouvoir moi aussi gravir ces montagnes !

Un album qui mérite largement son prix à Angoulême. A lire d’urgence si ce n’est déjà fait. Moi, je vais maintenant m’attaquer au tome 4 :)


Chronique rédigée par Cha le 03/04/2005
 
 
Statistiques posteur :
  • 236 (19,92 %)
  • 18 (1,52 %)
  • 931 (78,57 %)
  • Total : 1185 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 17,10 17,10 17,10
Acheter d'occasion : 17,65
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.71
Dépôt légal : Octobre 2004

Avis des lecteurs

7 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Sommet des dieux (Le), tome 3, lui attribuant une note moyenne de 3,71/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

19 2 2013
   

La formule de cet album, est, pour notre plus grand plaisir, à peu près identique à celle des deux tomes.

Cependant, cet album contient moins de flash-back et ancre plus son récit dans le présent, notamment autour de l’appareil photo est moins sur les exploits passés d'Habu.

Pourquoi pas ? Le scénario est toujours bien exploité, avec pas mal de moments captivants, et d'autres plus calmes (ce qui est un peu la patte de Taniguchi). Les 300 pages de l'album se lisent très facilement, car le récit très bien construit est sublimé grâce au magnifique dessin de Taniguchi dont je me lasserai jamais : un encrage fin, des paysages grandioses : une série à lire, sans aucun doute !

11 7 2012
   

Dans cet album, l'auteur décide enfin de prendre le parti d'axer son récit sur l'histoire du fameux appareil. Mis à part l'épisode en début d'ouvrage, qui a semble-t-il pour unique but de nous remémorer et de compléter un petit peu nos connaissances de l'expédition de Mallory, nous n'aurons pas dans ce tome beaucoup de scènes en montagne. L'auteur décide donc de nous proposer une unicité de propos, ce que je trouve plutôt bienvenu.

Mais cette histoire d'enlévement de Ryoko, qui nous occupe pendant une bonne partie de cet ouvrage n'a pas réussi à me convaincre. J'ai trouvé que le ton de cette mésaventure ne cadrait pas véritablement avec le ton de la série et j'ai eu du mal à me sentir impliqué par ce qui arrive dans cet ouvrage. Il faut dire que la passivité des personnages et de leur sentiment ne m'a pas permis de me sentir concerné par tout cela. Cette partie m'a plutôt ennuyé.

Seule la dernière partie de l'ouvrage m'a semblé intéressante. Elle a ce côté un peu documentaire qui nous permet de découvrir un village de Sherpas. Et puis, Fukamashi se laisse gagner par la montagne et cette envie irrépréssible et incompréhensible de se mesurer au toit du monde, permet au lecteur de comprendre une bonne partie de cette série : même les alpinistes ne savent pas pourquoi ils ont envie d'aller toujours plus haut et plus vite...

Cette histoire autour de l'appareil photo qui entraine l'enlèvement n'a rien de génial ou de palpitant, mais la fin de l'histoire laisse poindre quelques sentiments indéfinissables qui valent le détour.

15 1 2011
   

Je n'irai pas jusqu'à parler de déception, mais j'ai quand même trouvé ce tome beaucoup moins bon que les précédents. Plusieurs raison à cela.

Premièrement, je trouve que l'on s'éloigne un peu du monde de l'alpinisme. Pas (ou peu) de scène d'escalade dans cet album et c'est bien regrettable. Et même si cela permet de faire avancer l'histoire principale, je regrette les petites grimpettes de Habu Joji.

Deuxièmement, la redondance. On commence avec l'histoire de Mallory, qui a déjà était racontée plusieurs fois. Puis les enlèvements !! Deux en 200 pages c'est beaucoup. Surtout que le second ne sert pas à grand chose.

Troisièmement, des effet graphiques un peu agaçants. Je cible surtout les mots incrustés dans le dessin, en très très gros. C'est presque rien, mais à la longue j'en ai eu un peu marre. Autre chose, les notes relatives aux astérisques sont minuscules, et franchement difficile à voir.

Ces points mis à part, je me suis une nouvelle fois régalé. Les personnages - surtout Habu - sont vraiment fascinants. Et en plus, j'ai l'impression d'apprendre des choses en lisant ce bouquin, et j'adore ça. Ma curiosité est piquée sur plein de points, et j'ai vraiment envi d'en savoir plus sur les haut sommets grâce à ce livre.

L'histoire avance bien, et laisse entrevoir une fin spectaculaire. Le dessin est toujours aussi puissant et agréable. En dire plus serait répétitif par rapport à mes avis précédents.

Une étape un peu moins bonne donc, mais toujours de qualité.

13 12 2008
   

Le tome est très sensiblement différent dex deux premiers car la montagne y prend moins d'importance. Et c'est le plus réussi.

Taniguchi prend en effet plus de temps pour évoquer le contexte qui entoure la montagne. On a donc un aperçu de certains faits, de mentalités de gens du Népal qui n'apparaissaient pas auparavant. Cela vient enrichir le récit, qui avance encore avec lenteur mais qui étoffe la psychologie de plusieurs personnages. Habu lui-même paraît moins extrême, moins antipathique qu'au départ.

Les décors restent soignés et recréent de manière convaincante les paysages du Népal. On ressent même l'envie de fouler ce sol lointain au fil de la lecture ! C'est forcément un gage de réussite pour les planches du mangaka. On retrouve toute l'élégance et la minutie de Taniguchi dans cette troisième livraison de la série.

Un assez bon album, même s'il me paraît nettement en-deça de "Quartier Lointain" par son thème moins universel.

10 12 2005
   

Dans ce tome, on s'éloigne de la montagne pour privilégier l'enquête sur l'appareil photo, ainsi que les relations entre les personnages : tout ça est bien mené mais je regrette le côté épique du tome 2 !
Après, c'est subjectif ... mais il faut bien que l'histoire progresse et on ne pouvait pas faire que des flashbacks sur les ascencions de Habu ...
En tous cas, le projet final de Habu, s'il est à peine esquissé, donne déjà froid dans le dos ... comment peut-il espérer réussir un tel exploit ?
Du côté du dessin, c'est toujours aussi bon.

19 9 2005
   

S’il y a une chose qu’un japonais ne supporte pas, c’est qu’on lui pique son appareil photo!

Fukamachi retourne donc au Népal, bien décidé de retrouver le mystérieux appareil photo et le mythique grimpeur japonais Habu Jôji, ainsi que son sherpa.

Ce troisième tome s’éloigne donc de la montagne pour plus se diriger vers le polar avec l’enlèvement de Ryôko comme ultime rebondissement. Taniguchi laisse de côté l’alpinisme pour mieux se consacrer aux sentiments des personnages principaux, tout en s’intéressant à la culture népalaise.