46 492 Avis BD |20 156 Albums BD | 7 883 séries BD
Accueil
Tome 1 : La pierre
 

Le Siècle des ombres, tome 1 : La pierre

 
 

Résumé

Le Siècle des ombres, tome 1 : La pierreAfin d'acceder au résumé de Le Siècle des ombres, tome 1 : La pierre, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le Siècle des ombres, tome 1 : La pierreLe siècle des ombres est une BD dans la lignée du chant des stryges, en effet après le clan des chimères et le maitre du jeu la série continue en s'intéressant toujours plus aux origines.

Je n'ais lu que quelques tomes de la série "Le Chant des Stryges" et je ne suis donc pas un grand fan. Cependant j'avoue qu'a la première lecture j'ais été intrigué par les graphismes du tome. C'est pourquoi je l'ais acheté dans une optique de découvrir une nouvelle aventure pas de remonter aux origines du chant des stryges.

Tout d'abord les dessins : Je trouve les planches très agréable à lire, j'aime beaucoup le réalisme porté à dessiner les personnages. Et les différents milieux dessinés (Brésil, Paris) permettent de profiter pleinement des dessins de Suro. La coloration est tout aussi plaisante, la couverture témoigne de la belle coloration.

Le scénario est assez intéressant, on suit bien l'aventure des frères et sœur Roquebrune et le baron d'Holbach autour d'une mystérieuse pierre mystique. Et les fans redécouvriront l'immortel Sandor G. Weltman sous un angle plus humaniste au sein d'une époque des lumières. Je ne pourrais m'étendre sur le scénario car je suis conscient que connaitre les séries "Le Clan des chimères" et "Le Chant des Stryges" est assez important pour mieux apprécier le scénario.

Je conseille donc ce tome aux grands fans car les néophytes comme moi seront perdu mais ils apprécieront le mystère qu'entoure le scénario.


Chronique rédigée par Rarelisme le 27/08/2009
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de RarelismeReflet de l'avatar de Rarelisme
Statistiques posteur :
  • 82 (82,00 %)
  • 18 (18,00 %)
  • Total : 100 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 1,45
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Mai 2009

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le Siècle des ombres, tome 1 : La pierre, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

25 8 2019
   

Ce premier tome est prenant dès les premières pages. Alors que la série « Le Maître du Jeu » avait un peu de mal à partir, à cause du lien assez flou avec l’univers des Sryges, ici, on nous met directement en présence de Weltman, et d’Abeau et Cylinia : on est remis directement dans le bain et dans l’univers. Et alors que, dans les séries de cet univers, on peut parfois se trouver un peu perdu, ici, la narration est très claire, autour d’une idée toute simple mais efficace : Weltman d’un côté, et Abeau et Cylina de l’autre, font la course vers cette météorite trouvée dans une mine de Brésil.

C’est donc efficace, tout en clarté, avec en plus, un véritable vent d’aventure qui souffle sur cette histoire. En l’espace d’un ouvrage uniquement, on sera parti des salons parisiens vers le Brésil, et son sera parti à la rencontre des peuples indigènes. Autant dire que l’on ne perd pas de temps en préparatifs et que l’ensemble est assez mouvementé.

Enfin, on appréciera également la mesure dans la présentation du personnage de Weltman. Dans l’univers du « Chant des Stryges », c’est censé être le grand méchant. Mais avec « le clan des chimères », on avait compris que la nature de Cylinia n’en faisait pas vraiment une héroïne sans tâche. Ici, dans cette histoire du siècle des Lumières, auquel doit répondre le titre, Weltman apparaît comme un personnage humaniste et éclairé, alors que nos « héros » semble plutôt être à la solde de l’Eglise qui réprouve cette modernité.

Il ressort de ces personnages complexes et de cette action de tout instant une belle impression de richesse et c’est assez confiant que l’on aborde cette nouvelle série sur les Stryges.