46 616 Avis BD |20 224 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 1 : La marque du diable
 

Le Scorpion, tome 1 : La marque du diable

 
 

Résumé

Le Scorpion, tome 1 : La marque du diableAfin d'acceder au résumé de Le Scorpion, tome 1 : La marque du diable, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le Scorpion, tome 1 : La marque du diableCe premier tome donne peu d'informations sur le reste de l'histoire mais suffisament pour nous allècher et nous donner envie d'en savoir plus. Le peu que l'on sait du scénario nous laisse percevoir de bons présages.

Comme à son habitude, Marini nous livre ici un dessin impeccable et magnifique. Un trés grand travail de recherche a été effectué sur les décors et les costumes pour mieux rendre l'ambiance de Rome à la rennaissance. Un trés grand illustrateur !


Chronique rédigée par gwenn
 
 
Statistiques posteur :
  • 119 (96,75 %)
  • 4 (3,25 %)
  • Total : 123 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,39 11,39 11,39
Acheter d'occasion : 2,98
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Octobre 2000

Avis des lecteurs

26 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le Scorpion, tome 1 : La marque du diable, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

21 7 2015
   

Le début d’une véritable saga, forte en images et en sensations.
Grâce à une belle collaboration, Desberg et Marini m’offrent un « cape et épée » qui avait quelque peu disparu de l’univers de la BD –aahhh… le Capitan, de bonne mémoire !...-.
Ils ont trouvé ici une très bonne entente et un rythme qui séduit le lectorat.
L’ambiance qu’ils ajoutent est vraiment novatrice dans ce qui pourrait être une BD dite « ancienne ». Le genre a été revu ET modernisé.
Le « premier jet » de l’histoire a été confié à Marini, alors jeune auteur suisse. Ce dernier a vraiment décortiqué le scénario qui lui était présenté et, tous deux ont donné vraiment vie au récit.
Ce qui a de bien dans le graphisme, c’est que le lecteur ne retrouve pas l’académisme et l’historisme qui faisaient foi à l’époque et plonge directement dans l’aventure.
Dans ce premier tome, d’ailleurs, les principaux personnages sont vite installés. Les dits personnages seront « affinés » au gré des pages MAIS une vraie puissance narrative du scénariste installe vite le lecteur dans l’histoire.
Curieux, aussi, le « Scorpion », maître escrimeur qui va passer de la lie de la société à la « cerise au-dessus du gâteau », est le fils d’une laissée-pour-compte, une trainée et d’un père inconnu.
Bien entendu, sa présence va déplaire à certains caciques qui disposent du pouvoir.
Très bien fait, très bien pensé… le début d’une véritable geste.

12 5 2014
   

Une des séries les plus vendues en librairie, et il y a de quoi! c'est un série qui mange à tous les rateliers je m'explique : l'intrigue est simple à saisir (chose qui ravira le novice) mais avec des dessins de Marini qui est encore dans une forme olympique (chose qui ravira l'adepte)... je trouve que c'est agréable de temps en temps da se faire une bd mainstream.. et, je rappelle qu'il en faut car combien d'entre nous n'ont pas commencé par des BD dans ce style ?

Et en plus ce n'est pas pour autant mauvais, c'est un peu niais, c'est prévisible, mais c'est frais et agréable... je préfère de loin un série qui ne se prends pas la tête comme calle là, plutôt que d'autres, indigestes et élitiste .

Bref c'est un bon petit début reste à voir ou va se situer la suite.

7 12 2012
   

Comme le tome 10 du Scorpion vient de sortir, que je ne connais pas du tout cette série, je profite de la disponibilité des premiers tomes de ma médiathèque.

Ce premier tome est sobre et efficace. On se rend compte tout de suite qu'on a affaire à une série cape et d'épée, il y a d'ailleurs plus d'action dans cet épisode qu'autre chose, c'est surement un peu dommage car ça ne donne pas spécialement envie de lire la suite, l'énigme étant minimaliste. On en apprend très peu sur le Scorpion, sur le révérend, le pape et l'égyptienne (dont je ne rappelle pas encore bien les noms), ce seront certainement les personnages principaux de la série.

On sent bien qu'il y a eu de la recherche dans les décors, les habits et les coutumes de l'époque. Les dessins sont très jolis et les couleurs m'ont fait penser à du "Jeremiah" à tort ou à raison.

Comme je ne crois pas qu'on puisse juger toute une série par un seul tome et surtout pas ce premier qui ne fait juste que poser les bases, je vais attaquer le 2.

24 10 2010
   

Mi figue mi raisin, c’est l’expression qui me parait la mieux adaptée pour décrire mon appréciation du premier tome de cette saga à succès.
En effet, le scénario qui nous est proposé ici est à la fois trop basique et trop confus. Trop basique car il s’agit d’une aventure assez classique de cape et d’épée, somme toute sans grande originalité, et trop confuse par les nombreuses intrigues, qui se tissent et dont on ne voit pas immédiatement le lien entre elles. Je pense que nous pouvons mettre cela sur le compte d’un tome de présentation et que tous les éclaircissements nécessaires nous seront apportés en temps voulus au gré des 9 albums disponibles à ce jour. Ca reste agréable et dynamique mais ce premier volume n’atteint certainement pas les sommets annoncés…
Le dessin de Marini est lui aussi au diapason de mon premier sentiment. C’est beau, tout en mouvement, mais, sur de nombreux points de détail, je suis moins enthousiaste. Tout d’abord ce Scorpion, avec ses petits yeux malicieux en amandes ne me convainc pas encore. Il « fait » presque trop gentil quand il se veut méchant et un tantinet niais quand il se veut subtil. Il n’a pas (encore ?) le charisme du héros que j’attendais. Ensuite, il y a un manque de finition, une sorte de flou au niveau des décors de fond. L’effet est sans doute voulu pour mettre en évidence les personnages mais j’ai tout de même la sensation que l’on peut attendre d’avantage d’un tel talent.
Enfin, je ferai un dernier commentaire, toujours dans le même sens, sur la colorisation souvent inégale (superbes effets d’ombre sur certains passages à mettre en opposition avec l’agressivité des couleurs des costumes de la garde suisse – pourtant fidèles à la réalité) et des dialogues parfois astucieux et savoureux, parfois plats voire grotesques.
Bref, beaucoup d’interrogations, il est trop tôt pour éventuellement crier à la supercherie, et seule la découverte de la suite de l’aventure me permettra de me faire une opinion honnête sur la réputation dont jouit cette série. Je reste confiant car cette « marque du diable » est assez plaisante et la courbe de progression affichée sur le site pour l’ensemble de la série laisse préjuger du meilleur…

17 4 2010
   

Voici un tome d'introduction très intéressant, et notamment grâce à ces dessins magnifiques. Le trait est fin, léché, aussi bien en ce qui concerne les personnages que les décors. Ces derniers sont parfois floutés, ce qui n'enlève rien à l'impression de magnificence de cette Rome qui nous est présentée, tout en mettant d'autant plus en valeur les personnages du premier plan. C'est clair, c'est joli, j'ai admiré également le travail particulier apporté aux effets d'ombres et de lumière. Les personnages sont parfaitement croqués, aucune erreur de proportions, aucune erreur sur les mouvements dynamiques : ce dessins est tout simplement magnifique.

Le scénario de ce tome d'introduction paraît parfois trop simpliste et parfois trop compliqué, avec deux histoires imbriquées. D'une part cette histoire des neuf familles, dont la genèse des relations est très intéressante je trouve, et d'autre part cette histoire d'un Trebaldi souhaitant la mort d'un homme dénommé Scorpion, portant la marque du diable, issu de l'union d'une sorcière et d'un homme d'Eglise. Sur la première histoire, la finalité des projets des neuf familles nous est révélée dans les toutes dernières pages de ce tome, et cette histoire de complot est plutôt intéressante. Mais d'un autre côté, les relations entre Trebaldi et le Scorpion semblent bien trop évidentes pour un tome introduction (à moins que je ne tombe dans un piège). Par ailleurs, on se demande pourquoi Trebaldi a attendu si longtemps avant d'essayer d'occire ce personnage. Tout cela reste obscur, et parfois peut sembler trop simple...

Mais je suis resté accroché à cette histoire, qui, malgré ces petites insuffisances dans le scénario, se rattrape avec un rythme soutenu et des personnages hauts en couleur au premier rang desquels le Scorpion, savant mélange de Zorro et de d'Artagnan.

Un très bon tome d'introduction... à suivre pour confirmer ou infirmer les impressions...

30 7 2009
   

Tout comme la couverture, voici un parfait tome d'introduction, avec présentation des personnages principaux et de la situation.
J'ai trouvé cet album un poil léger en évènements et vite lu mais j'ai passé un moment agréable.
D'abord, le dessin et les couleurs sont excellents. Il y a juste par moments des arrières plans un peu fades, mais c'est pour chipoter.
L'idée de départ des 9 familles qui tiennent les règles du monde me plait bien. Les personnages sont tous accrocheurs. Il y a aussi un petit côté Zorro à l'italienne. Il vaut mieux aimer les films de cape et d'épées donc, (ce qui n'est pas vraiment mon cas à la base, mais tant pis).
Et il y a un beau petit mystère sur les origines du Scorpion et bien sûr, j'ai ma petite idée la dessus. Alors je verrai à la fin. Si j'ai été dupé par les auteurs ça en augmentera la qualité de la série, et si j'ai deviné juste (et si vite), ça l'affadira.

MikaYoman :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
10 11 2008
   

Le dessin est précis, le trait fin, superbe, sa qualité est incontestable et pour preuves tous ceux qui l'ont déjà exprimé ici.
Quant au scénario, dans ce 1er tome il peut paraitre pas très original ... Rome cache la Vérité, ce qui pourrait paraitre banal... Toutefois, cette formule reste efficace, on est loin de s'en lassere, et puis le scénaro de ce premier tome laisse habilement entrevoir de très bonnes choses scénaristiques pour les tomes suivants !

PS : cette BD ne va pas jusqu'à dire que le christianisme entier est une manipulation, il ne tombe pas dans un tel cliché de propagande qui chercherait à casser à tout prix une religion ou une autre ce n'est pas le but de cette BD, loin de là. La série "Scorpion" table plutot en second plan sur un supposé détournement du pouvoir de Rome, sur des éléments historiques remis en question comme la cruxifiction de Pierre à Rome (qui le fut selon l'histoire réelle en position renversée, tête en bas). Le premier plan sera que des religieux cachent parfois des relations illicites, et préfèrent les faire taire en accusant une maitresse de sorcière...

18 3 2007
   

J'avoue être facilement impressionné par le dessin de pas mal d'auteurs mais alors là, waouw!!!!
Le dessin d'Enrico Marini est d'une beauté magistrale!!!! Je reste bouche bée devant toutes les cases de l'album. Le scénario n'est pas mal non plus avec de l'action, de l'aventure, tout ce qui faut pour qu'à la fin, on veuille absolument passé à la suite et connaître les mystères du Scorpion...

20 2 2007
   

Le Scorpion, série d’aventure de grande qualité. Voilà comment on m’avait brièvement présenté cette série, dont le prestige des auteurs n’est plus à faire. C’est donc avec impatience que je me suis procuré ce premier tome, ainsi que les suivants, et que je me suis lancé dans la lecture de cette série. Et pour vous dire, lorsque j’ai lu ce premier tome, il y en avait déjà six de sorties, et tous en ma possession. Et bien que j’aie commencé la lecture du premier tome relativement tard dans la nuit, les six tomes y sont passés à la suite cette même nuit…

Voilà pour vous dire à quel point cette série est passionnante. Mais considérons le cas de ce premier tome. Est bien l’exposition est amenée de façon très habile, et on sait tout ce que l’on doit savoir (car on est loin de tout savoir bien entendu) au fil des planches. Par la suite on va découvrir de nouveaux éléments en même temps que le Scorpion lui-même, ce qui, évidemment, nous plonge encore plus dans l’histoire. L’histoire justement est riche et prenante, bien que l’on n’en connaisse pas tous les tenant lors de ce premier album. Mais surtout l’ambiance est très réussie…

Autre réussite également, les dessins de Marini bien évidemment. Les personnages sont tous très bien définis (physiquement), et les décors, que ce soit des paysages extérieurs ou des intérieurs de lieus historiques, sont tous de grande qualité. Le découpage est dynamique, et les couleurs chaudes. Il s’agit donc d’un premier tome réussi d’une série dont la qualité constante au fil des tomes à venir est remarquable.

A ne pas manquer !

9 8 2006
   

Fils d’une sorcière et d’un ecclésiastique, le scorpion (dont on ne connaît pas le réel prénom) est un pilleur de tombe. Accompagné de son acolyte, il se rend dans les cryptes pour déterrer les saints ossements et les revendre à des nobliaux de Rome.
Ce personnage est vraiment très mystérieux, il plane sur lui une ombre malsaine, celle de la mort peut-être. Il se dit d’ailleurs maudit à cause de sa mère et de la marque qu’elle lui a laissée : un scorpion sur l’épaule.
Il y a aussi Méjaï, une empoisonneuse égyptienne aussi belle que dangereuse. Sa mission : tuer le scorpion.
Le cardinal Trébaldi est quant-à lui celui qui emploie Méjaï, on ne connaît pas ses motivations.

L’histoire est intéressante et bien menée ; on attend avec impatiente de savoir pourquoi Trébaldi cherche à faire assassiner le scorpion. La fin de ce premier tome nous met devant un suspens quasi insoutenable, le temps de poster cet avis je vais lire le deuxième.

Je trouve les graphismes de cette série vraiment splendides. On se croirait dans un film ! Les décors sont extraordinaires, les personnages magnifiques (I love le scorpion !) et j’aime beaucoup l’angle assez particulier sous lequel on voit certaines scènes. Là, franchement, M. Marini je vous tire mon chapeau !

En résumé une excellente Bd que j’ai pris du plaisir à lire et que je conseille vivement à tous les amateurs de bulles.

29 6 2006
   

Tiens, c'est marrant, je ne suis pas le premier sur cette BD ?!?

Alors, comme je pense les autres ont déjà tout dit, je vais essayer de faire vite.
L'histoire : Ce premier tome n'a rien de particulièrement original. Certes, l'histoire est menée tambour battant, pas de répit, très bien menée. Mais les personnages sont pour le moment très conventionnels. Un héro ténébreux qui se bat comme le diable avec un humour en parfait décalage, son compagnon d'arme qui tel Bernardo est toujours là quand il le faut, le grand méchant Trébaldi : l'aigle cardinal qui en veut au scorpion pour d'obscures raisons, le pape tout gentil est un peu benêt, la gitane, belle à damner un saint...et dangereuse comme la vipère et derrière tout ça, une conspiration énorme de l'église et des neufs familles pour garder la main mise sur le monde.
Malgré ce portrait classique, je ne me peux pas m'empêcher d'adorer ce premier tome qui met superbement en valeur chaque protagoniste, leur introduction à chacun est magistral poussée à la limite de la caricature. Des caractères bien trempés comme j'aime.

Et puis le dessin...Aaaaaaaah le dessin magistral de Marini, les couleurs sublimes qui magnifient le tout. C’est clair, c’est propre, c’est beau. Ca vaut bien un 4.
D’ailleurs dans ce premier tome, seul l’originalité serait en deçà, avec un 3.

Non vraiment, ce serait trop bête de rater ça !

20 5 2006
   

Cette série ne m'attirait pas particulièrement et c'est en l'apercevant à la médiathèque que je me suis dédidé à la lire.

Bon hormis le dessin qui est de toute beauté, il ne se passe pas grand chose dans ce tome d'introduction. Certes un certain mystère plane sur le Scorpion mais on assiste à une histoire sans grande surprise et menée de façon très conventionnelle. Le thème abordé paraît fort intéressant alors on va voir ce que nous réserve le tome 2.

J'ai nettement plus apprécié le premier tome de "Rapaces" par exemple.

18 4 2006
   

J'ai découvert cette bd en allant la louer (avec les quatres autres) a la biblothèque, je les ai lues et j'ai adoré. Voici mon avis :

Encore une magnifique Bd de Marini et Desberg, après "L'Étoile du desert", ce tome en dit peux sur le personnage principal mais c'est un bon début, je suis fan de cette époque de capes et d'épées où le christianisme faisait la justice...

Les dessins et les couleurs sont toujours aussi splendide et on en prend pleins les yeux.

Une bd pleines de mystères... je la conseille à tous...

10 1 2006
   

Pour des raisons commerciales cette série est éditée dans un format «standard» plus populaire et il faut bien constater qu’avec un Marini ("Rapaces", "Etoile du désert") au dessin c’est un choix bien regrettable.

On peut en effet admirer un dessin magistral de Marini, pourvu de couleurs chaudes qui nous plongent dans cette Italie ensoleillée et endiablée. On se retrouve dans une Rome au dix-huitième siècle sur un fond de fantastique pour une aventure de cape et d’épées.

Les personnages sont très caricaturaux (avec un Cardinal Tribaldi qui fait fortement penser au Cardinal Richelieu), mais les dialogues pourvus d’humour et de sarcasme aident à faire passer ce léger détail.

Sans se dérouler dans un contexte historique détaillé, cette histoire basée sur la conspiration de 9 familles qui dominent le monde, tient plus du récit d’aventures mouvementé.

7 11 2005
   

Le scorpion est avant tout un graphisme précis mais pas trop, avec des couleurs chaudes mais pas trop et un scénario interressant mais pas trop. :-)

Parlons en, de ce scénario: et bien, nous sommes directement plonger dans une aventure sans égal, mélant un séduisant hors la loi, et un coequipier genre "bon ami". l
'action est toujours présente, ponctuer par quelques explications sur la vie du scorpion, mais ce premier tome, qu'on aurait tendance a croire comme introduction est tout de même directement plonger dans l'intrigue.
Le moment, entre la "routine" de l'héros et le début de l'histoire est très difficile a cibler, car, très rapide à la va-vite.
En somme, un scénario haletant, mais peut être un peu trop pour un premier tome, on a pas vraiment le temps de rentrer dans l'unviers de l'auteur à mon avis.

Les dessins sont quant à eux, très reussit, avec des couleurs chaudes comme je le disais tout à l'heure, pour répresenter le mal en quelque sorte. les traits sont réguliers, et on prend plaisir a admirer l'oeuvre de Marini.

Un tome qui ne demande qu'a avoir une suite!

4 10 2005
   

Déjà, je ne placerais pas cette BD comme historique ... je vois plus ça comme du "fantastique" historique ... à partir de là, pourquoi pas ?
Le dessin est bon ... Marini connait son affaire et c'est efficace.
Les personnages ont une psychologie très prévisible et l'histoire n'a rien de très original ... mais ça reste agréable à lire : on se prend pas la tête et on suit sans s'ennuyer les aventures du Scorpion ... le seul hic est que ce gars manque de "fissures" ... tout lui réussit ... il est beau, charmeur, intelligent, cultivé ... c'est Thierry la Fronde quoi ... et du coup, l'histoire s'en ressent ... on se doute à l'avance de ce qui va se passer ! Dommage !

A lire pour se divertir mais sans plus !

4 5 2005
   

Mon impression est mitigée en refermant ce premier tome.

Les dessins sont magnifiques et les couleurs somptueuses. Les décors extérieurs et les bâtiments en particulier sont de toute beauté. Il n’y a pas à dire, c’est du grand art.

Par contre, je trouve le scénario très conventionnel. Les auteurs nous servent une aventure de capes et d’épées certes plaisante mais qui sent le réchauffé. Je regrette donc principalement leur manque d’inventivité. Les personnages, par exemple, sont très (trop) caricaturaux. Le Scorpion, le cardinal et la belle empoisonneuse ont tous trois le physique de l’emploi. Pourtant, malgré son côté « latin lover », Scorpion ne bénéficie pas d’un grand charisme. Lorsqu’il se bat à l’épée sans se départir de son sourire « pepsodent », je me demande si les auteurs font preuve d'humour ou de naïveté.

L’introduction de certains éléments scénaristiques - et le succès populaire de la série… - me laissent heureusement penser que l’intrigue devrait connaître un développement intéressant.

modroncube :Une BD décevante... Note de l'album : 2,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
25 4 2005
   

Et oui, la note est sévère, pour un premier tome ! D'abord à cause du scénario : l'idée de base est affligeante sans être originale (l'Eglise nous cache la vérité !!! le christianisme, c'est rien qu'une manipulation pour mieux dominer le monde), traitée de manière invraisemblable et sans réelle profondeur. Heureusement, pour lutter contre le méchant cardinal, il y a un beau, un ténébreux, d'ascendance sulfureuse, parfait anti-héros iconoclaste et cynique qui va rétablir la vérité ! Ouais, super ! On prend les grosses ficelles du complot millénariste et on déroule la pelote ! Tous les clichés y passent (cardinaux corrompus, gitane farouche, templiers très, mais alors très très méchants, procès en inquisition...)

Le dessin sauve les apparences. Tout cela est heureusement très beau. Il y a de la recherche historique dans le dessin... mais ça ne va pas chercher très loin, et tous les persos sont, scénario oblige, très typés : l'anti-héros, la gitane, le méchant cardinal qui se la joue très Richelieu et bien sûr, Dark Vad... euh.. non, le chef des méchants templiers.

Et bien sûr, pas une once d'humour pour faire passer le tout !

Miserere !!! Ce n'est que mon avis, mais mieux vaut éviter ce Dark side of the Vatican.

1 2 2005
   

J'aime bien ce que fait Marini, sont dessin est de très bonne facture (ses femmes sont splendides) réhaussé comme il se doit par une mise en couleur soignée et haut de gamme.
Cette histoire nous replonge dans nos romans et nos films de cape et d'épée de notre jeunesse et nous entraîne dans une aventure échevelée.
Alors pourquoi cette note relativement moyenne ? Je trouve qu'il manque une âme à cette production, tout est beau, bien foutu mais cela reste froid, j'ai du mal à me plonger dans les aventures du "Scorpion", autant j'ai aprécié l'érotisme latent de "Rapace", les délires de "Gipsy" ou encore la beauté de "L'Étoile du desert", autant ici je trouve cela plat, c'est une suite échevelée d'aventures, de combats ou de découvertes mais au final on ne retient rien ou presque.
Reste les dessins et les couleurs, au dessus de la moyenne, mais cela fait un peu léger pour cette "super production" de la Bd.

30 1 2005
   

A mon avis, le summum de la bd. Depuis le début, j'ai toujours adoré marini. Que ce soit Gipsy, Rapaces ou l'Etoile du désert, je lui trouve un talent fou.

En ce qui concerne Scorpion, j'ai adhéré aussitôt à l'histoire, le cadre suranné d'une Rome en plein déclin, la chasse au trésor, les combats à l'épée et le mystère qui entoure le personnage principal m'ont mis l'eau à la bouche. Les dialogues sont pleins d'humour, mélangent avec brio le sarcasme et la provocation.

Une histoire qui démarre sur les chapeaux de roue donc, et des couleurs superbes, des personnages si bien dessinés qu'on pourrait les imaginer réels. MMH, un régal. Marini a le geste rond et précis, les visages sont anguleux, séduisants, tout en courbes et en finesse. Les couleurs sont chaudes et rappellent le soleil de l'Italie.

En conclusion, je me suis empressée d'acheter les tomes suivants tant mon envie de découvrir les péripéties du scorpion était grande. Ah, ça c'est un homme !

13 11 2004
   

J'ai beaucoup apprécié le dessin de cette série. En fait, c'est surtout grâce à lui que j'ai eu envie d'acheter la bd... Ce dessin est nickel, il n'y a rien à y redire, vraiment. En plus, il est mis en valeur par les couleurs chaudes, qui sont très agréables à regarder. Le dessinateur maîtrise bien les mouvements, c'est vraiment très beau.

Côté scénario, je dois dire que je suis moins emballée. Certes on a un tome d'introduction plutôt bon (puisque je lirai sans hésiter la suite (et pas seulement à cause du dessin), mais ce n'est pas extraordinaire tout ça. C'est assez basique, efficace oui, mais pas très original et finalement, peu approfondit !
Par contre, j'aime bien l'ambiance qui se dégage de cet album, cette époque etc... C'est très agréable, et c'est surtout ça qui donne envie de lire la suite en vérité.

Côté dessin, rien à changer donc, c'est parfait, mais j'espère que la suite sera plus fouillée au niveau de l'histoire, sans ça l'intérêt serait limité (cela dit c'est pas mal parti donc je ne me fais pas vraiment de souci)...

21 12 2003
   

Après la science-fiction (Gipsy) et le fantastique (Rapaces), Marini se lance dans une aventure de cape et d’épée imaginée par Desberg.
L’aventure se passe à la fin du XVIIIe siècle à Rome, après les révolutions américaine et française et l’apparition des nouvelles idées égalitaires. Cependant, le propos de Desberg n’est pas de dérouler une intrigue dans un contexte historique détaillé, comme le fait un Cothias par exemple. Ici, l’arrière-plan a beau être historique, les neuf familles, l’empoisonneuse ou le méchant Trebaldi sont mis en scène autour du Scorpion dans un grand récit d’aventures dont les aboutissants restent bien mystérieux à la fin de ce premier volume. L’action est bien menée, mais on peut regretter le manque de profondeur du héros : il est beau et séduit les femmes, mais il n’est pas très attachant. Peut-être faudra-t-il un ou deux tomes de plus à Desberg pour parfaire la personnalité du Scorpion.
Marini livre un travail à la hauteur de sa réputation. L’ensemble est tout de même moins tape-à-l’œil que le choc visuel que fut le premier Rapaces. Cela dit, le trait est élégant, les couleurs subtilement dosées, les femmes appétissantes et les décors, réussis. Si vous ne connaissez pas encore Marini, vous risquez d’être impressionné. Sinon, vous retrouverez avec plaisir ce dessinateur talentueux et ses planches esthétiques et raffinées.
Bon divertissement, donc, qui manque encore un peu d’ampleur mais dont on peut sans doute attendre de bonnes choses par la suite.

1 10 2002
   

tout d'abord, je suis etonné par le format choisit par les auteurs. Un grand format n'aurait il pas mis plus en valeur le dessin du Grand Enrico ?

ce dessin justement est comme d'habitude absolument sublime. Cependant, il manque peut etre un peu d'ombre dans tout ça... c'est tres lumineux, trop parfois. Marini est meilleur lorsqu'il s'agit de faire des ombres, des jeux de lumiere.

par contre, legere deception au niveau du scenar. C'est agreable, ok, mais ya rien de grandiose. C'est assez facile en fait. On peut s'attendre à ce que la suite s'ameliore, les neuf familles n'ayant été que tres peu exploitées dans ce tome ci.

2 7 2002
   

Encore une bonne bd de Marini, j'adore vraiment son style, ses dessins sont vraiments magnifiques !
Quand aux couleurs, whaouuu, on passe d'une ambiance sombre pour les scenes de nuit à une ambiance chaleureuse pour les scènes d'interieur... respect !

L'histoire quand à elle m'a l'air de tenir la route, j'aime bien cette ambiance de cape et d'épées, un période interessante...
Le 1er tome met bien en place l'histoire, ca donne envie de lire la suite !

Seul regret, le format... quite à payer plus cher, j'aurais préféré un grand format...
Bref, une très bonne bd...

12 5 2002
   

Le scorpion représente l'alliance de deux grands de la bande dessinée, Desberg et Marini !

Desberg, qui nous propose ici lors de ce premier tome un scénario très "Alexandre Dumas", jusque dans sa forme, fait très vite évoluer l'ensemble afin de nous faire découvrir un passionnant complot politique. Le tout, fort bien mis en scène, ne souffre d'aucun défaut, mélant scènes d'actions palpitantes et machinations diaboliques.

Marini, quant à lui, affine encore son trait pour nous donner un dessin beaucoup plus coloré que dans Rapaces (mais pas meilleur, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit !). Les paysages, entre autres, sont vraiment magnifiques.
Les différents personnages, comme dans tous les autres chefs d'oeuvre de marini, ont vraiment une identité propre de part leur design, leur acoutrement... Très fort !

Grands fan de Rapaces, n'attendez pas du Scorpion un chef d'oeuvre de cet ampleur. Toutefois, lisez cette série, vous passerez un tres agréable moment !