46 601 Avis BD |20 217 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 4 : Le sacrifice
 

Le Mercenaire, tome 4 : Le sacrifice

 
 

Résumé

Le Mercenaire, tome 4 : Le sacrificeAfin d'acceder au résumé de Le Mercenaire, tome 4 : Le sacrifice, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le Mercenaire, tome 4 : Le sacrificeQuatrième volet de cette série qui compte treize albums, "Le sacrifice" est assez révélateur de l'ambiance créée par Segrelles.

On ouvre un de ces albums parce que les couvertures sont belles (celle de ce tome 4 est d'ailleurs moins réussie) et que les illustrations sont d'un réalisme étonnant. Dans les années 1980, ce genre de dessin n'était guère répandu et malgré son côté figé, le travail de Segrelles reste plaisant. Les amateurs de peinture devraient apprécier les couleurs soignées et les éclairages réussis.

Segrelles est aussi son propre scénariste. J'ai déjà eu l'occasion de dire que ce n'était pas la meilleure intitiative dont il ait fait preuve. Il y a des auteurs qui sont aussi à l'aise pour raconter des histoires que pour les réaliser techniquement ; Segrelles est très nettement plus dans son élement quand il dessine. L'intrigue n'est pas si mauvaise, mais il manque à l'auteur un sens de la mise en scène, des respirations, ou même du découpage. Disons-le : on lit rarement ce genre de scénario au XXIe siècle...

Le scénario est donc fort commun, voire assez faiblard. C'est certainement pour cela que "Le Mercenaire" est aujourd'hui une série oubliée par le plus grand nombre. Jetez-y un oeil en bibliothèque si vous êtes un gros lecteur mais sachez que ce n'est pas une lecture indispensable.


Chronique rédigée par Jean Loup le 04/05/2006
 
 
Avis de :Une BD décevante... Note de l'album : 2,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Jean LoupReflet de l'avatar de Jean Loup
Statistiques posteur :
  • 1313 (63,80 %)
  • 390 (18,95 %)
  • 355 (17,25 %)
  • Total : 2058 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,00 Note générale
  • Originalité : 2,00 Originalité
  • Scénario : 2,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,64 11,64 11,64
Acheter d'occasion : 10,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.50
Dépôt légal : Janvier 1988

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le Mercenaire, tome 4 : Le sacrifice, lui attribuant une note moyenne de 2,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

28 2 2011
   

La série est bien lancée et ce tome 4 nous confirme une constante : la narration est inversement proportionnelle à la richesse picturale.
Une fois de plus, on se laisse séduire par les peintures et les poses figées qui confèrent au Mercenaire la patte qui le caractérise, mais la lecture contemplative pâtit d'un scénario très faible.
L'écriture est en effet enfantine, ce qui renvoie aussi à cet enfant sacrifié qui fonde le volume. Pour le fond, ce n'est pas faire insulte que de dire qu'on est en présence d'une intrigue des plus simples, digne d'un JDR de grands débutants ( L'oeuil Noir ou au mieux D&D...). Les transitions sont toujours aussi brutales, ce qui hache considérablement le rythme.
Un album anectodique, où l'effet visuel de surprise ne joue plus et dont l'extrême simplicité de la trame narrative a fini par me lasser considérablement...

11 1 2008
   

Le mercenaire sauve un enfant du sacrifice de la secte de la lumière. Malheureusement, il est repéré et la chasse s'engage alors. Le scénario nous livre quelques indications sur l'enfance du mercenaire. Pour la première fois, Segrelles ose sortir du classicisme de ses premiers scénarios en jouant sur la vraie corde sentimentale et du sacrifice...Cela donne un album intéressant à lire. Pour autant, la trame glable de la série est respectée avec toujours les mêmes principaux protagonistes qui s'affrontent. La tension monte d'un ton et le combat s'annonce acharné.

Coté dessin, je ne sais pas que rajouter de plus par rapport aux tomes précédents. La régularité de Segrelles est impressionante. La qualité du graphisme est au-delà de toutes les espérances. Pour autant, ce style qui accuse un peu le poids des ans manque parfois de dynamisme et de mouvements. Allez, il fallait bien critiquer un peu !