46 454 Avis BD |20 138 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 1 : L'Ile Carpenter
 

Le meilleur job du monde, tome 1 : L'Ile Carpenter

 
 

Résumé

Le meilleur job du monde, tome 1 : L'Ile CarpenterAfin d'acceder au résumé de Le meilleur job du monde, tome 1 : L'Ile Carpenter, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le meilleur job du monde, tome 1 : L'Ile CarpenterEn voila une bonne idée, de plus racontée avec talent par Bec, qui n'en est plus à son coup d'essai !

Ce reality show qui engage un gagnant à s'occuper d'une maison située sur une île paradisiaque, seul, donne une base très intéressante pour lancer un thriller fantastique qui joue avant tout sur le mystère et le secret pour parvenir à ses fins.

Bien sûr, le premier tome, par son statut introductif, ne fait pour le moment que lancer de nombreuses questions sans vraiment y répondre : c'est donc par la suite que nous saurons si "Le meilleur job du monde" est une grande série, la capacité du scénariste à répondre aux questions posées en restant crédible jouant pour beaucoup dans son succès.

Mais le fait est que, pour le moment, on accroche vraiment. Les éléments se mettent en place doucement, et même si les ingrédients sont finalement assez classiques (apparitions, événements incompréhensibles..) la sauce prend bien.

Le dessin de Rafael Fonteriz, classique et proche du "style Soleil" aussi bien au niveau du trait que de la mise en couleur (réalisée par Facio), est assez bon lui aussi. L'environnement, cette incroyable île perdue, permet au coloriste d'utiliser une palette exotique très sympathique, le bleu de la mer venant s'accorder avec plaisir aux teintes très chaudes de la maison et de l'île. La couverture de l'album est d'ailleurs assez représentative des teintes utilisées dans celui-ci.

Une question tout de même : Au vu du contexte, on aurait pu imaginer le héros accompagné de tout un studio de télé mobile diffusant l'événement à l'heure de grande écoute, comme toute "bonne" émission de télé-réalité. Ici, personne... Futurs lecteurs, aurez-vous réponse à cela ?


Chronique rédigée par Piehr le 07/02/2012
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de PiehrReflet de l'avatar de Piehr
Statistiques posteur :
  • 1099 (67,76 %)
  • 130 (8,01 %)
  • 393 (24,23 %)
  • Total : 1622 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 14,20 14,20 14,20
Acheter d'occasion : 19,69
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Janvier 2012

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le meilleur job du monde, tome 1 : L'Ile Carpenter, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

2 5 2012
   

En 2009 (déjà !), l'office du tourime de l'Etat Autralien du Queensland proposait "Le meilleur job du monde" : il s'agissait de promouvoir l'image de l'île Hamilton et la mission était plutôt alléchante. En effet, pour 150.000 dollars australiens, l'heureux élu devait parcourir les plages de sables fins, faire de la plongée sous-marine, et tenir un site internet pour promouvoir l'île comme site touristique. Une telle somme pour 6 mois de ce travail, c'était en effet le meilleur job du monde. Ce buzz bien réel est ici repris, et sert d'amorce à une ouevre de fiction. En effet, c'est Doug Ellis, qui n'est pourtant pas à plaindre, qui est choisi pour occuper le fameux poste sur l'île Carpenter. Je trouve qu'utiliser un fait réel de ce type pour développer une fiction est assez bien vue, d'autant que reprendre ce fait connu permet au scénariste de faire l'impasse sur une longue introduction : on ne perd pas de temps et en quelques pages seulement, Doug Ellis arrive sur l'île paradisiaque, est accueillie par la maîtresse des lieux qui lui indique ses principales tâches de la journée : nourrir les oiseaux de la volière, tondre la pelouse du golf et arroser les plantes. Doug prend possession de son île qui pendant 6 mois, ne sera plus Carpenter Island, mais Elliss' Island (tiens, c'est marrant, ca !).

Et c'est à peu près à ce moment là que la pure fiction démarre, et au bout de 24h sur l'île, les choses commencent à aller de travers. Le scénariste fait doucement basculer cette histoire très réaliste (car inspirée de faits réels), vers quelques choses de plus surnaturel, où les événements inquiétants se succèdent. Entre l'apparition d'un chien énigmatique, la présence d'une femme sur sa barque qui passe devant la maison, la volière qui explose et la radio qui ne marche plus, on sent que Doug commence à perdre le contrôle. Et puis, il y a cette fameuse porte qu'il ne faut absolument pas ouvrir mais comme c'est interdit et que Doug commence à tourner en rond, il l'ouvre... pour trouver d'autres horreurs supposées. En bref, pour l'instant, tout cela reste nébuleux mais le scénariste parvient à entretenir une atmosphère mystérieuse, tant sur les habitants de cette île que sur le personnage de Doug lui-même, qui semble avoir caché un passé morbide lors de son recrutement. L'ensemble est bien tourné et je me suis pris au jeu, même si je trouve que Doug reste bien calme en de nombreuses occasions, même si je trouve également bizarre que personne ne vienne le voir alors qu'il devait appeler tous les matins pour rassurer tout le monde. C'est pour l'instant ce qui cloche le plus dans ce scénario selon moi : la découverte d'un squelette de l'effraie pas plus que cela et tous les éléments surnaturels n'ont pas l'air de lui faire grand effet. De plus, Doug aimerait bien quitter son île et il a la possibilité de le faire (la terre la plus proche n'est pas très loin et il a le scooter) : pourquoi reste-t-il ?

Les dessins sont de bonnes factures, mais je me serai attendu à plus d'expressions sur le visage de Doug.

Pour moi, c'est une entrée en matière efficace et bien gérée, et si l'atmosphère mystérieuse est correctement développée, je pense en revanche que l'angoisse (qui est légitime lorsque l'on se retrouve confronté seul à des événements surnaturels) a du mal à être partagée avec le lecteur.

Enfin, pour répondre à Piehr : il n'y a pas de caméra accompagnant Doug puisqu'il ne s'agit pas véritablement d'une émission de télé-réalité. Seule la petite annonce véridique a été fortement médiatisée (c'était un peu le but), mais il était bien prévu que la personne recrutée soit seul sur cette île.