46 449 Avis BD |20 138 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 1 : Testament
 

Le Maître de Jeu, tome 1 : Testament

 
 

Résumé

Le Maître de Jeu, tome 1 : TestamentAfin d'acceder au résumé de Le Maître de Jeu, tome 1 : Testament, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le Maître de Jeu, tome 1 : TestamentMa série de l'univers des Stryges préférée ! C'est tout simplement génial ! Corbeyran est un génie, ajouter un univers parallèle au "Chant des Stryges"...

Moi qui n'appréciais pas trop l'univers policier, New York, etc du "chant des stryges", je suis servi : une histoire totalement fantastique ! On rencontre de nouveau les Stryges, mais cette fois l'énigme est fantastique, et menée par des enfants...

Les dessins de Charlet G. sont complètement différents de ceux de Guerineau, et tant mieux ! pourquoi faire pareil ? Les traits sont plus arrondis, moins réels, mais collent quand même comme un gant à l'univers des Stryges. Les couleurs donnent selon moi tout l'univers lugubre, et jouent un grand rôle.

Une chose est sûre, j'attend avec impatience le prochain tome, et je ne regrette pas ma dédicasse de Charlet...


Chronique rédigée par Charly le 08/03/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 357 (94,44 %)
  • 5 (1,32 %)
  • 16 (4,23 %)
  • Total : 378 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 10,40 10,40 10,40
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.30
Dépôt légal : Mars 2000

Avis des lecteurs

10 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le Maître de Jeu, tome 1 : Testament, lui attribuant une note moyenne de 3,30/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

13 7 2019
   

J’ai trouvé cette introduction à un nouvel univers du monde des Stryges plutôt efficace. La mise en place d’un huis clos, la présence de cet enfant, cette île abandonnée, cette légende : tout nous conduit doucement vers une ambiance de l’horreur et de l’épouvante. Un nouveau style, donc, pour cet univers : j’ai pour l’instant l’expérience du thriller/récit d’espionnage de « Le chant des Stryges » et le récit de medieval fantasy de « Le Clan des Chimères ». Un nouvel environnement, et un nouveau prisme, est toujours le bienvenu. J’ai beaucoup aimé, dans cet ouvrage, le récit du comte Von Harbow par le notaire : un moment de scénario classique, mais un moment graphique très bien conduit. Sur le fonds, pour l’instant, on fait la connaissance des personnages principaux, et l’ensemble se met en place doucement.

J’aurais bien poussé la note un petit plus, mais un petit élément en fin d’ouvrage me retient. Au décès du premier personnages, les autres ne semblent pas particulièrement perturbés. Si j’avais trouvé les postures et expressions assez justes jusque-là, je trouve que les réactions en fin d’album manquent de réalisme, ce qui est plutôt dommage. Cela appelle une certaine réserve, dans la mesure où, comme dans tout bon récit d’épouvante, ce type de scène devrait se reproduire... Avec plus d’implication des acteurs, on l’espère.

Une bonne entrée en matière, mais desservie par un je-ne-sais quoi qui manque au moment crucial, qui fait peser quelques doutes sur la suite des événements.

11 5 2013
   

Pas du tout convaincu par ce premier tome. Surement parce que l'univers des jeux de rôle ne m'a jamais botté. Il y a en fait deux histoires en paralléle dans ce "Maître de jeu", d'un côté le développement d'un jeu où les protagonistes vont se rendre sur une île pour participer à un jeu de rôle, dont les règles restent obscures pour moi qui ne suis pas du tout fan, de l'autre un petit garçon handicapé dans un manoir où ses parents viennent d'emmenager, et il découvre des choses bizarres. Cette deuxième histoire ne m'a plus enthousiasmé, j'ai eu l'impression d'avoir lu/vu ça 100 fois. Le suspens est pourtant bien là puisqu'il y a meurtre mais le côté ésotérique prend le dessus et là aussi malheureusement, ça ne m'emballe pas.

On ne présente plus Eric Corbeyran qui scénarise énormément de séries, certaines sont des réussites et d'autres ne me touchent pas. Celle ci n'est pas si mal racontée, c'est juste que (pour l'instant) ça ne me convainc pas.

Et graphiquement, c'est pareil, j'ai du mal a accrocher à ces dessins qui font vieillots, a ses marges toutes noires qui rendent l'album moins agréable à lire. Ce n'est pas un bon choix à mon avis.

A voir si la suite me convient plus.

22 4 2010
   

Cette bd n'a "que" 10 ans mais quand vous ouvrez le livre vous avez l'impression quelle date des années 80. Cela est du surement aux couleurs vieillotes, trop démodés, c'est dommage car les dessins sont correct ainsi que les décors qui collent bien a l'atmosphère...

Final soft, entreprise de jeux veut lancer un nouveau concept. Pour le tester, le pdg fait appel a kyle un des meilleurs rolistes du moment. Le jeu se déroule sur une ile...Pendant ce temps Quentin un jeune garçon découvre un étrange manuscrit...
Un scenario qui pourrait etre exploité au cinéma (si cela n'a pas été deja fait), avec ce premier tome l'auteur nous plante le décor laissant une belle intrigue et une atmosphème a souhait.
La psychologie des 4 joueurs est bien établie....par contre je trouve que le petit garçon s'implique un peu trop vite a l'affaire mais bon...
Un bon premier tome qui incite a lire le deuxième, le seul hic pour moi se sont les couleurs qui ne sont pas a mon gout...

23 10 2005
   

Ancien amateur de jeux de rôles moi-même durant de longues années, je me suis naturellement tourné vers ce "Maître de jeu" dont le sujet principal ne pouvait que m’intéresser.
Première constatation : Corbeyran et moi ne pratiquons pas le jeu de rôle de la même façon !
L’ensemble est tout de même palpitant. Les personnages, à la psychologie développée, sont embarqués malgré eux dans une histoire qui les dépasse totalement, le fantastique se mêlant à l’intrigue, brouillant les pistes.
La tension est ressentie tout au long de l’album, et ne retombe pas. Certains albums du scénariste (comme "Asphodèle" par exemple) sont autrement plats.
Et puis, le dessin de Charlet est vraiment agréable. Semi réaliste, il permet au dessinateur de faire passer des situations très noires sans pour autant choquer le lecteur, tout en instaurant une ambiance efficace. Et puis, les couleurs sont particulièrement belles.
Très belle surprise que ce premier tome, pour une série qui saura gagner en puissance dès le second Opus. Amateurs de l'univers des Stryges, ne ratez pas l'occasion de vous faire plaisir…

9 8 2005
   

Voilà un premier tome qui plante le décor, les personnages et l’histoire, mais va également plus loin que cela. Via deux fils conducteurs, l’auteur nous fait déjà découvrir l’intrigue et palper l’ambiance et l’on sent bien que ces deux pistes vont finir par se rencontrer et que le climax est proche.

D’un côté l’on suit Quentin, un jeune paralytique bercé par l’irréel du net, et de l’autre côté 4 rôlistes se prêtant au jeu du mystérieux patron de Final Soft pour qui les enjeux financiers priment. Via une alternance réussie entre ces 2 approches et un découpage original, l’auteur nous fait converger vers une île lugubre de la côte bretonne (destination que l’on sent finale) et vers une créature étrange nommée Stryge, que Cobeyran nous fait également découvrir avec brio dans d’autres de ces séries ("Chant des Stryges", "Le Clan des chimères").

9 4 2005
   

Je dois dire qu’après avoir parcouru avec un plaisir non dissimulé le Chant des Stryges, j’étais très impatient de découvrir cette série parallèle…

Le Chant des Stryges représente pour moi une des meilleurs séries de fantastique. Corbeyran a véritablement une imagination débordante et son univers est très réussi avec l’ombre des Stryges qui plane sur la race humaine… Mais pour moi, une des facettes intéressantes de la série mère était le fait de mélanger à la fois cette intrigue fantastique avec une intrigue politique et policière. Hors ici, Corbeyran décide de ne faire qu’une intrigue fantastique. Alors évidemment avec son talent il nous fait malgré tout voyager son univers au travers de plusieurs personnages qui n’ont rien en commun comme à son habitude… Malgré tout, on ne retrouve pas la même magie…

Les dessins ne sont donc plus signés Guerineau, et c’est une bonne idée en effet de varier les dessinateurs sur des séries parallèles. Mais là je dois dire que les dessins de Charlet, je n’ais pas vraiment accrocher. Je ne sais il a un trait particulier qui est un tel mélange des genres qu’au final, on ne sait plus trop quoi en penser… Les couleurs sont en revanche pas trop males, mais cela ne suffit pas à racheter le dessin, et donc par conséquent l’ambiance de l’album…

Mais bon, ce tome n’est que le premier, alors comme toujours on accorde le bénéfice du doute, et on attend la suite pour juger mieux et peut-être se prononcer…

Un peu déçu je dois dire…

20 2 2005
   

Je voulais commencer mon incursion dans l'univers des stryges ( mon penchant pour les mythes et légendes... ) de Corbeyran et j'ai choisi de le faire par le biais de cette série parallèle.

Je ne regrette pas mon choix ! Tout simplement prenant ! J'ai dévoré cet album du début à la fin ! Il présente une histoire sur 2 tableaux différents qui se rejoignent en un chassé croisé dans lequel les évènements s'imbriquent à merveille. Corbeyran maitrise le rythme du récit impeccablement pour lancer l'intrigue tout en nous présentant les personnages. Personnellement l'univers décrit me fascine.

Coté dessin , j'apprécie le style mais bon je ne suis pas connaisseur en matière de technique... L'utilisation du fond noir pour les pages, les couleurs utilisées pour les dessins, et l'utilisation du climat Breton ( il pleut souvent dans cet albums !) sont parfaitement au service de l'ambiance oppressante qui règne.

Une Bd très plaisante qui mélange occultisme, créatures mystérieuses et révélations inquiétantes: ambiance garantie.

22 8 2002
   

L'univers des Stryges s'étend !

Bien loin des Etats-Unis et des événements du Chant des Stryges, on retrouve ces étranges créatures dans les rêves - ou plutôt les cauchemars - de Quentin, un jeune garçon qui a perdu l'usage de ses jambes.

Pas forcement des plus évident pour en faire le personnage principal de l'histoire, mais Corbeyran s'en tire plutôt bien. Il y a cependant quelques bizarreries (l'un des rôlistes se suicide sur l'île, mais c'est pas grave, on part pas et on continue de jouer hein ?! :)). Mais bon, ce n'est que le premier volume, et il faut bien présenter les personnages, leur tempérament et faire découvrir les lieux au lecteur, et de ce côté ça reste assez sympa.

Pour ce qui est dessin, personnellement je n'en suis pas fan. L'aspect manga trouble un peu au début, mais au final on s'y fait, et la stryge version féminine est vraiment belle. Un bon point également pour les nombreux clins d'œil (dragon ball, marvel…) et les cross-over avec la série principale (Maître Lacombe…). Par contre faudra m'expliquer comment on lit le résultat sur le "4 faces" de Beauverger ;)

29 5 2002
   

Bon, j’aimerais nuancer la critiques élogieuse du Fub.
Certes cette série est très bonne. Je comprends d’ailleurs tout à faire qu’on puisse la préférer à la série originale (Le Chant Des Stryges). L’univers y est un peu plus original et les dessins différents.

Bon par contre, puisqu’on parle des dessins, autant le dire clairement : ils sont quand même assez bizarres.. dans un style un peu manga qui pourra plaire ou déplaire. Reste quand même que les membres des personnages sont un peu carrés, et certaines proportion sont limites.

L’intrigue, elle, est bonne. Ce premier tome se contente de nous présenter les personnages et de mettre en place les fondations de l’histoire. Rien de très palpitant, mais ça passe bien… un petit 3/5, ce qui reste, je le rappelle, une bonne note ! Et ça s’arrange dans le tome 2 !