46 449 Avis BD |20 138 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 4 : Descendance
 

Le Maître de Jeu, tome 4 : Descendance

 
 

Résumé

Le Maître de Jeu, tome 4 : DescendanceAfin d'acceder au résumé de Le Maître de Jeu, tome 4 : Descendance, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le Maître de Jeu, tome 4 : DescendanceBon cette fois ci, je suis un peu déçu. J'avais placé la barre très haute après la fin de ce premier cycle. Malgré tout ce tome 4 est très plaisant et il remplit son rôle de transition entre la fin de premier cycle et le début de ce deuxième cycle prévu en trois tomes.

Je m'explique:
Malgré quelques très bons passages (les deux premières pages qui expliquent les évènements de l'île dans un style journalistique assez efficace ainsi que l'eclaircissement sur la vie de Théodore Van Harbow et les circonstances de son expérience ratée pour asservir les stryges), le scénario souffre de quelques invraisemblances.
En effet malgré les évènements monstrueux survenus sur l'île, tous les personnages ne prennent pas au sérieux la menace formulée par Quentin, quand même ils y étaient sur l'île! De plus l'homme de confiance d'Andréas, qui s'était fait rouler dans la farine, accepte de retravailler avec lui. Bon quelques raisons sont évoquées pour cela mais quand même. Où alors il est vraiment crédule...

Sinon la suite des évènements semblent logiques et d'autres mystères s'y ajoutent (Corbeyran sait se servir de la curiosité du lecteur) : des hommes cruels qui ont des pendentifs avec un symbole (celui de la collection sur la tranche de l'album... clin d'oeil) se rapprochant de l'amulette retrouvée dans la tombe(cf tome 3).

Encore plusieurs clins d'oeil ici et là dans les dessins de Charlet. D'ailleurs je regrette un peu l'ambiance de l'île qu'il avait parfaitement retranscrite. Certaines vignettes sont un peu baclées malgré tout.

Bon c'est l'album de transition, il faut le temps de redistribuer les cartes je supposes. Un bon album tout de même.


Chronique rédigée par styx le 27/02/2005
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de styxReflet de l'avatar de styx
Statistiques posteur :
  • 138 (88,46 %)
  • 1 (0,64 %)
  • 17 (10,90 %)
  • Total : 156 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 10,40 10,40 10,40
Acheter d'occasion : 2,38
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.63
Dépôt légal : Novembre 2004

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le Maître de Jeu, tome 4 : Descendance, lui attribuant une note moyenne de 3,63/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

13 7 2019
   

Avec un décalage de 6 semaines par rapport aux éléments relatés dans les trois premiers opus, la série semble changer de prisme et prend une direction nouvelle. On quitte le caractère horreur et épouvante que permettait le huis clos sur cette île perdue pour retomber dans un schéma plus proche de celui de « Le chant des Stryges », plus « espionnage/thriller ». En effet, ici, on se retrouve avec les différentes reliques retrouvées dans les premiers albums, qui font l’objet d’une traque par plusieurs groupe : il y a Andréas d’une part, qui va se faire aider de Kurt ; ce groupe de personnages violents qu’un troisième groupe non identifié à ce stade, puisque un coffre a été ouvert sans que l’on sache qui a fait le coup. L’ensemble retrouve donc une certaine dynamique, et se permet même de rappeler son héritage d’épouvante en certains endroits.



On regrettera toutefois que les personnages principaux des trois premiers albums aient du mal à trouver leur place dans ce nouvel environnement. Si Andreas et Kurt font figure d’exception, c’est particulièrement prégnant pour nos rôlistes, qui ne sont plus au centre des événements mais qui continuent de s’y accrocher, et de Quentin, dont on se demande bien ce qu’il peut faire là-dedans.



On regrettera également un dessin qui se fait de moins en moins précis, et qui tire sur la facilité. J’ai vérifié : c’est bien le même dessinateur depuis le début de la série, mais regardez donc le personnage de Lebien entre ce tome et les premières pages du deuxièmes ouvrage pour mesurer l’évolution du dessin. On a du mal à reconnaître les personnages, mais également l’univers.

Un changement de ton qui amène une certaine respiration au récit et lui permet de rebondir après les événements du tome précédent, mais dans lequel on pourra être perdu : nos personnages principaux deviennent un petit peu inutiles et l’environnement semble insaisissable.

14 6 2013
   

Encore un tome qui m'a bien plu. Après 2 premiers tomes que je n'avais pas vraiment appréciés et un 3ème qui passait directement dans la série B et qui du coup m'avait semblé plus jouissif, celui ci me parait être dans la lignée du 3ème.

D'abord, nous ne sommes plus sur l'île mais bien sur terre quelques mois après la tuerie, les rescapés pansent leurs blessures physiques ou morales et les monstres sont dans des bocaux. C'est sans grandes surprises qu'il va y en avoir dans la nature à la fin...

Le scénario m'a fait pensé à Alien, je ne sais pas trop pourquoi, peut être les monstres (striges ?), ou plus surement les cocons, et puis le fait que tout le monde meurt les uns après les autres. C'est d'ailleurs intéressant de s'apercevoir qu'aucune empathie ne se dégage de l'un ou l'autre des personnages, ça n'a pas fait de mal de faire table rase à la fin du tome 3. Un peu comme si Corbeyran s'était dit: "ils sont nuls mes personnages... allez on efface tout et on recommence, on a qu'à dire qu'ils sont tous morts ! ".

Là, la tension monte gentiment, et on a le droit à un bon petit suspense à la fin du tome. En plus on ne s'étend pas sur les monstres dont finalement la généalogie et l'historique importe peu.

Graphiquement ça a un peu changé mais je trouve ça légérement mieux.

Bon voilà, pour moi, la série est clairement relancée, mais quand je vois les critiques des tomes qu'il me reste, ça me file le bourdon !

9 8 2005
   

Loin du carnage de la petite île bretonne, les survivants tentent de se remettre de leurs émotions et de reprendre le cours d'une vie normale ..., mais c’est sans compter sur l’imagination débordante de Corbeyran. Si le scénario se détache lentement du titre de la série, Corbeyran en profite pour approfondir l’histoire et les personnages en nous distillant des éléments clefs et en éclaircissant les zones d’ombres qui subsistaient à la fin du premier cycle. Il tisse de main de maître la toile des Stryges autour du lecteur et renforce, au fil d’indices, les liens entre ses différentes séries ("Chant des Stryges", "Clan des Chimères", "Maître de jeu"). En fin d’album il parvient finalement à relancer l’histoire de plus belle avec un bouquet final qui nous met l’eau à la bouche pour le prochain album.

Si le troisième album finissait en bain de sang sans grand intérêt et sans nous apprendre grand-chose, Corbeyran a su ici poser son histoire, lever le voile sur quelques questions qui subsistaient et relancer ce thriller fantastique avec brio. Le dessin et les couleurs de Charlet sont en parfaite harmonie avec l’ambiance de la série qui alterne légèreté et touches d’humour avec des scènes plus angoissantes. Je pourrais juste reprocher que les visages des personnages sur les plans larges sont souvent laissés vides (sans yeux, ni bouche), mais même si cela donne une petite impression de livre de coloriage, c’est loin de gâcher la qualité de ce tome qui inaugure de façon magistrale ce nouveau cycle d’une série qui devient de plus en plus incontournable pour les amateurs de Stryges.