46 566 Avis BD |20 199 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
Tome 2 : La seconde vue
 

Le Lama blanc, tome 2 : La seconde vue

 
 

Résumé

Le Lama blanc, tome 2 : La seconde vueAfin d'acceder au résumé de Le Lama blanc, tome 2 : La seconde vue, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le Lama blanc, tome 2 : La seconde vueUn régal ! L'histoire est pleine de rebondissements et de suspens. Jodorowsky est une conque inépuisable d'imagination. Il sait nous faire rêver et nous faire voyager très loin dans l'histoire...

Le lama blanc est le sauveur que le Tibet n'a pas eu. A l'instar du Dalaï Lama, il a cette puissance divine au fond de lui. Pourtant, il n'a que quatre ans et laisse présager une grande force intérieure. C'est par la souffrance que l'homme comprend la vie et ses valeurs... De belle leçons nous sont données par notre ami Jodorowsky, un scénario prometteur où l'on sent le mélange de vérités historiques et d'imaginaire lointain et magique.

Le dessin de Bess prend de la profondeur, on y voit son coup de pinceau ! Des jeux d'ombre et lumière, des couleurs nuancées et variées. J'attends cependant de voir l'évolution !

Je dirais que le Lama Blanc est nécessaire à qui aime le bouddhisme, la magie et l'histoire terrible des hommes.
Un très beau livre que je conseille vivement...


Chronique rédigée par Bomba le 21/04/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 136 (94,44 %)
  • 2 (1,39 %)
  • 6 (4,17 %)
  • Total : 144 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 8,66 8,66 8,66
Acheter d'occasion : 7,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.25
Dépôt légal : Novembre 1988

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le Lama blanc, tome 2 : La seconde vue, lui attribuant une note moyenne de 4,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

7 1 2012
   

Comme souvent dans les récits de Jodorowsky, on retrouve ici le thème du parcours initiatique. Dans ce contexte tibétain, avec ce jeune Gabriel Marpa qui doit acquérir connaissances et sagesse, ce thème est parfaitement exploité, parfaitement crédible, et très prenant. J'ai beaucoup aimé toute cette période d'apprentissage de Gabriel, faite d'arts martiaux et de philosophie : le suivre pas à pas dans la découverte de lui-même le l'a rendu d'autant plus sympathique et finalement, il devient vraiment un gamin attachant. L'autre partie du récit, qui concerne son père adoptif et le Yéti, m'a laissé plus dubitatif et je ne vois pas bien où Jodo veut m'emmener avec cette histoire promesse. Toujours est-il qu'introduire le Yéti dans cette histoire permet au scénariste d'introduire une nouvelle strate surnaturelle à son récit. Ce qui est parfaitement bien réussi dans cet album, c'est qu'en utilisant le Tibet comme cadre, Jodorowsky s'amuse à mêler ingénieusement et naturellement événements réels et surnaturels, et les deux s'imbriquent parfaitement.

Le dessin est toujours très réaliste, très précis, et souvent assez touchant, preuve que le dessinateur a su comprendre l'esprit voulu par le scénariste et surtout, le communiquer au lecteur.

Je suis toujours conquis par cette série pleine de richesses.

25 9 2007
   

Dans ce second tome, qui s'appelle justement la seconde vue, on assiste à la transformation du petit Gabriel. Il prend conscience de sa force, de ses pouvoirs. Mais son père adoptif meurt, à cause du Yéti qu'il pourchasse. Sur son lit de mort, le père adoptif de Gabriel exige de lui le serment qu'à son tour il pourchassera l'animal pour le tuer, et ainsi le venger. Gabriel le promet, et c'est déjà l'une de ses promesses forcées qui lui causeront bien des soucis. Et ce ne sera pas la seule. Cependant, le frêre de son père, son oncle, prend la direction de la maison, et décide que Gabriel doit aller vivre au monastère, De même, sa mère va devenir leur servante, ainsi que la soeur de Gabriel. Exilé de chez lui, c'est sur la route que commencera véritablement sa destinée. Face aux forces du mal, le jeune lama blanc devra apprendre à se connaître et ainsi puiser en lui les clefs de nouvelles puissances.

On l'a déjà dit, cette série lancera le succès du dessinateur,Georges Bess, en France, et le fera reconnaître comme l'un des meilleurs dessinateurs réalistes de la bande dessinée. L'auteur n'est jamais plus à son aise qu'en peignant ces villages tibétains et ces déserts de rocaille. Son amour de ces personnages et de leurs coutumes transparaît à chaque instant.

On ne présente plus le scénariste, Alexandro Jodorowsky. Après le succès de L'Incal et des Aventures d'Alef-Thau, il démontre ici une nouvelle fois son talent de faiseur d'histoire, ajoutant une véritable dimension mythique à son art du récit. Il donne toute sa mesure dans ce récit initiatique et magique.

Dans ce tome, Bess et Jodorowsky font de la quête spirituelle de leur héros un thriller métaphysique, une histoire à suspens où les rebondissements se succèdent sans jamais sacrifier à la qualité du propos. Un album indispensable.

1 11 2004
   

Gabriel a commencé son apprentissage avec le double de Tzu (voir tome précédent) qui le forme au combat. Pendant ce temps, Kuten, son père adoptif, chasse le Yéti que son propre père avait fait le serment de tuer. Chacun mène ainsi sa quête, rencontrant des difficultés dont le prix pourrait être lourd à payer…

"La seconde vue" estun tome aussi réussi que le prédédent. On voit grandir Gabriel qui apprend à chevaucher et à se battre, à plier son corps à la volonté de son esprit, à se préparer au destin grandiose qui lui a été promis. Jodorowski est en forme : son scénario est bien équilibré, le récit progresse et livre son lot de changements majeurs dans l'existence du héros.
L'aspect philosophique de la civilisation tibétaine est joliment rendu, sans prise de tête excessive et avec une dimension très intéressante pour un lecteur peu familiarisé avec ce type de croyances. Jodorowsky s'est certainement livré à un travail de recherche important pour rendre tout cela crédible et limpide. Je ne suis pas toujours fan de ses délires psudo-mystiques, mais ici, il réussit vraiment son coup.

Sur le plan graphique, "Le Lama blanc" a peu vieilli. George Bess, malgré la bonne quinzaine d'années qui s'est écoulé depuis la sortie de l'album, livre des planches précises et déploie un trait moderne. Les décors sont soignés (ce qui, dans ce type de récit, est fondamental), les personnages sont tour à tour dynamiques ou contemplatifs selon le type de scène. Le découpage est efficace (exemple : la planche 9 et ses douze cases intelligemment agencées).

"La seconde vue" confirme donc la bonne impression que le tome inaugural de cette série avait laissé. Espérons que Jodorowsky saura maintenir une qualité constante dans les derniers albums et donc éviter la diminution de l'intérêt qui avait frappé "L'Incal" qui avait pourtant démarré en trombe.