46 562 Avis BD |20 195 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
Tome 5 : Le Dirdir - volume 1
 

Le cycle de Tschaï, tome 5 : Le Dirdir - volume 1

 
 

Résumé

Le cycle de Tschaï, tome 5 : Le Dirdir - volume 1Afin d'acceder au résumé de Le cycle de Tschaï, tome 5 : Le Dirdir - volume 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le cycle de Tschaï, tome 5 : Le Dirdir - volume 1Et bien, nous voilà enfin au pays des Dirdirs ! Depuis le temps que l'on parle de ces ''hommes'' si dangereux, on voulait bien voir à quoi ils ressemblent…Surtout que depuis le premier tome, notre héro est accompagné d'un homme-dirdir dont les mœurs et le passé nous sont bien mystérieux. Voici donc l'occasion de découvrir ce terrible peuple de chasseurs cruels et performants.
Malgré tout, ce tome un peu moins politique, plus basé sur l'action est légèrement moins intéressant que les précédents. Certes, le scénario est toujours fluide, parfaitement maîtrisé et n'ayant jamais lu l'œuvre originale je ne trouve rien à redire sur les informations qui nous sont fournies. Toutes sont suffisantes afin de comprendre la trame de l'histoire, mais nous avons une masse supplémentaire d'informations 'inutile' uniquement afin de montrer la complexité de la planète et des meurs des habitants. Cela nous permet en même temps de mieux nous mettre à la place d'Adam qui semble parfois bien naïf et souvent perdu au milieu des rites, us et coutumes bien particuliers imaginés par Jack Vance.

Coté dessin, le style de Li-An est toujours aussi personnel. On aime ou non.
En revanche, j'ai fat une fixation sur les couleurs, belles et variées utilisées dans l'album. De ce coté, il n'y a rien à redire, c'est une réussite.


Chronique rédigée par Chalybs le 19/03/2007
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de ChalybsReflet de l'avatar de Chalybs
Statistiques posteur :
  • 1026 (91,94 %)
  • 52 (4,66 %)
  • 38 (3,41 %)
  • Total : 1116 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 67,24
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Septembre 2003

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le cycle de Tschaï, tome 5 : Le Dirdir - volume 1, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

10 7 2008
   

Cet album est un monument dans la série, un incontournable dans le récit. Si vous avez aimé les quatre premiers tomes, celui-ci contient l'essence même du scénario, un résumé a lui tout seul de l'ambiguïté et de l'absurdité du monde sur lequel Adam Reith a échoué. En bref, toute l'économie du pays repose sur les sequins, monnaie universelle de ce monde. Ces sequins poussent à l'état sauvage sur le territoire des Carabas, en couleurs diverses, dont la rareté détermine la valeur : un sequin pourpre en vaut cent blancs, cinquante pourpres, vingt écarlates, et ainsi de suite. Mais ce territoire est aussi le terrain de chasse des DIr_Dirs, qui tuent impitoyablement tous ceux qui osent s'y aventurer.

A partir de ce concept, Jack Vance a développé tout un échange complexe d'intérêts, tantôt communs, tantôt contradictoires : les Dirdirs utilisent les Carabas comme terrain d'entraînement pour leurs jeunes, donc encouragent son exploration par un jeu de règles compliquées, qui semblent laisser une chance aux aventuriers. Dans la ville voisine, on vend des cartes, de l'équipement, des conseils, on joue, on boit, on dépense les sequins durement gagnés. Un commerce parallèle s'est établis, plus ou moins honnête.

Au fil des pages, on se rends compte de l'extraordinaire talent de l'auteur, qui non seulement à mis au point une économie sans pareil qui tient la route (je voudrais bien voir les EURO pousser sur les arbres), mais qui en plus imagine pour Adaml Reith le moyen de tout foutre en l'air, en quelque sorte, car ce système a une faille. Le lecteur pourrait la chercher, car elle est évidente en vérité, mais la leture ne lui en laisse pas le temps, mélange de suspense et d'impatience auquel on ne peut échapper.

Autre bonus, le dessin s'est amélioré depuis le dernier tome, il semble que les héros ont acquis désormais leur physionomie définitive, ce qui rends la lecture plus aisée. Le dessin reste bon, la dynamique des actions est très bien rendue, il manque peut-être un peu plus de commentaires, que l'on trouve dans le roman, pour savoir un peu plus ce que pensent les uns et les autres, et connaître mieux leur personnalité. Là où le dessin doit suppléer à la description, l'album montre de nombreuses lacunes. Mais le lecteur peut se faire une idée tout seul des motivations des uns et des autres, après tout. Le personnage d'Hissam le Thiang est un poème à lui tout seul.

C'est sûrement le meilleur passage du roman, c'est forcément l'un des meilleurs albums, même si on peut faire quelques petites réserves. Mais c'est aussi peut-être ce tome qui peut vous décider à acheter la série. N'hésitez surtout pas ......