46 503 Avis BD |20 164 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 2 : Le Choucas s'incruste
 

Le Choucas, tome 2 : Le Choucas s'incruste

 
 

Résumé

Le Choucas, tome 2 : Le Choucas s'incrusteAfin d'acceder au résumé de Le Choucas, tome 2 : Le Choucas s'incruste, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le Choucas, tome 2 : Le Choucas s'incrustePour sa deuxième affaire, le Choucas voyage. Dans les rues sombres de Paris pour un rendez-vous anonyme et mystérieux, dans toute l’Europe à la recherche d’un disparu et enfin en province pour le dénouement de cette intrigue à tiroirs en compagnie de tous ses protagonistes.

« Vous et votre obstination ! Vous êtes un vrai kyste, Choucas »
La machination se met en place lorsqu’il doit récupérer un colis chez « ma tante » (l’autre nom du crédit municipal de Paris), les rouages se coincent un première fois lorsqu’il perd le précieux colis et petit à petit les différents éléments de l’affaire se mettent en place.
Le ton très décalé du premier tome est toujours de rigueur. Le Choucas mène l’enquête sans jamais dominer les événements. Malgré les échecs et les revers, son obstination le mène toujours plus près du but.

A nouveau Lax nous gratifie de quelques personnages secondaires amusants, plutôt stéréotypés comme le concierge statisticien et parfois sympathiques comme les deux voyoux lettrés

Dans ce deuxième volume, Lax persiste dans les couleurs sombres. Seul le jaune de la chemise du Choucas donne un peu de chaleur aux planches où le noir domine. Le mouvement est très bien rendu par les cadrages variés (parfois inspirés du cinéma). De même, les gros plans révèlent d’une part les émotions des personnages et d'autre part leur humanité et leurs faiblesses.

Bref, nous suivons les aventures du Choucas avec plaisir, ses traits d’humour et son cynisme nous arrachent même quelques sourires. Le scénario est bien construit mais se révèle un peu trop provoqué dans son déroulement pour être vraiment crédible. Un bon deuxième album malgré ses excès.

Une note de sympathie tout de même pour les amateurs de vin : la cuite des planches 38 et 45 (pages 40 et 47) est particulièrement « millésimée ».


Chronique rédigée par BronX le 13/11/2005
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de BronXReflet de l'avatar de BronX
Statistiques posteur :
  • 57 (93,44 %)
  • 4 (6,56 %)
  • Total : 61 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 2,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 11,88 11,88 11,88
Acheter d'occasion : 2,86
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.00
Dépôt légal : Février 2001

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le Choucas, tome 2 : Le Choucas s'incruste, lui attribuant une note moyenne de 3,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

23 6 2007
   

Après avoir appris les circonstances peu communes qui l’ont poussé à devenir détective privé, on retrouve le Choucas installé dans son ‘nouveau’ bureau de 33 m2. Mais, pour cette deuxième aventure, toujours aussi décalée, le Choucas ne va pas se contenter de Paris et va donc parcourir le monde à la recherche d’un des protagonistes de cette histoire.

Mais, le Choucas est encore très loin du professionnalisme et, tout comme dans l’enquête précédente, il va courir derrière les faits et ne jamais vraiment maîtriser la situation. Mais, si l’intrigue du premier tome avait su me séduire, l’intrigue de ce second volet semble un peu forcée et manque de crédibilité. Néanmoins, les jeux de mots habiles, l’humour et une narration en voix-off efficace parviennent à partiellement combler cette lacune.

Lax ("Les oubliés d'Annam", "Azrayen'", "L'Aigle sans orteils") va également nous livres quelques nouveaux personnages bien sympathiques, dont un amateur de vin qui plaira sans doute aux œnologues. Les noms de famille singuliers (Calendrier, Pardessus, Anorak) enlèvent encore un peu de crédibilité au récit, mais permettent à l’auteur quelques jeux de mots subtils.

Le dessin reste efficace et les images amusantes, utilisées pour la représentation graphique des sons, ajoutent encore un peu d’humour à ce polar sympathique.