46 504 Avis BD |20 165 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 3 : Le Choucas enfonce le clou
 

Le Choucas, tome 3 : Le Choucas enfonce le clou

 
 

Résumé

Le Choucas, tome 3 : Le Choucas enfonce le clouAfin d'acceder au résumé de Le Choucas, tome 3 : Le Choucas enfonce le clou, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le Choucas, tome 3 : Le Choucas enfonce le clouHabitué du clin d ’oeil, Lax s ’amuse à nouveau en multipliant les hommages plus ou moins discrets, nous pourrons ainsi découvrir un poster du Faucon Maltais dans l ’appart du Choucas ou un « baiser de l ’Hôtel de Ville » que n ’aurait pas renié Robert Doisneau.

Le style graphique colle très bien à l’ambiance générale de la série, tout comme dans les albums précédents. La mise en couleurs, toujours assez sombre, est avare en teintes éclatantes, hormis la chemise jaune et les chaussettes rouges du Choucas. Les visages sont particulièrement expressifs et côté personnages, les seconds rôles toujours très typés.
Le scénario est divertissant, nous suivons les traces du Choucas à la recherche des copains de classe du commanditaire de cette enquête. Le voyage à travers la France est émaillé de rencontres savoureuses: entre révolutionnaires corses et anciens lanceurs de pavés en ‘ 68, les bons mots sont souvent de circonstances. Retour aussi, pour notre plaisir, de Aristides Alibi et Gabin, deux des acteurs de la première affaire. Enfin, le final dévoile une machination plutôt efficace et sympathique.

Le contexte de l ’album est largement inspiré du monde pourri du petit écran avec toutes les dérives actuelles liées à une course à l ’audimat dépourvue de retenue et d ’esprit critique. Le personnage central de cette illustration est Jean-Christophe d’Aubaine, alias JCDA, star omniprésente du petit écran et charognard assoiffé de ragots. Lax nous livre ici une peinture au vitriol de ce milieu hypocrite et sans scrupules. A contre courant de la masse des tétéspectateurs, le Choucas boycotte assidûment JCDA et la télé poubelle. Pour reprendre ses mots: « il suffit de zapper un p’tit coup... ».

Exemple à suivre!


Chronique rédigée par BronX le 20/11/2005
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de BronXReflet de l'avatar de BronX
Statistiques posteur :
  • 57 (93,44 %)
  • 4 (6,56 %)
  • Total : 61 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 11,88 11,88 11,88
Acheter d'occasion : 6,18
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Février 2001

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le Choucas, tome 3 : Le Choucas enfonce le clou, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

23 6 2007
   

Une nouvelle aventure, toujours aussi abracadabrantesque, d’un Choucas qui semble de mieux en mieux maitriser son sujet. Une histoire pleine de rebondissements, mais bien moins tirée par les cheveux que la précédente.

Une enquête, qui va lancer notre détective à la recherche des personnes représentées sur une photo de classe de 1962 et va obliger notre Choucas à déployer ses ailes pour un petit voyage passant par Larzac et la Corse. Un jeu de piste très plaisant et baignant, comme d’habitude, dans des jeux de mots subtils, de nombreuses références et une bonne dose d’humour.

Durant cette traque, la Choucas va rencontrer de drôles d’oiseaux : un ancien soixante-huitard lanceur de pavés, un révolutionnaire corse, un chauffeur de salle, etc. Tout comme, le concierge du Choucas ou son copain chauffeur de taxi, ce sont tous des personnages bien typés que l’on prend plaisir à rencontrer.

De plus, dans ce troisième tome, Lax ("Les oubliés d'Annam", "Azrayen'", "L'Aigle sans orteils") va également lancer un regard critique vers ces émissions télés à grand audimat et leurs animateurs. L’auteur semble définitivement préférer les polars noirs et l’on ne s’en plaindra pas.