45 018 Avis BD |19 404 Albums BD | 7 698 séries BD
Accueil
Tome 1 : Bon sang ne peut mentir
 

Le Chevalier La Mort et le Diable, tome 1 : Bon sang ne peut mentir

 
 

Résumé

Le Chevalier La Mort et le Diable, tome 1 : Bon sang ne peut mentirAfin d'acceder au résumé de Le Chevalier La Mort et le Diable, tome 1 : Bon sang ne peut mentir, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le Chevalier La Mort et le Diable, tome 1 : Bon sang ne peut mentirMoi qui suis un passionné d’Histoire, j’avoue que cet album m’a laissé un peu de marbre. Les 11 premières pages sont une sorte de livre d’Histoire où est expliqué le pourquoi de cette nuit d’Août 1572. Assez lourd car le textuel et les imbroglios de la vie politique de cette période forment un mélange assez rébarbatif.

La suite ?… les quelques jours qui ont suivi ce complot, la rencontre avec Raleigh, avec le duc d’Alençon –frère du roi de France- et la nuit avec la sœur de ce dernier. Désolé mais, personnellement, le scénario est une suite de petites histoires qui, même si elles sont bien dessinées, sont assez rébarbatives à suivre. Il faut vraiment connaître ou être mordu de cette fin du 16ème siècle pour tout bien comprendre… et encore. Difficile de s’y retrouver dans les faits, les personnages, les situations, les alliances, les guerres dont cette période fut le théâtre.

Le dessin ?… une couverture annonciatrice d’un bon trait réaliste. C’est le cas, oui, mais quasi tous les personnages ont l’air de grands échalas efflanqués et au teint cireux. Costumes, décors et arrière-plans sont heureusement jolis et agréables à regarder ; résultant de nombreuses recherches historiques. Mais sans plus.

Tout ça pour ?… un album qui m’a déconcerté, parfois même rebuté, et pour lequel je n’ai pas ressenti un réel plaisir de lecture malgré ses qualités. Manque de « fluidité » dans le concept ?…de personnages sans charisme ?… je ne sais. Mais c’est ainsi. Album lu (difficilement) et classé. Pour longtemps.


Chronique rédigée par LYmagier le 24/08/2008
 
 
Avis de :Une BD décevante... Note de l'album : 2,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de LYmagierReflet de l'avatar de LYmagier
Statistiques posteur :
  • 2911 (92,44 %)
  • 154 (4,89 %)
  • 84 (2,67 %)
  • Total : 3149 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 2,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 9,98 9,98 9,98
Acheter d'occasion : 4,53
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.83
Dépôt légal : Janvier 1999

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le Chevalier La Mort et le Diable, tome 1 : Bon sang ne peut mentir, lui attribuant une note moyenne de 2,83/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

Agecanonix :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AgecanonixReflet de l'avatar de Agecanonix
16 2 2017
   

C'est une petite série qui comme "Les tentations de Navarre" figure parmi les moins connues du cycle "Les Sept vies de l'épervier" , mais elle n'en est pas moins très intéressante, et j'ai envie de la défendre au regard des avis précédents qui sont négatifs.
Cothias a toujours affirmé que lorsqu'il s'était lancé dans la série mère, il n'imaginait pas la richesse de l'époque qu'il allait traiter, à savoir le XVIIème siècle de Henri IV et de Louis XIII, et que les différentes séries venues se greffer sur sa base principale s'étaient imposées à lui de façon imprévisible, au coup par coup.
En dehors de la période médiévale, je m'intéresse aussi à la Renaissance et aux guerres de Religion qui malgré leur violence et leur dévastation ont forgé des courants de pensée et une politique royale souvent féroce. J'ai pu visiter plein d'endroits en France liés à tous ces événements...

Cothias lève donc le voile sur la jeunesse des 2 frères Yvon et Gabriel de Troïl, les "2 pères" d'Ariane, la série n'a pas d'implication directe dans le cycle principal, mais elle permet de mieux comprendre le caractère des 2 frères De Troïl. Le tome 1 s'intéresse directement à la Saint-Barthélémy, célèbre massacre sanglant du 24 aout 1572 dont Yvon sortira horrifié après l'assassinat de Coligny, certaines scènes atroces sont bien reproduites telles qu'elles ont pu se dérouler. Le ton est certes un peu didactique, mais en même temps, il est difficile de renseigner le lecteur sans tomber dans ce piège, dans cette période historique très chargée. La seule chose que je regrette, c'est le caractère mou et sans grand relief de Yvon de Troïl.

Sinon, c'est un bon album qui rend bien compte d'un événement atroce, grâce aussi à un bon dessin que j'ai apprécié ; le dessin d'Alain Robet est très ressemblant à celui de Juillard, certains ont l'air de trouver ça néfaste, je ne suis pas d'accord, je pars du principe que la filiation graphique qu'on y trouve ici s'accorde avec la série-mère, et alors ? où est le mal ? moi j'aime ça en tout cas. J'ai apprécié aussi le fait que Cothias n'ait pas commis d'erreurs comme il avait pu le faire dans d'autres séries.

10 12 2008
   

Le cycle de l'Epervier, dans lequel s'inscrit "Le Chevalier La Mort et le Diable", est certainement la plus ambitieuse construction scénaristique jamais publiée dans le domaine de la bande dessinée historique. Par des ramifications multiples (et inégales), Patrick Cothias explore les avant et après, voire les parallèles du cycle central "Les Sept vies de l'épervier" (bien que chronologiquement, "Masquerouge" soit le premier à paraître dans le magazine "Pif Gadget").

Ce premier album place plutôt la série dans les zones inférieures du Cycle. Déjà, par son trait, l'album n'est pas convaincant. Pourquoi s'acharner, en 1999 (date de sa sortie), à dessiner comme le maître Juillard ? Robet a d'évidentes qualités techniques, mais il marche tellement dans les traces de son illustre aîné que le lecteur risque de ne pas y trouver son compte. On préfère l'audace graphique de "Ninon secrète", autre ramification développée de l'arbre de l'Epervier, à ces planches qui manquent d'âme et de personnalité.

Cothias n'est pas en grande forme et ne rehausse donc pas la relative platitude du trait. Les interventions de Léonard et de la brune qui l'accompagne sont de mornes précisions historiques qui ennuieront le lecteur le plus passionné par le passé humain. Trop de planches s'apparentent à une histoire de France en bande dessinée - ce qui n'est pas du tout ce qu'on attend de la série. Cothias prend également le parti de ne pas éviter certains clichés (l'apparition de Margot se limite à la montrer comme une nymphomane écervelée) et le personnage principal, Yvon, manque cruellement de relief et l'on suit les péripéties sans jamais s'y impliquer vraiment.

Au final, l'album présente trop de faiblesses pour qu'on le recommande à tous. Seuls les fans du Cycle de l'Epervier y trouveront un intérêt suffisant pour justifier la poursuite de la découverte de la série - mais pas son achat en ce qui me concerne.