46 373 Avis BD |20 097 Albums BD | 7 870 séries BD
Accueil
Tome 2 : La conquête de l'espace
 

Le Château des Etoiles, tome 2 : La conquête de l'espace

 
 

Résumé

Le Château des Etoiles, tome 2 : La conquête de l'espaceAfin d'acceder au résumé de Le Château des Etoiles, tome 2 : La conquête de l'espace, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le Château des Etoiles, tome 2 : La conquête de l'espaceCe deuxième tome comble toutes mes attentes. La bonne impression du petit bijou que nous avions entre les mains est toujours bien présente : les dessins aux tons doux, des aquarelles de toute beauté, des traits très peu marqués, des cases aux cadres éclatées, des demi pages ou des pages entières, nous sommes a l’opposé d’une BD moderne, informatisée et commerciale. Même la couverture est jolie, rappelant les grandes œuvres de Jules Verne. D’ailleurs la transition est toute faite pour rappeler qu’Alex Alice n’a nullement l’intention de renier ses sources d’inspiration : Jules Verne pour l’époque, l’aventure steampunk, et Miyasaki pour le dessin dont les personnages lorgnent vers le manga et pour la poésie d’un « château dans le ciel » par exemple. L’auteur n’a clairement pas choisi les moins bons pour s’inspirer.

Pour le scénario non plus, Alex Alice ne s’est pas trompé. Les enfants ainsi que le père de Séraphin s’embarquent à bord de l’Ethernef pour conquérir le ciel et trouver l’éther. Mais tout ne va pas se passer comme prévu, et on finira par découvrir ce château des étoiles dont la série porte le titre. Ce deuxième tome est toujours linéaire, très adaptés aux enfants, mais qui plaira certainement aux adultes. La présence des enfants et de l’Ethernef donne un petit côté « mystérieuses cités d’or » qui rappellera sans doute à certains leur jeunesse (j’en fais partie). Ce deuxième tome clos le premier cycle qui sera suivi par un autre, il reste quelques portes ouvertes qui seront peut-être refermées à cette occasion.

Plaisir des yeux, plaisir de l’imagination et très poétique, cette œuvre m’a beaucoup plu et j’ai pris un réel plaisir à la feuilleter et à m’attarder sur chaque case.


Chronique rédigée par Olivier73 le 06/11/2015
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Olivier73Reflet de l'avatar de Olivier73
Statistiques posteur :
  • 1905 (80,31 %)
  • 39 (1,64 %)
  • 428 (18,04 %)
  • Total : 2372 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,30 13,30 13,30
Acheter d'occasion : 8,62
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.33
Dépôt légal : Septembre 2015

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le Château des Etoiles, tome 2 : La conquête de l'espace, lui attribuant une note moyenne de 4,33/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

11 12 2016
   

Le premier tome mettait l’eau à la bouche et ce second en reprend toutes les qualités pour proposer une histoire dans un environnement totalement différent. En effet l’éthernef s’envole vers les étoiles et le voyage qui est présenté ici, exploitant assez judicieusement la face cachée de la lune, est des plus poétiques et haletant. Les explications scientifiques de cette fin de XIXème siècle peuvent paraître fantaisistes, mais l’univers Steampunk présenté, ainsi que les découvertes de nos héros rendent le tout parfaitement cohérent. La personnalité de Ludwig II de Bavière habite cette œuvre, et confère un charme fou à cette histoire, alors que les personnages présentés sont avant tout sympathique. L’album pourrait presque paraître vide d’aventure, dans la mesure où nos héros ne rencontrent pas le moindre extra-terrestre et se retrouvent sur une Lune inhabitée, et pourtant, on ne s’ennuie aucunement dans ces pages qui présentent de belles relations humaines, de belles envolées poétiques, et de superbes images… Parce que le dessin de cet ouvrage vaut avant tout le coup d’œil : les couleurs pastels sont douces mais les dessins ne manquent pas de force, les personnages ont des bouilles sympathiques mais leur force de caractère est également visible, et l’ethernef, l’etherite, ce château lunaire, font preuve d’une belle inventivité graphique.

Typiquement le genre d’album qui me réjouit, d’autant que les conclusions faciles sont évitées. Tout cela est très solide, et représente pour moi un superbe moment de lecture.

11 11 2015
   

Ce second volet propose la suite et fin de cette première aventure en deux tomes, qui invite à suivre le jeune Séraphin, qui rêve de voyager dans l’espace après que sa mère ait prouvé l’existence de l’éther. La version cartonnée de ce récit feuilletonesque reprend les épisodes #4 à #6 de la pré-publication en grand format, sous forme de journal. Dès la couverture, ce nouveau volet sent à nouveau bon les aventures de Jules Verne…

Le lecteur retrouve immédiatement les personnages qu’il avait abandonnés sur le Rocher du Cygne en Bavière. Nos amis y avaient en effet embarqué à bord de l’éthernef afin d’échapper au chambellan Hagen von Gudden, l’espion à la solde de la Prusse du redoutable Bismarck. Le voyage n’est cependant pas de tout repos pour Séraphin, son père le professeur Dulac, le Roi Ludwig, Hans et Sophie, car quelqu’un a subtilisé le variateur électro-éthérique… provoquant ainsi une réaction en chaîne qui propulse l’engin dans l’espace…

En partant de l’hypothèse de l’existence de l’éther et en ancrant son récit en 1869 dans une Prusse Bismarck qui cherche bien évidemment à exploiter cette précieuse énergie, Alex Alice livre un album à l’ambiance légèrement steampunk, qui mêle aventure, espionnage, conspiration, avancée technologique et suspense. Si le premier volet présentait les différents personnages et se déroulait dans la Bavière du XIXe siècle, l’histoire décolle dans tous les sens du terme lors de cette conclusion. Action et mystères sont en effet au rendez-vous de cette suite qui emmène nos héros dans les confins de l’espace, jusque sur la face cachée de la Lune. Des amusants Hans et Sophie au jeune héros sympathique et immédiatement attachant, qui accentue encore l’aspect tout public de cette aventure prenante et légère, les personnages sont toujours aussi attachants. Si Séraphin est toujours sur les traces de sa mère, le lecteur en apprend par contre plus sur les véritables intentions du roi Ludwig…

Visuellement, les crayonnés mis en couleur directement, les tons pastels et le design des personnages renvoient également à une œuvre orientée jeunesse. Dans un style qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler le travail de Hayao Miyazaki, Alex Alice livre un récit incroyablement rythmé, qui multiplie les paysages sublimes.

Et finissons sur une bonne nouvelle car la saga ne s’arrête apparemment pas là : un second cycle intitulé « Les chevaliers de Mars » est en effet d’ores et déjà annoncé.