46 341 Avis BD |20 081 Albums BD | 7 869 séries BD
Accueil
Tome 1 : 1869 : La conquête de l'espace
 

Le Château des Etoiles, tome 1 : 1869 : La conquête de l'espace

 
 

Résumé

Le Château des Etoiles, tome 1 : 1869 : La conquête de l'espaceAfin d'acceder au résumé de Le Château des Etoiles, tome 1 : 1869 : La conquête de l'espace, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le Château des Etoiles, tome 1 : 1869 : La conquête de l'espacePrépublié en forme de gazette d'époque avec de vrais faux articles sur cet univers à la Jules Verne, voici la version cartonnée du dernier Alex Alice ("Le Troisième testament", "Siegfried").
Commençons par l'objet. Il faut reconnaitre qu'il est superbe. Couverture et tranche toilées pour coller à l'ambiance "vintage" de l'univers. La couverture en elle-même est également très réussie. Elle présente les portraits des personnages principaux et donne l'impression au lecteur de contempler la Terre vue d'un hublot de vaisseau spatial. L'ensemble fera penser aux livres de collection des histoires de Jules Verne. Un bien bel objet donc.
Et quand on ouvre le livre, le spectacle continue. Comme toujours avec Alice, c'est superbe. Un dessin léger, aérien qui donne des allures myazakiesques à cette aventure. La colorisation pastel achève de donner un charme tout particulier à l'ensemble. Que ce soient les décors, les costumes, les personnages ou les vues de l'espace (en pleine page), c'est régal pour les yeux.
Après, reste l'histoire. Le steampunk est à la mode de nos jours, et Alice surfe allégrement sur la vague. Personnellement, c'est un genre qui me plait assez donc je ne suis pas en overdose. L'idée de placer son univers dans une espèce d'uchronie mettant en scène la Prusse et la Bavière est intéressante. Bismarck est typiquement le genre de personnage historique qu'on a envie d'employer quand on s'essaye à ce genre. Personnage fort du XIXe siècle, il reste suffisamment "méconnu" pour alimenter tout un tas de fantasmes propices à l'uchronie.
Le scénario est somme toute classique, mais efficace. On se prend au jeu de cette conquête de l'espace qui commence en 1869 (pile 100 ans avant le premier pas de l'Homme sur la Lune). Si Alice réussit à nous surprendre pour la suite, on ne sera pas loin du chef d'oeuvre.

En attendant, "Le Château des Etoiles" reste une excellente BD au graphisme époustouflant.


Chronique rédigée par david le 30/10/2014
 
 
Statistiques posteur :
  • 559 (44,51 %)
  • 290 (23,09 %)
  • 407 (32,40 %)
  • Total : 1256 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,30 13,30 13,30
Acheter d'occasion : 6,95
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.13
Dépôt légal : Septembre 2014

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le Château des Etoiles, tome 1 : 1869 : La conquête de l'espace, lui attribuant une note moyenne de 4,13/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

3 2 2016
   

Superbe premier album d'une série qui s'annonce à la fois trépidante et poétique.

Poétique parce choisir Ludwig II en passionné des étoiles, cherchant par tous les moyens à gagner l'espace, est finalement un superbe hommage à ce personnage. Un roi lunatique, et certains diront même fou, obsédé par Wagner (que l'on voit ici), et qui laissera tout un tas de châteaux les uns les plus fous que les autres, tels Neuschwanstein... Alors, quel meilleure figure pour expliquer ce titre ?

Mais l'action est également trépidante, puisque tout ceci prend place dans une contexte beaucoup plus terre-à-terre d'intrigue politique, avec un Bismarck qui veut annexer la Bavière... Et pour chapeauter le tout, on a le droit à des jeunes personnages, tels que Hans ou Séraphin, qui permettent au jeune lectorat de s'identifier.

Le dessin est tout en douceur, tout en détails les plus fous (il en faut bien pour inventer ces moyens de locomotion hors du commun), tout en caractère... Pour moi, Alex Alice livre ici un ouvrage très complet, qui invite au voyage, dans l'Histoire et vers les étoiles. L'ensemble est, malgré la folie apparente du scénario, parfaitement cohérent et si certains éléments semblent très peu surprenants (comme le coup du traître à son roi), ce premier album est une bien belle réussite.

13 2 2015
   

Je n’arrête pas de vouloir appeler cette BD « le château dans le ciel ». Evidemment le titre y est pour beaucoup, mais le reste aussi. Le dessin fait très Myazakhien, les personnages sont hauts en couleur avec des têtes rondes qui attirent la sympathie d’emblée. Les couleurs directes sont absolument splendides. Bref, vous l’aurez compris, rien que l’objet en lui-même est magnifique, tient même la couverture donne envie d’acheter le bouquin sans se poser de questions et ça c’est un tour de force.
Bon, c’est pas tout ça, mais l’histoire me direz-vous ? Eh bien c’est très bien aussi, à la fois aventure un brin steampunk mais réaliste malgré tout, et pour moi qui n’aime pas vraiment ce genre, je suis plutôt séduit, ce qui veut dire que sa présence reste discrète. Tout est bien pensé dans ce scénario : le gamin qui part sur les traces du carnet de sa mère, la conquête de l’espace, l’éther, dans une époque et un pays encore peu exploitée en BD (1869 – Prusse – Bismarck) tout ça est très engageant pour la suite. Surtout que le découpage est aussi très bien vu, on prend son temps pour s’attarder sur chaque case, tout est fait pour se démarquer de la monotonie d’un gaufrier.
Bien sûr la couverture fait penser à Jules Verne, est Alex Alice le revendique à juste titre : l’aventure est grande et cette histoire aurait pu être pensée par l’écrivain. La découverte de l’espace en montgolfière grâce à l’éther vaut bien un sous-marin dirigé par le capitaine Némo.
Une très grosse envie de lire la suite.

12 11 2014
   

Après "Le Troisième testament" et "Siegfried", Alex Alice change totalement de registre en proposant une aventure tout public à l’atmosphère beaucoup plus légère. Dès la couverture, cet album sent bon les aventures de Jules Verne et l’histoire confirme immédiatement cette première impression. Le récit invite en effet à suivre le jeune Séraphin, qui rêve de voyager dans l’espace après que sa mère ait prouvé l’existence de l’éther.

Pré-publié en trois épisodes de grand format, sous forme de journal, ce récit feuilletonesque a donc également droit à une belle édition en album cartonné. En partant de l’hypothèse de l’existence de l’éther et en ancrant son récit en 1869 dans une Prusse Bismarck qui cherche bien évidemment à exploiter cette précieuse énergie, Alex Alice livre un album à l’ambiance légèrement steampunk, qui mêle aventure, espionnage, conspiration, avancée technologique et suspense. Le jeune héros sympathique et immédiatement attachant accentue encore l’aspect tout public de cette aventure prenante et légère.

Visuellement, les crayonnés mis en couleur directement, les tons pastels et le design des personnages renvoient également à une œuvre orientée jeunesse. Le nouveau style d’Alex Alice n’est d’ailleurs pas sans rappeler le travail de Hayao Miyazaki.

Un excellent album !