46 504 Avis BD |20 165 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 14 : Enlèvements
 

Le Chant des Stryges, tome 14 : Enlèvements

 
 

Résumé

Le Chant des Stryges, tome 14 : EnlèvementsAfin d'acceder au résumé de Le Chant des Stryges, tome 14 : Enlèvements, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le Chant des Stryges, tome 14 : EnlèvementsNouvel épisode de la guerre des Stryges. Après un début de cycle qui m’avait un peu perdu avec les personnages disséminés aux quatre coins du scénario et des positions pas très claires de chacun des protagonistes, j’ai ici pu retrouver le fil de l’histoire et enfin comprendre où chacun voulait en arriver.
En plus de cela, de nouveaux personnages intègrent la série. L’incontrôlable Sinner, dans son délire malsain et gore, trouve un rôle à double tranchant, ennemi ultime de tout le monde, mais pièce maitresse dans les plans de certains. Il est intéressant de savoir comment son personnage va évoluer et comment chacun va pouvoir manipuler les autres…
Le scénario est une fois encore parfaitement ficelé. Corbeyran semble savoir où il va. L’ensemble est parfaitement cohérent et fluide. L’album se lit sans forcer notre talent et je suis arrivé au bout content de ma lecture sans pour autant être transcendé. Les pièces continuent de se mettre en place et j’avoue qu’aujourd’hui, tel le cheval sentant l’écurie, j’aimerai un peu que cette série prenne fin afin de nous apporter enfin tous l’éclaircissement dont nous rêvons.
Alors, non, en revanche, ce n’est clairement pas la qualité de la série qui me lasse, mais bien que finalement après 14 ans à suivre nos héros avec un même trame principale, comme toute chose, il serait bon que cela trouve une fin. J’ai eu le même effet avec d’autres séries "XIII" ou "Thorgal" pour n’en citer que 2. Et encore Thorgal, j’ai réussi à raccrocher les wagons quand les autres on trouvé un autre point de vue avec le fils Jolan.

Coté dessin, c’est du Richard Guérineau. Fidèle au poste depuis le début de la série je ne peux que le remercier pour la qualité de son travail qui a toujours contribuée à mon estime pour cette série. Son découpage, sa mise en page, son dynamisme son vraiment appréciables.

Coté couleur, en revanche, on ne peut pas parler de stabilité avec encore un nouveau aux pinceaux numériques. Luca Malisan reprend la série avec succès. Ses couleurs sont belles et contrastées. L’effet informatique passe par là mais sait se faire plutôt discret pour un résultat plaisant sans être ce que j’appelle magnifique.

Une bonne suite pour tous ceux qui aiment la série.


Chronique rédigée par Chalybs le 03/02/2012
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de ChalybsReflet de l'avatar de Chalybs
Statistiques posteur :
  • 1026 (91,94 %)
  • 52 (4,66 %)
  • 38 (3,41 %)
  • Total : 1116 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 10,36
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.25
Dépôt légal : Novembre 2011

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le Chant des Stryges, tome 14 : Enlèvements, lui attribuant une note moyenne de 3,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

7 4 2015
   

Après une treizième tome qui lançait efficacement un nouveau cycle, et relançait ainsi l'histoire des Stryges, je trouve que cet album renoue avec une mauvaise habitude du scénariste : celle de faire traîner en longueur le développement du scénario. Certes, les premières pages de cet ouvrage se révèlent intéressantes, mettant en avant les personnalités si proches et si différentes de Abeau et de Cylina, ainsi que leurs plans respectifs.

Mais le reste semble une redite de ce qui a été introduit dans le tome précédent : on s'approchera à peine plus de la femelle Stryge que Debrah cherche à capturer, et si le rôle de Sinner commence à s'épaissir, on a du mal à comprendre pourquoi il en veut autant à Nivek. Pour moi, c'est un moyen un peu gros qui permet à Nivek d'avoir un ennemi commun avec Debrah mais avec le recul, on se demande pourquoi Sinner s'est évadé en embarquant Nivek avec lui dans le tome précédent, et pourquoi il fait une fixation sur ce personnage. Un moyen donc de faire revenir Kevin dans l'histoire, mais un moyen peu convaincant, tout comme la rencontre entre Jill et Nivek et début d'ouvrage.

On réinsiste donc sur cette idée selon laquelle Debrah doit choisir entre perpétuer les recherches permettant aux Stryges de se reproduire ou au contraire précipiter l'extinction de la race, on réinsiste sur la mission première d'Abeau et de Cylina et finalement, les relations entre ces trois personnages sont en cohérence avec l'univers des Stryges. En revanche, Nivek semble avoir du mal à trouver naturellement sa place dans cette intrigue, et les efforts pour le remettre au centre de la série qui lui est associée ne sontpas toujours très adroits, ce qui se sent particulièrement dans un contexte où le rythme devient moins enveloppant, et dans lequel l'histoire de fonds a du mal à avancer.