46 504 Avis BD |20 165 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 12 : Chutes
 

Le Chant des Stryges, tome 12 : Chutes

 
 

Résumé

Le Chant des Stryges, tome 12 : ChutesAfin d'acceder au résumé de Le Chant des Stryges, tome 12 : Chutes, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le Chant des Stryges, tome 12 : ChutesMais c'est terrible !
Cet album n'est toujours pas ajouté à la base de CoinBD !
Pourtant, j'aurai pensé que cette série était plus suivie…En tout cas, elle le mériterait !
Personnellement je suis toujours accro à cette série. Cela fait maintenant 12 ans que je la suis, et oui, 12 albums de sortis, 12 années de bonheur et 2 cycles complets. Car ce dernier album marque la fin du 2ème cycle.
Contrairement aux albums précédents, la couverture fait preuve d'une belle simplicité. Alors que toutes les couvertures précédentes présentent Debrah avec en arrière plan son ennemi du jour, ici, rien, Debrah est face au vide, face à elle-même. Devinez alors qui sera son principal adversaire dans cet album ?
Non, ses principaux adversaires restent Sandor G Weltam et Crandl. Pour ceux qui ont lui les albums précédents ils sauront, pour les autres, je ne voudrais pas trop en dire.

Toujours est-il que Debrah se retrouve face à face, nue, exposée, à la merci de Weltam. Celui-ci va alors lui expliquer toute son histoire, toute sa folie, lui dévoiler l'origine de ses liens avec les Stryges et le pacte qu'il avait conclu avec ces êtres. Alors, dit comme ça, on peut penser que cela va manquer d'originalité. Que Corbeyran en manque d'inspiration ne sait pas comment livrer au lecteur un contenu digne d'intérêt mais complexe. Alors, Corbeyran prend classiquement le méchant qui déballe bêtement le comment du pourquoi au héro par surestime de soit avant de le tuer ? Non, Corbeyran va bien au-delà de ça. Certes, l'idée y est tout de même un peu. Mais Corbeyran rebondit habilement afin de donner une raison à ce déballage d'informations.
Weltam est fou, Weltam est Schizophrène, Weltam a un vrai service à demander à Debrah et pour prendre sa décision, elle doit maitriser tous les tenants et aboutissants.
Un épilogue au second cycle, plus dans le psychologique que dans l'action, mais toujours aussi bien maitrisé par le scénariste.
Parallèlement, nous suivons Nivek qui a perdu Melissa. Corbeyran sans concession, sacrifie une pièce de son jeu. Apport sentimental indéniable qui ajoute au réalisme et à la qualité de la série.
Et enfin, nous découvrons le pouvoir d'Abeau.

Ah ! Nous découvrons enfin les mains de Debrah…Nous apprenons ce qu'elles ont, mais pas comment cela s'est produit. A suivre dans le 3ème cycle surement ! D'ailleurs il va me falloir relire le premier cycle afin de valider cette révélation et vérifier la cohérence de la série.
J'en profite pour rebondir et préciser que je viens de relire tous les tomes précédents de ce cycle et que ce fut à nouveau un vrai plaisir, aucune lassitude à les redécouvrir !

Beaucoup de révélations, beaucoup de nouvelles questions, une vraie fin de cycle.

Coté graphisme, Guérineau maitrise son art. Il produit un dessin hyper constant. Impossible de ne pas le reconnaitre ou de changer d'opinion sur son travail. Son trait est toujours dynamique, les cadrages, les proportions parfaitement maitrisées. Malgré tout, toujours ma critique vis-à-vis de son trait manquant de précision dès lors que le sujet prend de la distance. Sur les gros plans, pas de problème, mais dès que l'on a des vues d'ensemble, le dessin manque de détails.
Heureusement que la couleur permet alors de rattraper le coup. Reconnaitre Nivek sans couleur tiendrait de l'insurmontable. Juste le fait de le rendre blond permet alors de le différencier.
La couleur pourtant n'est pas la meilleure. Christian Favrelle restant à mon goût celui ayant eu le meilleur apport sur la série avec des couleurs contrastées, une bonne palette et un bon réalisme. Ici, Raphael Hédon propose une mise en couleur plus lourde, moins fine qui ne met pas autant en avant le dessin de Guérineau. La lumière fait parfois un peu irréelle.

Une excellente fin à ce second cycle !


Chronique rédigée par Chalybs le 24/03/2009
 
 
Statistiques posteur :
  • 1026 (91,94 %)
  • 52 (4,66 %)
  • 38 (3,41 %)
  • Total : 1116 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 3,23
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.33
Dépôt légal : Décembre 2008

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le Chant des Stryges, tome 12 : Chutes, lui attribuant une note moyenne de 3,33/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

21 11 2009
   

Encore une fois, je suis déçu, et c'est d'autant plus dommage qu'il s'agit de l'épilogue du second cycle! J'ai trouvé que jouer sur la folie de Weltman était une bonne idée, qu'elle permettait d'expliquer un peu plus certains aspects du scénario du second cycle, et dont la cause est plutôt crédible. Un bon élément à porter au crédit du scénario, sans compter que l'on en apprend un peu plus sur ce que devait faire Weltman pour les Stryges et sur le mal qui ronge ces derniers.

Mais au niveau des bonnes idées, cela s'arrête là et les questions sont encore trop nombreuses ! Je n'ai pas bien compris pourquoi Weltman s'était arrêté de travailler pour les Stryges et la présentation du scénario est pour le moins confuse ! J'ai été un peu perdu dans l'enchaînement des idées, je n'ai pas bien compris pourquoi on présentait les travaux de Weltman de façon non linéaire, avec parfois des éléments qui se contredisaient... Enfin, l'origine de Debrah reste un immense mystère et on voit mal, selon les explications données, la raison de sa nature. Mais peut-être tout cela viendra-t-il s'éclairer dans le troisième cycle. Une fin de cycle marquée par moins de dynamisme qu'auparavant, beaucoup plus statique, et finalement moins entrainant. Les dessins restent de qualité avec malheureusement une colorisation qui ne lui rend pas hommage.

Enfin, l'histoire de Nivek, Abeau et Cylinia a pour moi un goût d'inachevé et j'ai trouvé dans l'ensemble, que ces personnages auraient gagné à être mieux exploités au cours de ce cycle. La présentation qui en est faite dans ce tome est dans lignée des précédents, un peu décevante.

L'ensemble est donc inabouti, très concentré sur une présentation de certains événements qui pour moi, auraient mérité plus de développement, plus de rigueur et aussi plus de dynamisme.

8 6 2009
   

Je suis un peu déçu par ce tome qui vient conclure la deuxième saison du "Chant des Stryges".

Grâce à de nouvelles révélations, ce tome continue certes sur l’élan du tome précédent, mais l’histoire de Sandor G.Weltman contient beaucoup trop de longueurs pour être vraiment prenante. Délaissant l’action, l’auteur se lance ici dans une avalanche narrative pleine de répétitions et de longueurs, comme s’il éprouvait du mal à remplir toutes les pages de cet album.

La fin, qui ouvre la porte à un nouveau cycle en mettant l’accent sur les mystères et la destinée de Debrah Faith démontre une nouvelle fois le talent de Corbeyran à gérer son suspense, mais le reste de l’album est malheureusement un peu soporifique. De plus, le plan de Sandor G.Weltman ne m’a pas vraiment convaincu.