46 534 Avis BD |20 177 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 2 : Le troisième jour
 

Le Casse, tome 2 : Le troisième jour

 
 

Résumé

Le Casse, tome 2 : Le troisième jourAfin d'acceder au résumé de Le Casse, tome 2 : Le troisième jour, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le Casse, tome 2 : Le troisième jourLe point fort de cet album, c'est son originalité. Remonter vers l'an 30 pour proposer une réinterprétation de l'une des plus fameuses mises à mort de l'Histoire est une idée séduisante. Cela va faire grincer quelques dents de bigotes, mais le bédéphile athée et/ou tolérant va trouver assez succulente cette nouvelle version de la crucifixion et de ses suites !

Meunier et Guérineau optent résolument pour une version moderne de ces événements vieux de deux millénaires. Non seulement ils ne cherchent pas absolument à faire couleur locale, mais ils imposent un vocabulaire des années 2000 qui donne d'emblée au lecteur le recul nécessaire pour apprécier cette farce religieuse. Il y a beaucoup d'humour et forcément d'impertinence dans ce "Troisième jour", qui voit comploter l'entourage de Jésus sans jamais faire parler ni même montrer clairement le Messie adoré par les chrétiens. Et on finit même par trouver cela convaincant, si l'on est d'un esprit cartésien et que la résurrection n'est pas admise en soi comme un événement digne de foi...

Le dessin de Guérineau est plutôt agréable, bien qu'on puisse lui reprocher un manque de personnalité et de chaleur. Le récit est assez dense et constitue, comme les autres titres de la série, un one-shot qui se suffit à lui-même. Avec une soixantaine de planches, le récit a la place nécessaire pour se déployer.

Une lecture bien distrayante, suffisamment marquante pour que vous envisagiez sérieusement de découvrir l'album si vous êtes un bédévore déclaré.


Chronique rédigée par Jean Loup le 28/09/2010
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Jean LoupReflet de l'avatar de Jean Loup
Statistiques posteur :
  • 1313 (63,80 %)
  • 390 (18,95 %)
  • 355 (17,25 %)
  • Total : 2058 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 14,73 14,73 14,73
Acheter d'occasion : 8,50
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.17
Dépôt légal : Mars 2010

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le Casse, tome 2 : Le troisième jour, lui attribuant une note moyenne de 3,17/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

11 5 2012
   

Dans une série dont l'objet et de présenter une déclinaison de casses les plus fous les uns que les autres, ce scénario est assez bien trouvé, puisqu'il propose de nous donner une version du tombeau vide de Jésus au troisième jour dans cette optique un peu particulière. L'idée est assez séduisante et a tout pour plaire, et devient presque crédible en nous présentant cette Marie-Madeleine en grande ordinnatrice de ce qui sera certainement le plus grand vol de l'histoire. L'idée est assez marrante et du coup séduisante. D'autant que Marie-Madeleine joue en quelques sortes son propre rôle et on revient à son métier premier, dont elle se servira pour arriver à ses fins. D'autant également que l'on connaît la fin du récit, et que l'entreprise de Marie-Madeleine a toutes les chances de réussir. Mais ce que j'ai particulièrement apprécié dans cette vision de l'Histoire, c'est que les auteurs laissent la place à toutes les interprétations possibles. En effet, si le corps est bel et bien volé, il n'en reste pas moins que les auteurs laissent planer une doute quant au véritable mystère, à savoir la résurrection. Ce doute qui plane est parfaitement étudié et relève le niveau.

Mais dans sa réalisation, cet album m'a semblé un peu terne, un peu morne et je me suis un petit peu ennuyé. Le dessin n'a rien de particulièrement remarquable, il paraît même un peu fade. Il y a de grande et longues discussions, notamment entre Marie Madeleine avec Jacques et Longinus, ou entre Longinus et Judas, qui ont du mal à maintenir éveillé. Il faut dire que dès les premières pages, on a compris où les auteurs veulent nous emmener et on est un peu pressé d'arriver au dénouement. Dans ces conditions, tout semble long, d'autant que l'auteur n'a pas fait grand chose pour rendre ces discussions particulièrement intéressante. Toute cette partie avec les gardes du tombeau est dans cette même veine : elle a du mal à intéresser le lecteur et on s'ennuie à écouter ces deux gardes et leurs blagues pourries, pendant que Marie-madeleine et Jacques , près de là, nous expliquent par le menu comment ils vont procéder. La discussion qui n'en finit plus en Longinus et judas a enfin beaucoup de mal à s'inscrire dans le récit et alourdit encore le scénario.

L'idée initiale était ingénieuse mais on ne retrouvera pas cette ingéniosité ni dans le dessin, ni dans le déroulement du scénario, qui se révèle longuet, un peu lourd, avec beaucoup d'échanges dont on se moque un peu et qui rendent l'ensemble ennuyeux.

26 4 2011
   

"Le Casse", c’est une série-concept, genre "Sept", composée de one-shots indépendants, proposés par des auteurs différents et ayant comme sujet commun, le montage d’un casse d’envergure. Après un très bon premier tome signé Christophe Bec et Dylan Teague, ce sont Henri Meunier et Richard Guerineau qui s’attaquent à ce deuxième casse.

En ne proposant pas un véritable casse, mais une revisite de la crucifixion de Jésus de Nazareth, les deux auteurs proposent une approche pour le moins inattendue de ce concept, mais finalement très réussie. Se basant sur un récit et un contexte historique connus de tous, Henri Meunier et Richard Guerineau manipulent l’Histoire au profit d’un récit subtil et finalement aussi drôle que prenant. Transformer le Christ en magot, Marie-Madeleine en chef de gang et Jacques le Juste en complice est déjà assez amusant et osé, mais les auteurs ne s’arrêtent pas en si bon chemin et vont même jusqu’à montrer une Marie-Madeleine légèrement dénudée, proposant un plan à trois à deux gardes romains à l’intelligence digne de ceux d’"Asterix". Désopilant !

Au niveau du graphisme, le style réaliste de Richard Guerineau, rehaussé par les couleurs de Delf, est parfaitement adapté au récit et contribue à restituer l’ambiance antique de l’époque.

Un très bon deuxième tome !