45 022 Avis BD |19 404 Albums BD | 7 698 séries BD
Accueil
Tome 5 : Gold Rush
 

Le Casse, tome 5 : Gold Rush

 
 

Résumé

Le Casse, tome 5 : Gold RushAfin d'acceder au résumé de Le Casse, tome 5 : Gold Rush, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Le Casse, tome 5 : Gold RushAlaska, 1899. Hermès Coltrane, prestidigitateur de renom et ancien braqueur de trains, tombe sur un ancien comparse, récemment évadé de prison et dont la tête est mise à prix dans tout le pays. L’air libre ne suffisant pas au bonheur de Zachary McMahon, il propose un coup fumant à son ami de longue date. Les deux cowboys décident alors de former une équipe afin d’essayer de dérober « The Stone », la plus grosse pépite d’or jamais découverte. L’attrait du gain n’est d’ailleurs pas leur seul leitmotiv, car la fameuse pierre aurifère de plus de cinquante kilos appartient au colonel Sebastian Zondrick, un ennemi commun de logue date. Les retrouvailles risquent d’être explosives !

« Gold rush » est déjà l’avant-dernier de cette série-concept composée de one-shots indépendants, proposés par des auteurs différents et ayant comme sujet commun, le montage d’un casse d’envergure. En proposant un braquage assez classique, composé de la phase de recrutement, de l’élaboration du plan et du casse en lui-même, ce cinquième volet répond d’ailleurs parfaitement au cahier des charges. Comme le titre de l’album laisse présager, l’objet de toutes les convoitises est bel et bien le célèbre métal précieux jaune. Pour l’occasion, le trio d’auteurs italiens emmène donc le lecteur dans l’Ouest américain sauvage, inscrivant ce nouvel hold-up dans le genre western.

L'amateur y trouvera d’ailleurs tous les éléments indispensables à son bonheur : saloons, shérifs, hors-la-loi, une ville de chercheurs d’or, des fusils pour dialoguer et l’indispensable attaque de train. Sans révolutionner le genre, cette histoire teintée de vengeance s’avère parfaitement menée et parvient à entretenir le suspens jusqu’en toute fin d’album. Grâce au dessin très soigné d’Antonio Sarchione, le graphisme fait preuve de la même efficacité. Le découpage cinématographique et le casting équilibré viennent également conforter l’ambiance far west insufflée par le scénario.

Au sein d’une saga qui ne produit pas que des pépites, ce nouveau tome permet de confirmer que le filon s’avère très bon !


Chronique rédigée par yvan le 23/12/2010
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2344 (58,32 %)
  • 1104 (27,47 %)
  • 571 (14,21 %)
  • Total : 4019 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 14,73 14,73 14,73
Acheter d'occasion : 8,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.17
Dépôt légal : Octobre 2010

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Le Casse, tome 5 : Gold Rush, lui attribuant une note moyenne de 3,17/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

Agecanonix :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AgecanonixReflet de l'avatar de Agecanonix
14 4 2017
   

Dans cette série concept des Casses, cet épisode aurait pu être cent fois meilleur ; malheureusement, certains détails plombent un peu l'ensemble. Ce qui m'a le plus dérangé, c'est la lenteur, le récit est bien trop long à démarrer, parce qu'en fait, le casse en lui-même est très rapide en regard de sa préparation très lente. Malgré ça, les personnages ne sont pas tous très creusés, et le texte est un peu trop abondant, alors que dans un western, ça ne doit pas être très verbeux, à l'image des westerns italiens où les dialogues étaient rares...

D'autre part, ce happy end avec ce mariage bâclé semble bafouer les codes du western, c'est peu crédible et malvenu pour clore ce récit ; des scènes sans réelle utilité auraient pu être gommées pour laisser place à la psychologie des personnages ou à une fin mieux adaptée.
Eh ben jusqu'ici, j'ai pas d'chance, avec tous ces éléments moyens, ça pourrait supposer une note très basse, mais il y a un truc qui rattrape presque tout, c'est la qualité du dessin, soigné et beau, j'aime énormément ce type de graphisme, surtout pour un western, et ici le trait de Sarchione annonçait celui de Sept Pistoleros dans la série "Sept" que j'ai particulièrement apprécié. Sarchione a aussi travaillé sur un épisode de la série "Les 7 Merveilles", j'ai toujours plaisir à retrouver son trait.

Par passion du western, je suis donc tenté de mettre 3/5 même si je suis conscient que cet album n'est pas sans défauts, mais comme je l'ai dit, c'est surtout à cause du dessin, sans compter que le concept de ces casses ayant quasiment toujours lieu dans un contexte policier urbain, trouve ici une originalité par son décor de Far West, c'est aussi un plus.

28 2 2011
   

Un opus qui met en scène un duo… euh… un peu fêlé. Fallait oser faire « travailler » ensemble un prestidigitateur et un repris de justice évadé. C’est fait. Et bien fait.
Je suis tombé sur une bonne histoire de « cow-boys » où la trame principale est : comment s’approprier une trèèèèès grosse pépite d’or.

Bon, ce genre de scénario a déjà été utilisé sous d’autres formes, mais j’ai quand même suivi cette histoire avec plaisir. En plus de l’élaboration du casse, je me suis ainsi plu de retrouver tout ce qui « fait » un bon western sur papier : la ville, les saloons, attaque de train, les flingues qu’on sort comme on sort un mouchoir… et les ambiances de cette fin des années 1800.

Qui plus est tout ceci est très bien rendu par un bon graphisme réaliste MAIS aux personnages parfois « raides » et aux décors de temps en temps minimalistes.
N’empêche le découpage des planches est bien réalisé, au service d’une histoire quand même classique mais efficace.
Du bon travail.