46 433 Avis BD |20 124 Albums BD | 7 880 séries BD
Accueil
Laïlah
 

Laïlah

 
 

Résumé

LaïlahAfin d'acceder au résumé de Laïlah, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de LaïlahCaza, c'est Pilote, Métal Hurlant, Les Humanoïdes Associés, des dizaines de couvertures de la collection J'ai Lu SF. C'est bien sûr "Le Monde d'Arkadi" et c'est avant tout un auteur incontournable pour bientôt quarante ans de travail et son graphisme immédiatement identifiable.
C'est proprement stupéfiant à quel point son dessin reste moderne. Le style est réaliste, les formes sont très épurées, les couleurs sont vives mais harmonieuses.
Cet album rassemble trois histoires assez courtes (respectivement 17 planches, 11 planches et 16 planches). Elles sont séparées ou précédées par des illustrations ou des crayonnés.
Elles ont surtout pour point commun de faire de la féminité, de la fécondité et de la sexualité le thème central de la narration. Tout y ramène, inlassablement.

Laïlah est la survivante unique de la race des unicornes. Sa planète a été colonisée par une civilisation guerrière à la technologie supérieure. Elle fera de la séduction l'ultime des armes pour vaincre le hiérarque des colons.
L'auteur renvoie au mythes de Lilith qui l'a inspiré.

Lulla, c'est un trou noir que l'équipage du prolifique croise dans son exil spatial... Symboles phalliques et utérins sont au rendez-vous, avec des citations de William Blake qui fondent la discussion du couple embarqué.

Les Frogues sont une race hybride de mammifères et batraciens. Ils sont aussi peu agressifs que curieux. Et la solitude d'un explorateur humain pourrait les rapprocher. Jusqu'à quel point ?

La récurrence de la sexualité peut lasser, mais ces histoires n'étaient certainement pas destinées à être assemblées; je suppose que ça a été la volonté de l'éditeur...
Pour conclure, c'est un album pour le moins curieux, qui rassemble un trip de l'auteur décliné sous la forme explicite de l'amour autour de trois histoires comme seul Caza a su les inventer.


Chronique rédigée par Hellspawn le 24/01/2010
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de HellspawnReflet de l'avatar de Hellspawn
Statistiques posteur :
  • 446 (38,99 %)
  • 689 (60,23 %)
  • 9 (0,79 %)
  • Total : 1144 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 2,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Acheter d'occasion : 69,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.50
Dépôt légal : Avril 1988

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Laïlah, lui attribuant une note moyenne de 2,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

25 1 2010
   

Les trois histoires de cet album se placent dans un décor de science-fiction, celui d'une planète primitive envahie par de féroces soldats futuristes, celui d'un vaisseau parti au fin fond de l'univers pour perpétuer la vie humaine, celui d'un explorateur à la recherche d'un temple perdu sur une planète-jungle.
Mais par-delà ces intrigues de base, ce sont toujours des symboliques sexuelles qui apparaissent très vite. De l'érotisme façon métaphysique, la femme qui engendre la vie, l'univers qui est hermaphrodite, l'homme qui trouve le bonheur dans le sexe qui s'oublie. Un état d'esprit mélangeant un peu d'occultisme et pas mal de mentalité post soixante-huitard, ce qui n'est pas du tout ma tasse de thé.

En outre, j'ai un sentiment mitigé vis-à-vis du dessin de Caza : j'apprécie sa force et sa maîtrise, mais je n'aime pas sa froideur et l'aspect artificiel et "pierreux" de ses personnages qu'il voudrait pourtant très "charnels". Dès lors, quand il s'attache à présenter des histoires à la thématique érotique, ce dessin ne passe plus du tout pour moi car il ne dégage aucune sensualité, aucune chaleur, comme des scènes porno avec de rigides poupées de plastique.

Bref, je ne suis pas convaincu.